La dernière étoile – Rick Yancey

La célèbre trilogie « La 5ème Vague » arrive maintenant à sa fin avec ce dernier tome du nom de « La dernière étoile ». J’avais tellement hâte de connaître la fin que j’ai pré-commandé ce livre pour le lire dès sa sortie. Pour lire mon avis sur le premier tome cliquez ici et pour mon avis sur le second tome cliquez ici.

la-5e-vague-tome-trois-la-dernière-étoile

Résumé :

Cassie a été trahie, tout comme Zombie, Ringer, Nugget et les 7,5 milliards d’humains qui peuplaient la planète. À l’aube de la cinquième vague, ils sont trahis par les Autres et désormais aussi par eux-mêmes. Les Autres sont parmi eux, là et à la fois nulle part. Ils veulent la Terre, ils veulent la sauver et pour cela sont venus exterminer les humains. Les derniers survivants sont confrontés au choix ultime, sauver leur peau ou sauver l’humanité…

Mon Avis :

Comme de nombreux lecteurs de cette trilogie, j’attendais le dernier tome avec grande impatience. Il faut dire que Rick Yancey nous a mis jusque là en haleine avec tous les mystères et questions en suspens. Ce fut avec hâte et envie que je me suis empressé de débuter cette lecture.

Le tome précédent se terminait sur des actions importantes, nous démarrons cette lecture juste quelque temps après celles-ci. On se retrouve directement happé par l’ambiance assez sombre et riche en suspense de ce tome. Le rythme est saccadé, il y a du mouvement de sorte à ce que l’on soit toujours captivé. Contrairement aux tomes précédents, chaque partie du roman n’est pas dédiée à un unique narrateur. Dans ce troisième tome, pour chaque partie il y a les narrateurs qui se succèdent à intervalles réguliers. On est sur plusieurs fronts en même et c’est très bien maîtrisé par l’auteur, ça ne fait aucunement désordre. C’est un réel point positif car déjà on varie de personnages. De plus, ce procédé apporte du dynamisme et de la richesse au récit qui est ainsi aussi plus intéressant.

Du début à la fin, nos nerfs sont mis à rude épreuve. L’environnement est plus effrayant que jamais, les dangers sont partout mais pas forcément ostensibles et on sait que peu importe l’issue, c’est bientôt la fin. La cinquième vague approche. Suspense et tension sont très présents et évoluent crescendo au cours du récit. C’est un peu de la torture pour le lecteur, car l’auteur joue énormément avec nos émotions, sentiments mais la lecture n’en devient que plus prenante. Comme dans les tomes précédents, le récit est teinté de mystère, mais dans une moindre dose. Ceci est plutôt « normal » dans le sens où, c’est le dernier tome, c’est plus l’heure des révélations qu’autre chose. Ainsi, on a dans ce roman presque toutes les réponses à nos questions, ce qui est assez sympathique. Mais, ces réponses sont souvent un peu vagues et plus que ça plusieurs aspects de ce roman le sont aussi. Je vous le dis tout de suite, si vous avez lu le second tome il y a longtemps, il ne serait peut-être pas mauvais de le relire ou de trouver un résumé complet, avant de lire celui-ci. En effet, vu le nombre d’éléments-clés qui sont traités avec mystères, l’oubli de certaines choses pourrait vous emmener à ne pas comprendre et à être perdu. Moi-même, j’ai lu le second tome il n’y a pas longtemps et je reconnais que certains points m’ont paru légèrement ambigus. Je tenais à vous faire cette parenthèse car je sais que de nombreux lecteurs se sont retrouvés perdus dans ce troisième tome et n’ont pas pu en profiter totalement.

L’action est omniprésente, nous n’avons pas de répit. Depuis le premier tome, s’il y a bien une chose que j’apprécie le plus chez cet auteur, c’est la façon dont il utilise les scènes d’action et la qualité qu’il met dedans. Ce tome-là ne déroge pas à la règle, nous avons le droit à de belles scènes et à bonne dose. J’ai adoré retrouver les personnages, que j’apprécie tous pour ce qu’ils sont et ce qu’ils apportent. Fidèles à eux-mêmes, ils vont faire des choix ultimes correspondants à leurs valeurs et à leurs buts. Leurs décisions auront de forts impacts sur le cours de l’histoire et même de l’Histoire. Ils vont nous mettre, avec leurs actions, dans tous nos états, de la colère à la tristesse. Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont vraiment au cœur du récit et qu’ils vont nous faire vibrer tout du long. J’apprécie encore une fois la pointe d’humour que l’on peut retrouver dans le roman. Cette pointe d’humour vient notamment de Cassie, qui arrive à nous faire sourire même dans l’adversité et je l’apprécie beaucoup pour cela.

