La mer infinie – Rick Yancey

Bonjour, comment allez-vous? On se retrouve pour ma chronique du second tome de la trilogie « La 5ème Vague ». Pour lire mon avis intégral sur le premier tome, je vous invite à cliquer ici. Je dois dire que j’attendais beaucoup de ce livre. J’avais trouvé que le premier tome avec quelques faiblesses qui m’ont empêché de l’aimer autant que je l’aurais pu. J’espérais donc que ce deuxième me satisfasse davantage pour aller, peut-être même, jusqu’au coup de cœur.

la-5e-vague-tome-2-la-mer-infinie

Résumé :

Cassie Sullivan et ses nouveaux compagnons, ont survécu aux quatre premières vagues. Tous ensemble ils forment un groupe pour se soutenir face à l’ennemi. La 5ème vague vient de commencer à déferler, le petit groupe de rescapés connaît la cruauté de l’ennemi, mais ils ne savent pas à quoi s’attendre réellement. Justement alors, que faire? Attendre, espérer, partir et se battre? Le choix est compliqué car personne ne peut prédire ce que qui adviendra en fonction de la décision prise. Pour survivre et ne pas tomber dans les pièges ennemis, nos protagonistes vont devoir redoubler d’intelligence et de prudence. En effet l’ennemi continu d’utiliser d’étranges stratagèmes pour les nuire. La question centrale reste la même : pourquoi et quels sont leurs buts? En tout cas, dès maintenant, la bataille finale commence…

Mon Avis :

Dès le début, j’ai été happé par le roman. On arrive dans une situation tendue, où tous les personnages (ou presque) sont réunis. Cela m’a fait réellement plaisir de débuter le récit en les retrouvant tous au même endroit. Ils se cachent dans un hôtel en attendant de trouver une solution. Evan a promis à Cassie qu’il la retrouverait donc celle-ci s’accroche à cet espoir. Les autres, se demandent s’ils ne feraient pas mieux de quitter les lieux. Ainsi, on rentre tout de suite dans l’ambiance et on est directement focalisé sur ce qui se passe. Cette situation précaire et tendue nous attire directement, car elle donne dors et déjà envie de connaître le dénouement.

Les péripéties vont réellement débuter lorsqu’un premier personnage va décider de quitter le repaire. Cette décision va doubler la tension déjà très présente dans le groupe. Un autre personnage va ensuite décider d’aller à la recherche du précédent. Grâce à cela, on sort un peu de l’environnement intérieur pour des scènes d’extérieurs. On a alors le droit à quelques bonnes scènes d’action, assez dynamiques et notamment avec un passage plutôt émouvant.

Cependant, pendant presque la moitié du roman, l’action reste plutôt stable. Contrairement au tome précédent où ça commençait dès le départ, là ça arrive après. Comme nos protagonistes restent tous (à quelques exceptions faites) dans l’hôtel, il y a déjà moins de mouvements et moins de chances qu’il se passe quelque chose de différent. Vous ne le savez peut-être pas, mais le tome un « La 5ème vague », est coupé en différentes parties et pour chacune d’entre elles, le narrateur change. C’est la même chose dans ce tome ci et grâce à ce procédé on varie les plaisirs. On a beau savoir que la majorité des personnages sont dans un lieu clos, en tant que lecteur on ne le sent presque pas et c’est tout à fait appréciable. Grâce aux personnages se trouvant à l’extérieur on obtient un bon nombre d’informations qui vont introduire la suite des événements.

Au fur et à mesure, on découvre les dangers et on obtient des révélations, le récit devient donc un peu plus palpitant. On a toutes les cartes en main et on n’a qu’une seule hâte : voir ce qui se produira une fois tous les éléments rassemblés. Pendant que tout se prépare, le récit est surtout focalisé sur Cassie qui est avec les autres dans l’hôtel. Elle se livre sur ses sentiments et émotions vis-à-vis de la situation ainsi que sur son attente d’Evan. Elle s’accroche à l’espoir et à la promesse qu’il lui a faite. J’ai tout autant apprécié, voire même plus, le caractère de Cassie. Elle est simple, vraie et déterminée. Elle m’a touché, dans ses actions, dans ses attentions mais surtout dans l’amour passionné et sincère qu’elle offre à Evan et à son petit frère. C’est un personnage définitivement très attachant.

