La dernière étoile – Rick Yancey

La célèbre trilogie « La 5ème Vague » arrive maintenant à sa fin avec ce dernier tome du nom de « La dernière étoile ». J’avais tellement hâte de connaître la fin que j’ai pré-commandé ce livre pour le lire dès sa sortie. Pour lire mon avis sur le premier tome cliquez ici et pour mon avis sur le second tome cliquez ici.

la-5e-vague-tome-trois-la-dernière-étoile

Résumé :

Cassie a été trahie, tout comme Zombie, Ringer, Nugget et les 7,5 milliards d’humains qui peuplaient la planète. À l’aube de la cinquième vague, ils sont trahis par les Autres et désormais aussi par eux-mêmes. Les Autres sont parmi eux, là et à la fois nulle part. Ils veulent la Terre, ils veulent la sauver et pour cela sont venus exterminer les humains. Les derniers survivants sont confrontés au choix ultime, sauver leur peau ou sauver l’humanité…

Mon Avis :

Comme de nombreux lecteurs de cette trilogie, j’attendais le dernier tome avec grande impatience. Il faut dire que Rick Yancey nous a mis jusque là en haleine avec tous les mystères et questions en suspens. Ce fut avec hâte et envie que je me suis empressé de débuter cette lecture.

Le tome précédent se terminait sur des actions importantes, nous démarrons cette lecture juste quelque temps après celles-ci. On se retrouve directement happé par l’ambiance assez sombre et riche en suspense de ce tome. Le rythme est saccadé, il y a du mouvement de sorte à ce que l’on soit toujours captivé. Contrairement aux tomes précédents, chaque partie du roman n’est pas dédiée à un unique narrateur. Dans ce troisième tome, pour chaque partie il y a les narrateurs qui se succèdent à intervalles réguliers. On est sur plusieurs fronts en même et c’est très bien maîtrisé par l’auteur, ça ne fait aucunement désordre. C’est un réel point positif car déjà on varie de personnages. De plus, ce procédé apporte du dynamisme et de la richesse au récit qui est ainsi aussi plus intéressant.

Du début à la fin, nos nerfs sont mis à rude épreuve. L’environnement est plus effrayant que jamais, les dangers sont partout mais pas forcément ostensibles et on sait que peu importe l’issue, c’est bientôt la fin. La cinquième vague approche. Suspense et tension sont très présents et évoluent crescendo au cours du récit. C’est un peu de la torture pour le lecteur, car l’auteur joue énormément avec nos émotions, sentiments mais la lecture n’en devient que plus prenante. Comme dans les tomes précédents, le récit est teinté de mystère, mais dans une moindre dose. Ceci est plutôt « normal » dans le sens où, c’est le dernier tome, c’est plus l’heure des révélations qu’autre chose. Ainsi, on a dans ce roman presque toutes les réponses à nos questions, ce qui est assez sympathique. Mais, ces réponses sont souvent un peu vagues et plus que ça plusieurs aspects de ce roman le sont aussi. Je vous le dis tout de suite, si vous avez lu le second tome il y a longtemps, il ne serait peut-être pas mauvais de le relire ou de trouver un résumé complet, avant de lire celui-ci. En effet, vu le nombre d’éléments-clés qui sont traités avec mystères, l’oubli de certaines choses pourrait vous emmener à ne pas comprendre et à être perdu. Moi-même, j’ai lu le second tome il n’y a pas longtemps et je reconnais que certains points m’ont paru légèrement ambigus. Je tenais à vous faire cette parenthèse car je sais que de nombreux lecteurs se sont retrouvés perdus dans ce troisième tome et n’ont pas pu en profiter totalement.

L’action est omniprésente, nous n’avons pas de répit. Depuis le premier tome, s’il y a bien une chose que j’apprécie le plus chez cet auteur, c’est la façon dont il utilise les scènes d’action et la qualité qu’il met dedans. Ce tome-là ne déroge pas à la règle, nous avons le droit à de belles scènes et à bonne dose. J’ai adoré retrouver les personnages, que j’apprécie tous pour ce qu’ils sont et ce qu’ils apportent. Fidèles à eux-mêmes, ils vont faire des choix ultimes correspondants à leurs valeurs et à leurs buts. Leurs décisions auront de forts impacts sur le cours de l’histoire et même de l’Histoire. Ils vont nous mettre, avec leurs actions, dans tous nos états, de la colère à la tristesse. Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont vraiment au cœur du récit et qu’ils vont nous faire vibrer tout du long. J’apprécie encore une fois la pointe d’humour que l’on peut retrouver dans le roman. Cette pointe d’humour vient notamment de Cassie, qui arrive à nous faire sourire même dans l’adversité et je l’apprécie beaucoup pour cela.