L’écriture de Rick Yancey est toujours très plaisante, on peut ressortir de ce livre de nombreuses citations, toutes très inspirantes. Le récit est riche et parfaitement structuré, il y a ce qu’il faut quand il faut.

Venons en maintenant à la fin de ce livre. J’attendais qu’elle soit à la hauteur et j’ai été satisfait. On a un tourbillon d’action, de rebondissements, de révélations. C’est extrêmement mouvementé et captivant. On est tantôt surpris, tantôt pris d’espoir et puis tantôt pris de peur. C’est également plein d’émotions et de sensations. Certaines scènes arrachent le cœur. Les scènes finales sont pour moi excellentes et marquantes. Ce sont des moments émouvants, douloureux et passionnants. On finit sur des notes contrastées, avec quand même de la tristesse qui domine, mais c’est très beau.

Je trouve que c’est une belle fin, elle clôture correctement la trilogie. Peut importe mes attentes, je n’ai pas été déçu.

En conclusion :

Pour ce dernier tome, pas de grandes nouveautés. On retrouve les éléments , qui assemblés ont déjà conquis de nombreux lecteurs. C’est un tome on ne peut plus riche en action, émotions, suspense et sensations. L’atmosphère est assez pesante et sous tension, mais pas désagréable. Dès le départ on est englouti par le récit qui nous captive du début à la fin. C’est très mouvementé et prenant. Les personnages restent fidèles à eux-mêmes, qu’on les aime ou pas, ils apportent beaucoup et nous font vibrer tout du long. La fin est à hauteur avec des scènes remarquables et marquantes. C’est un très beau dénouement, avec des notes finales surtout tristes mais aussi jolies dans une autre mesure.


Titre : La dernière étoile

Édition : Robert Laffont (collection R)

Auteur : Rick Yancey

Parution : 26 Mai 2016
Pages : 432 pages
Prix : 17,90€

La mer infinie – Rick Yancey

Bonjour, comment allez-vous? On se retrouve pour ma chronique du second tome de la trilogie « La 5ème Vague ». Pour lire mon avis intégral sur le premier tome, je vous invite à cliquer ici. Je dois dire que j’attendais beaucoup de ce livre. J’avais trouvé que le premier tome avec quelques faiblesses qui m’ont empêché de l’aimer autant que je l’aurais pu. J’espérais donc que ce deuxième me satisfasse davantage pour aller, peut-être même, jusqu’au coup de cœur.

la-5e-vague-tome-2-la-mer-infinie

Résumé :

Cassie Sullivan et ses nouveaux compagnons, ont survécu aux quatre premières vagues. Tous ensemble ils forment un groupe pour se soutenir face à l’ennemi. La 5ème vague vient de commencer à déferler, le petit groupe de rescapés connaît la cruauté de l’ennemi, mais ils ne savent pas à quoi s’attendre réellement. Justement alors, que faire? Attendre, espérer, partir et se battre? Le choix est compliqué car personne ne peut prédire ce que qui adviendra en fonction de la décision prise. Pour survivre et ne pas tomber dans les pièges ennemis, nos protagonistes vont devoir redoubler d’intelligence et de prudence. En effet l’ennemi continu d’utiliser d’étranges stratagèmes pour les nuire. La question centrale reste la même : pourquoi et quels sont leurs buts? En tout cas, dès maintenant, la bataille finale commence…

Mon Avis :

Dès le début, j’ai été happé par le roman. On arrive dans une situation tendue, où tous les personnages (ou presque) sont réunis. Cela m’a fait réellement plaisir de débuter le récit en les retrouvant tous au même endroit. Ils se cachent dans un hôtel en attendant de trouver une solution. Evan a promis à Cassie qu’il la retrouverait donc celle-ci s’accroche à cet espoir. Les autres, se demandent s’ils ne feraient pas mieux de quitter les lieux. Ainsi, on rentre tout de suite dans l’ambiance et on est directement focalisé sur ce qui se passe. Cette situation précaire et tendue nous attire directement, car elle donne dors et déjà envie de connaître le dénouement.