Dans ce deuxième tome, j’ai appris à apprécier tous les personnages, notamment ceux considérés comme secondaires. Les personnages qui étaient relativement dans l’ombre au premier tome, ont chacun à leur tour été mis à la lumière, le temps d’un passage. De cette façon, on a pu découvrir leur passé, se révélant être tous tristes, bouleversants et émouvants. Dès lors, on comprend mieux leurs caractères, leurs surnoms et on les voit d’un tout autre œil. Au travers de la vie en communauté, on observe aussi de nouvelles facettes des personnages. Entre désaccords, jalousies, préférences, amitiés, c’est très mouvementé. En cumulant cela à la situation, à l’atmosphère pesante, à la peur, aux dangers environnants… c’est plutôt haut en couleurs. Ce n’est pas forcément à ce moment extrêmement palpitant, mais ça reste tout de même assez attractif et intéressant.

À partir de la moitié du roman environ, l’ambiance va commencer à changer. Les éléments dont on avait pris connaissance auparavant vont progressivement venir déstabiliser les protagonistes, toujours réfugiés dans l’hôtel. Tous les problèmes existants et qui tournaient précédemment autour d’eux, sont donc désormais concentré en un seul lieu. À partir de ce moment, la pression et la tension vont augmenter constamment. Il y a urgence, on sait que les dangers vont bientôt s’abattre sur eux, mais on ne connaît pas la manière exacte dont ça va se faire. Les révélations vont rajouter du désordre et même de la peur. La situation se durcit de plus en plus et parallèlement on est davantage captivé. Environ vers cette période du récit, Ringer (un personnage féminin) va tenir la narration pour un bon moment. Au départ, j’ai été déçu car ce n’est pas forcément celle que j’aurais voulu comme narratrice à ce moment là. Mais finalement, j’ai été satisfait que ce soit elle. C’est quand même aussi un personnage très marqué dans le récit. Elle a selon moi le caractère le plus fort, qui ne la rend d’ailleurs pas la plus sympathique au premier abord. Elle est forte, à un mental d’acier et se laisse vraiment difficilement submerger par les émotions. Sa personnalité est digne d’une grande héroïne, elle fait son petit effet et est bien utile au récit. Je l’ai plus amplement découverte, elle m’a encore surpris et c’est ma révélation de ce deuxième tome.

Dans ce roman, le rythme évolue crescendo. Le récit consolide son emprise sur le lecteur. De plus, la lecture devient plus frénétique est palpitante. Le danger rodait constamment au départ, ce n’était presque qu’une menace sourde. Dans la deuxième moitié du roman, le danger va maintenant arriver perfidement une première fois et de manière significative. Les protagonistes sont attaqués par leurs ennemis, indirectement grâce à des stratagèmes qu’ils ont mis en place. Cette première attaque est marquante et efficace, en plus de rajouter de la peur et de la panique, elle fait naître de la pitié. C’est un passage triste et poignant qui va faire vivement réagir les personnages, et précipité des scènes d’action.