L’écriture de Rick Yancey est toujours très plaisante, on peut ressortir de ce livre de nombreuses citations, toutes très inspirantes. Le récit est riche et parfaitement structuré, il y a ce qu’il faut quand il faut.

Venons en maintenant à la fin de ce livre. J’attendais qu’elle soit à la hauteur et j’ai été satisfait. On a un tourbillon d’action, de rebondissements, de révélations. C’est extrêmement mouvementé et captivant. On est tantôt surpris, tantôt pris d’espoir et puis tantôt pris de peur. C’est également plein d’émotions et de sensations. Certaines scènes arrachent le cœur. Les scènes finales sont pour moi excellentes et marquantes. Ce sont des moments émouvants, douloureux et passionnants. On finit sur des notes contrastées, avec quand même de la tristesse qui domine, mais c’est très beau.

Je trouve que c’est une belle fin, elle clôture correctement la trilogie. Peut importe mes attentes, je n’ai pas été déçu.

En conclusion :

Pour ce dernier tome, pas de grandes nouveautés. On retrouve les éléments , qui assemblés ont déjà conquis de nombreux lecteurs. C’est un tome on ne peut plus riche en action, émotions, suspense et sensations. L’atmosphère est assez pesante et sous tension, mais pas désagréable. Dès le départ on est englouti par le récit qui nous captive du début à la fin. C’est très mouvementé et prenant. Les personnages restent fidèles à eux-mêmes, qu’on les aime ou pas, ils apportent beaucoup et nous font vibrer tout du long. La fin est à hauteur avec des scènes remarquables et marquantes. C’est un très beau dénouement, avec des notes finales surtout tristes mais aussi jolies dans une autre mesure.


Titre : La dernière étoile

Édition : Robert Laffont (collection R)

Auteur : Rick Yancey

Parution : 26 Mai 2016
Pages : 432 pages
Prix : 17,90€

Phobos – Victor Dixen

 Je pense que si vous suivez, ne serait-ce qu’un peu, la sphère littéraire, vous avez dû déjà entendre le titre de ce roman, le nom de son auteur ou vu la couverture quelque part. « Phobos », moi j’en entends parler en bien depuis sa sortie, beaucoup de lecteurs l’ont adoré. Avec tous ces avis dithyrambiques que j’ai vu passer, j’ai énormément eu envie de me faire aussi ma propre opinion. De plus, le sujet m’a fait tout de suite fait envie.

phobos-victor-dixen

Résumé :

Le programme Genesis est peut-être le plus fou de l’Histoire. Dans un même vaisseau mais dans des compartiments distincts, six filles et six garçons deviennent des prétendantes et prétendants, de la plus grande émission de télé réalité jamais inventée. Leur vaisseau se dirige vers Mars, où ils devront créer la première colonie humaine. Ils ont tout le temps de leur trajet pour trouver l’amour. Ainsi, les candidats ont chaque semaine six minutes de speed dating où ils se découvrent et se séduisent dans l’optique de faire un choix au terme du voyage. La vie à bord du Cupido, comme les séances de speed dating sont filmées par des caméras embarquées et les images sont diffusées sur la chaîne Genesis, suivies par la terre entière. Léonor, une orpheline française de dix-huit ans est l’une des prétendantes choisies parmi des millions de candidatures venant de partout dans le monde. Elle, comme ses compagnons d’aventure sont projetés à la lumière, promis à la gloire. En allant sur Mars ils ont signé un aller sans retour, mais sont loin de se douter de certaines choses…

Mon Avis :

Avant tout, il faut savoir que le sujet me plaisait à la base et cela c’est confirmé en commençant ce roman. Je trouve le sujet original, moderne, vraiment dans l’air du temps. Cette histoire de téléréalité dans l’espace m’a directement accroché, l’idée est très bonne. On rentre dans cette lecture avec une grande rapidité, le livre débute au moment où les candidats sont prêts à partir. Pour moi ça a été un démarrage de lecture parfait, le contexte me plaisant et l’histoire commençant directement, j’ai pu de suite m’immerger dans ce roman.