Les péripéties vont réellement débuter lorsqu’un premier personnage va décider de quitter le repaire. Cette décision va doubler la tension déjà très présente dans le groupe. Un autre personnage va ensuite décider d’aller à la recherche du précédent. Grâce à cela, on sort un peu de l’environnement intérieur pour des scènes d’extérieurs. On a alors le droit à quelques bonnes scènes d’action, assez dynamiques et notamment avec un passage plutôt émouvant.

Cependant, pendant presque la moitié du roman, l’action reste plutôt stable. Contrairement au tome précédent où ça commençait dès le départ, là ça arrive après. Comme nos protagonistes restent tous (à quelques exceptions faites) dans l’hôtel, il y a déjà moins de mouvements et moins de chances qu’il se passe quelque chose de différent. Vous ne le savez peut-être pas, mais le tome un « La 5ème vague », est coupé en différentes parties et pour chacune d’entre elles, le narrateur change. C’est la même chose dans ce tome ci et grâce à ce procédé on varie les plaisirs. On a beau savoir que la majorité des personnages sont dans un lieu clos, en tant que lecteur on ne le sent presque pas et c’est tout à fait appréciable. Grâce aux personnages se trouvant à l’extérieur on obtient un bon nombre d’informations qui vont introduire la suite des événements.

Au fur et à mesure, on découvre les dangers et on obtient des révélations, le récit devient donc un peu plus palpitant. On a toutes les cartes en main et on n’a qu’une seule hâte : voir ce qui se produira une fois tous les éléments rassemblés. Pendant que tout se prépare, le récit est surtout focalisé sur Cassie qui est avec les autres dans l’hôtel. Elle se livre sur ses sentiments et émotions vis-à-vis de la situation ainsi que sur son attente d’Evan. Elle s’accroche à l’espoir et à la promesse qu’il lui a faite. J’ai tout autant apprécié, voire même plus, le caractère de Cassie. Elle est simple, vraie et déterminée. Elle m’a touché, dans ses actions, dans ses attentions mais surtout dans l’amour passionné et sincère qu’elle offre à Evan et à son petit frère. C’est un personnage définitivement très attachant.

Dans ce deuxième tome, j’ai appris à apprécier tous les personnages, notamment ceux considérés comme secondaires. Les personnages qui étaient relativement dans l’ombre au premier tome, ont chacun à leur tour été mis à la lumière, le temps d’un passage. De cette façon, on a pu découvrir leur passé, se révélant être tous tristes, bouleversants et émouvants. Dès lors, on comprend mieux leurs caractères, leurs surnoms et on les voit d’un tout autre œil. Au travers de la vie en communauté, on observe aussi de nouvelles facettes des personnages. Entre désaccords, jalousies, préférences, amitiés, c’est très mouvementé. En cumulant cela à la situation, à l’atmosphère pesante, à la peur, aux dangers environnants… c’est plutôt haut en couleurs. Ce n’est pas forcément à ce moment extrêmement palpitant, mais ça reste tout de même assez attractif et intéressant.

À partir de la moitié du roman environ, l’ambiance va commencer à changer. Les éléments dont on avait pris connaissance auparavant vont progressivement venir déstabiliser les protagonistes, toujours réfugiés dans l’hôtel. Tous les problèmes existants et qui tournaient précédemment autour d’eux, sont donc désormais concentré en un seul lieu. À partir de ce moment, la pression et la tension vont augmenter constamment. Il y a urgence, on sait que les dangers vont bientôt s’abattre sur eux, mais on ne connaît pas la manière exacte dont ça va se faire. Les révélations vont rajouter du désordre et même de la peur. La situation se durcit de plus en plus et parallèlement on est davantage captivé. Environ vers cette période du récit, Ringer (un personnage féminin) va tenir la narration pour un bon moment. Au départ, j’ai été déçu car ce n’est pas forcément celle que j’aurais voulu comme narratrice à ce moment là. Mais finalement, j’ai été satisfait que ce soit elle. C’est quand même aussi un personnage très marqué dans le récit. Elle a selon moi le caractère le plus fort, qui ne la rend d’ailleurs pas la plus sympathique au premier abord. Elle est forte, à un mental d’acier et se laisse vraiment difficilement submerger par les émotions. Sa personnalité est digne d’une grande héroïne, elle fait son petit effet et est bien utile au récit. Je l’ai plus amplement découverte, elle m’a encore surpris et c’est ma révélation de ce deuxième tome.