Dans ma chronique du premier tome, je disais que les ennemis, ces êtres venus d’ailleurs semant le trouble, procuraient une vraie force au récit. C’est toujours le cas dans ce second tome, car comme je le disais, tout tourne autour d’eux. Déjà ils nous intriguent par le fait qu’ils aient une apparence humaine. Cette première énigme va être levée, car au cours du récit on apprend certaines choses sur le sujet. Cependant il reste les questions que l’on continue toujours de se poser : quels sont leurs buts? Pourquoi tout ça? Pourquoi de cette manière-là? Personnellement, comme les personnages, ça me torture l’esprit. L’auteur est très malin et joue avec nous. On a extrêmement envie de comprendre mais il crée de l’attente, ainsi pour satisfaire ce besoin on reste plongé dans l’histoire et on tourne chaque page avec l’espoir à la fin, d’avoir ne serait-ce que quelques clés de résolutions. Ne pouvant pas satisfaire ce besoin à la fin du tome, c’est une des raisons pour lesquels on peut avoir envie de lire la suite.

Justement, il est maintenant temps d’évoquer la fin de ce livre. Celle-ci est vraiment très dynamique. On y retrouve l’action pure, telle qu’il y en a dans le premier tome en grande quantité. La situation initiale se dénoue et ça part progressivement dans tous les sens. Depuis le début, la pression s’accumule et arrivé là tout explose. Malgré que la situation soit très agitée, on ne perd pas le fil, l’auteur maîtrise bien ses dosages. Les scènes d’action sont d’une excellente qualité, elles vous transportent au cœur même des événements et vous font vibrer. C’est la partie qui m’a le plus accroché et captivé. C’est riche, il y a des rebondissements, des imprévus et tout ça fait naître chez le lecteur beaucoup de sensations et émotions. En somme, c’est une fin mouvementée et pleine d’action, avec des scènes finales qui vous laissent sur votre faim et qui donnent vraiment envie de lire la suite.

En conclusion :

J’ai vraiment beaucoup aimé ce second tome. Etonnement, j’ai même presque l’impression que je l’ai légèrement plus apprécié que le premier. Bien que le lieu central du récit soit clos et que les personnages y sont tous rassemblés, on ne s’ennuie pas. Je pense que j’ai légèrement plus apprécié ce tome-là, car j’ai été totalement plongé dans ma lecture du début à la fin. Les enjeux, dangers, révélations, mystères… m’ont énormément captivé. Le récit est agréablement structuré, les narrateurs choisis sont intéressants, pareil pour leurs narrations qui d’autant plus, sont efficaces. Le rythme n’est pas aussi vif qu’il aurait pu être, mais ce n’est pas foncièrement gênant. L’auteur a préféré dans ce tome diminuer la vitesse pour davantage susciter notre intérêt sur l’histoire en elle-même, sur les défis, les dangers, les sentiments… On est souvent surpris dans la lecture par des rebondissements, retournements de situation qui font naître de plus ou moins grandes sensations et émotions. Je trouve que Rick Yancey a fait un bon compromis car grâce aux éléments que je viens de citer, on ressent moins la diminution des scènes d’action, par rapport au premier tome qui en était richement fourni. Au cours de ma lecture c’est vrai que ça m’a un peu manqué, mais heureusement la fin est très dynamique, de sorte à que je n’ai finalement eu aucun regret.

J’attends le troisième tome avec impatience pour voir comment tout cela va se terminer, et pour avoir les réponses à mes questions.


Titre :  La mer infinie

Auteur : Rick Yancey

Édition : Robert Laffont (Collection R)

Parution : 16 Octobre 2014
Pages : 416 pages
Prix : 17,90€

Publicités

3 réflexions sur “La mer infinie – Rick Yancey

  1. auchapitre dit :

    Je crois que c’est le premier avis que je lis de quelqu’un qui a préféré le deuxième tome au premier! Certaines critiques ont été un peu sévères avec ce tome. Pour ma part je l’ai bien aimé, mais je me suis ennuyée de Cassie, qui n’est que peu présente par rapport aux personnages qui étaient secondaires dans le premier tome. J’ai bien hâte de voir ce que l’auteur nous réserve pour la fin 🙂

    • nosamislesmots dit :

      Oui, j’ai aussi l’impression que peu de gens ont autant aimé le deuxième tome que moi. Actuellement je suis en train de commencer le troisième tome, j’espère que ce sera à la hauteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s