Dans ce roman, le rythme évolue crescendo. Le récit consolide son emprise sur le lecteur. De plus, la lecture devient plus frénétique est palpitante. Le danger rodait constamment au départ, ce n’était presque qu’une menace sourde. Dans la deuxième moitié du roman, le danger va maintenant arriver perfidement une première fois et de manière significative. Les protagonistes sont attaqués par leurs ennemis, indirectement grâce à des stratagèmes qu’ils ont mis en place. Cette première attaque est marquante et efficace, en plus de rajouter de la peur et de la panique, elle fait naître de la pitié. C’est un passage triste et poignant qui va faire vivement réagir les personnages, et précipité des scènes d’action.

Dans ma chronique du premier tome, je disais que les ennemis, ces êtres venus d’ailleurs semant le trouble, procuraient une vraie force au récit. C’est toujours le cas dans ce second tome, car comme je le disais, tout tourne autour d’eux. Déjà ils nous intriguent par le fait qu’ils aient une apparence humaine. Cette première énigme va être levée, car au cours du récit on apprend certaines choses sur le sujet. Cependant il reste les questions que l’on continue toujours de se poser : quels sont leurs buts? Pourquoi tout ça? Pourquoi de cette manière-là? Personnellement, comme les personnages, ça me torture l’esprit. L’auteur est très malin et joue avec nous. On a extrêmement envie de comprendre mais il crée de l’attente, ainsi pour satisfaire ce besoin on reste plongé dans l’histoire et on tourne chaque page avec l’espoir à la fin, d’avoir ne serait-ce que quelques clés de résolutions. Ne pouvant pas satisfaire ce besoin à la fin du tome, c’est une des raisons pour lesquels on peut avoir envie de lire la suite.

Justement, il est maintenant temps d’évoquer la fin de ce livre. Celle-ci est vraiment très dynamique. On y retrouve l’action pure, telle qu’il y en a dans le premier tome en grande quantité. La situation initiale se dénoue et ça part progressivement dans tous les sens. Depuis le début, la pression s’accumule et arrivé là tout explose. Malgré que la situation soit très agitée, on ne perd pas le fil, l’auteur maîtrise bien ses dosages. Les scènes d’action sont d’une excellente qualité, elles vous transportent au cœur même des événements et vous font vibrer. C’est la partie qui m’a le plus accroché et captivé. C’est riche, il y a des rebondissements, des imprévus et tout ça fait naître chez le lecteur beaucoup de sensations et émotions. En somme, c’est une fin mouvementée et pleine d’action, avec des scènes finales qui vous laissent sur votre faim et qui donnent vraiment envie de lire la suite.

En conclusion :

J’ai vraiment beaucoup aimé ce second tome. Etonnement, j’ai même presque l’impression que je l’ai légèrement plus apprécié que le premier. Bien que le lieu central du récit soit clos et que les personnages y sont tous rassemblés, on ne s’ennuie pas. Je pense que j’ai légèrement plus apprécié ce tome-là, car j’ai été totalement plongé dans ma lecture du début à la fin. Les enjeux, dangers, révélations, mystères… m’ont énormément captivé. Le récit est agréablement structuré, les narrateurs choisis sont intéressants, pareil pour leurs narrations qui d’autant plus, sont efficaces. Le rythme n’est pas aussi vif qu’il aurait pu être, mais ce n’est pas foncièrement gênant. L’auteur a préféré dans ce tome diminuer la vitesse pour davantage susciter notre intérêt sur l’histoire en elle-même, sur les défis, les dangers, les sentiments… On est souvent surpris dans la lecture par des rebondissements, retournements de situation qui font naître de plus ou moins grandes sensations et émotions. Je trouve que Rick Yancey a fait un bon compromis car grâce aux éléments que je viens de citer, on ressent moins la diminution des scènes d’action, par rapport au premier tome qui en était richement fourni. Au cours de ma lecture c’est vrai que ça m’a un peu manqué, mais heureusement la fin est très dynamique, de sorte à que je n’ai finalement eu aucun regret.

J’attends le troisième tome avec impatience pour voir comment tout cela va se terminer, et pour avoir les réponses à mes questions.


Titre :  La mer infinie

Auteur : Rick Yancey

Édition : Robert Laffont (Collection R)

Parution : 16 Octobre 2014
Pages : 416 pages
Prix : 17,90€

La 5ème Vague – Rick Yancey

Bonjour les amis, je vous retrouve pour ma chronique du roman « La 5ème Vague » de Rick Yancey. Vous vous en doutez, je n’ai pas pu échapper au phénomène « La 5 ème vague », qui est même adapté maintenant au cinéma. J’ai lu de nombreux retours positifs sur ce livre, le synopsis m’intéressait, j’ai donc décidé moi aussi de tenter l’aventure.

la-5e-vague-tome-1-rick-yancey

Résumé :

La planète Terre a été envahi par Eux, des êtres venus tout de droit du fond de l’univers, qui ressemblent traits pour traits à des humains. Leur débarquement n’a aucun caractère amical ou pacifique, en effet ils s’efforcent de tuer les humains. Pour cela, ils ont procédé par étapes, quatre vagues ont déjà déferlé et chacune d’entre elles extermine l’humanité d’une manière différente. Eux, ont ainsi massacré des milliards d’humains, balayé les résistants et les derniers rescapés sont décimés. Cassie, fait partie de ces derniers rescapés. Ne pouvant faire confiance à personne, elle est condamnée à rester seule et fuir pour rester en vie. Elle sait bien que ces êtres mystérieux sont en pleine chasse et qu’ils n’hésiteront pas à l’exécuter si elle a le malheur de croiser leur chemin. Elle s’accroche à sa règle de solitude jusqu’à sa rencontre avec Evan Walker. Elle sait qu’il est peut-être sa dernière chance pour atteindre son but, retrouver son petit frère. Cassie va-t-elle faire le bon choix…

 Mon Avis :

L’univers du roman « La 5ème Vague » est post-apocalyptique. La menace issue de l’univers a détruit la civilisation et il ne reste plus beaucoup de rescapés. J’ai tout de suite adhéré à l’univers car l’idée m’a plu, on a quelque chose ni trop complexe, ni trop simple. On accroche vite au récit, on démarre la lecture sur du mouvement, qui va directement nous transporter. On suit au départ Cassie, seule et fuyante. Elle a un fort caractère qui fait d’elle une héroïne hors pair. Elle est à la fois forte, courageuse, déterminée mais aussi se révèle être sensible et passionnée. Par-dessus tout, elle a un franc-parler et un humour à toute épreuve. Elle m’a fait rire de nombreuses fois, Cassie est un personnage attachant et j’ai pris un grand plaisir à la suivre.

C’est par l’intermédiaire d’analepses que nous découvrons de passé de Cassie. Ainsi, nous visualisons comment s’est déroulé la vie sur Terre depuis l’arrivée de ces êtres venus d’ailleurs. Ce procédé est fréquemment utilisé, notamment pour les autres personnages par la suite. Le récit des événements passés est passionnant et permet d’introduire les intrigues.

Dès que nous prenons connaissance du danger que représentent les mystérieux arrivants, le récit devient plus angoissant. La tension est palpable, on a peur pour les personnages. Le récit, les intrigues, tout tourne autour des êtres mystérieux qui ont débarqué sur Terre. En effet, de la même manière que les personnages, on se pose de nombreuses questions sur Eux. Qui sont-ils, quels sont leurs buts… Mais, ce qui chez Eux, procure une force au récit, c’est le fait qu’ils aient une apparence humaine. C’est très étrange, on ne comprend pas bien qui ils sont. Cela rend le récit réellement poignant, les vrais humains peuvent difficilement, au premier abord, faire la différence entre un humain et un non humain.

Ce roman est constitué de plusieurs parties de longueurs différentes. Pour chacune d’entre elles, on découvre un nouveau personnage ou on en retrouve un que l’on connaît déjà. Ces derniers, n’évoluent pas tous ensemble, du moins au départ. En fonction du narrateur, le mode de vie, le milieu etc… change. J’aime beaucoup ce procédé qui nous permet d’être sur plusieurs fronts en même temps et qui permet de gagner bon nombre d’informations.

Les personnages principaux de cette histoire sont surtout Cassie et Evan, mais il y a également Zombie et Ringer dans une autre mesure. Ces personnages-là, comme les secondaires m’ont beaucoup plu. Ils ont des histoires différentes, toutes tristes et émouvantes, des tempéraments plus ou moins forts. Malgré le caractère que l’on discerne en premier, il se cache toujours chez l’un, l’autre extrême. Celui qui semble faible peut avoir un grand courage et celui qui semble inflexible peut s’avérer être très émotionnel. Je trouve que ce sont de bons et intéressants personnages et ils évoluent de manière intéressante.

Les personnages qui m’ont le plus plu resteront cependant Cassie et Evan. Je ne fais pas dans l’originalité, c’est vrai. Ils m’ont accroché, dès leur rencontre qui s’est faite dans d’improbables circonstances. Au long du roman, ils vont entretenir une relation spéciale qui suscite l’intérêt. En effet, il y a de nombreux mystères et non-dits qui tournent autour d’Evan.

Ainsi, le récit a réussi à me retenir grâce au contexte et aux personnages que j’ai apprécié. Ensuite, les intrigues ont aussi su me captiver, il y a de bons enjeux qui nous donnent envie de suivre le déroulement des evenements. Peu importe où se trouvent les personnages, le danger plane. On est dans une ambiance électrique, lourde en tension et qui est maîtrisée par l’auteur. Au cours de la lecture, on a le droit à de nombreuses révélations, qui crescendo augmentent la curiosité du lecteur. Il y a une bonne dose de mystères et de suspense qui nous tient en haleine. L’action est bien sûr énormément présente, dans ce type de roman c’est un peu fondamental je pense. C’est savamment dosé, les scènes ont ce qu’il faut de dynamisme pour faire naître de puissantes sensations. Rick Yancey nous offre de très belles scènes d’action, il s’y prend à merveille pour nous transporter au cœur des événements, on visualise les scènes et souvent avec effroi. C’est toujours de très bonne qualité.

Malheureusement, je pense qu’il y a des passages qui manquent un peu d’action. On a d’une part des passages forts en dynamisme et d’autre part des passages assez longuets. C’est dommage car ces passages sont quelque peu récurrents, l’histoire avance, mais du point de vue du lecteur on a l’impression que ça stagne. Je ne dirais pas que je me suis ennuyé car ce n’est absolument pas le cas. Tous les autres éléments indiqués précédemment m’ont permis de ne pas arriver à cet extrême-là, j’étais toujours aussi accroché à l’histoire. Simplement, ces moments de flottement on peur effet de casser le tempo et de créer un rythme irrégulier. Je ne pense pas que ce point rende le roman moins attrayant, je pense plutôt qu’il ne lui permet pas d’atteindre son maximum. J’ai été déçu à niveau là, car ayant entendu tellement de bien sur ce roman, je ne pensais pas ressentir un problème de ce genre.

Enfin, à un moment, les récits des différents narrateurs se croisent. Dès lors, tout s’accélère et nous n’avons plus aucun répit. Il y a beaucoup plus d’action et de tension. On est totalement imprégnés par les événements et on vit les choses avec beaucoup de réalisme. C’est très rythmé et dynamique mais on ne perd jamais le fil. Certains éléments se dénouent, il y a un bon nombre de révélations et en même temps de nouveaux enjeux naissent. On passe d’une émotion à une autre, c’est aussi très riche en sensations. C’est une fin que je trouve vraiment bien réussi, elle m’a captivé, m’a fait frémir ainsi que donné envie de lire la suite.

En conclusion :

J’ai adoré « Le 5ème Vague ». L’univers post-apocalyptique est bien réalisé et enivrant. Le sujet est captivant, les envahisseurs nous intriguent et les personnages sont attachants et intéressants. De la tension plane constamment, on ne sait pas à quoi s’attendre et le mystère tout aussi présent nous donne envie d’en savoir toujours plus. On se retrouve à multiples reprises embarqué au cœur de l’action, les scènes y sont d’une qualité poignante. Cependant, le rythme est assez irrégulier à cause de passages longs et plutôt ternes, qui cassent le tempo. Ceci est tout de même peu dérangeant car les points positifs, nombreux, contrebalancent. Moi, ça m’a laissé un petit goût amer, créant quand même de la déception. Avec tout les avis positifs qu’a eu ce roman, je ne m’attendais pas à ce que quelque chose de ce genre me gêne, j’en attendais plus.

« La 5ème vague » est effectivement un très bon roman que je vous conseille. Néanmoins, si vous ne voulez pas être légèrement déçu comme je l’ai été, ne surestimez pas trop ce livre. Il manque pour moi quelques petits éléments pour que je dise que c’est un véritable coup de cœur.


Titre :  La 5ème Vague

Auteur : Rick Yancey

Édition : Robert Laffont (collection R)

Parution : 16 Mai 2013
Pages : 608 pages
Prix : 18,50 euros