Les six prétendants et prétendantes du programme Genesis ont été choisi à travers le monde. C’est un choix très spécifique qui a été réalisé, en effet pour le bien de l’opération il ne fallait pas que les jeunes gens aient quelque chose à regretter en quittant la planète. Les participants ont tous ont une histoire atypique, quelque chose à cacher qui explique leur volonté de quitter la planète. Dès que l’on comprend cela, on a soif de découvrir leur passé. La première personne dont on va découvrir le passé, n’est autre que Léonor, personnage principal de ce récit. Elle a dix-huit ans, c’est une orpheline française qui a eu une vie assez difficile. Elle a une particularité qu’elle va s’efforcer de cacher, elle-ci fait littéralement partie intégrante de son corps et est en lien avec son histoire personnelle.

Comme je le disais précédemment, le récit démarre dès la première page et tout de suite l’intrigue se met en place. L’auteur n’a pas perdu de temps, on n’a même pas encore pris toutes ses aises qu’un premier imprévu arrive, puis un premier fait intrigant qui s’avérera être très important pour la suite. Le contexte général a été exécuté par l’auteur avec brio, on sent bien qu’il est allé au bout de son ambition, il y a eu un travail certain de documentation. Ce qui nous est proposé de voir fait tellement vrai que l’insertion dans l’environnement de ce roman en devient simple. Par exemple, le programme Genesis est une téléréalité où les prétendants cherchent l’amour, ceci colle tout à fait avec ce qui se fait actuellement. De plus, tout ce qui est de l’ordre du voyage dans l’espace, de la façon d’arriver jusqu’à Mars et de l’agencement du vaisseau respectent globalement les connaissances et technologies aujourd’hui réalisables (évidemment certains éléments révèlent de l’invention). Ce n’est donc ni totalement futuriste, ni totalement fantastique, c’est un roman de science-fiction que je qualifierai de contemporain. En tout cas, cette atmosphère a suscité mon intérêt et m’a absorbé.

Pour moi, l’un des plus gros points forts de ce roman, est le fait qu’il y ait quatre points de vues différents qui se succèdent. Il y a le champ, le contrechamp, l’hors champ et la chaîne Genesis. Ce procédé m’a énormément plu, car il permet d’être sur plusieurs fronts en même temps. Nous suivons bien sûr principalement les prétendants dans le vaisseau, mais sur Terre il y a certaines choses qui se déroulent et qui attisent notre curiosité. Le récit est donc extrêmement divertissant et accrochant. Une fois entré dans l’histoire, celui-ci nous happe totalement. Nous suivons une émission de téléréalité de l’intérieur, la narration est imagée et tel que l’on a l’impression saisissante d’être devant sa télé et surtout d’être dans le programme. On est embarqué dans la vie à bord du Cupido et il s’y passe plein de choses. En effet malgré les affinités, la compétition est réelle pour trouver l’âme sœur. Entre mensonges, amitiés, trahisons, amours, et j’en passe, c’est très riche. Rien que cela tient beaucoup le lecteur en haleine. Il faut aussi ajouter à ça les secrets personnels que chacun possède et qu’il nous importe de découvrir.

Justement, pour ce qui est des personnages, je dois dire que le casting est on ne peut plus satisfaisant. Que ce soit des candidats ou pas, peu importe leurs caractères, je les ai tous adoré pour le rôle qui leur ont été attribué. Chacun à leur manière apporte une touche, qui assemblées donne quelque chose d’agréable et de captivant à lire. Les personnages ont tous des caractères bien construits et développés au cours du roman, il y en a pour tous les goûts. Aussi se sont globalement des personnages surprenants et donc que l’on ne se lasse pas de les suivre. Pour ce qui est de Léonor, le personnage principal, je l’ai bien sûr adoré, elle a une personnalité attractive, je me suis vraiment attaché à ce personnage. C’est une personne sincère dans ses actions et dans sa façon de penser à laquelle on peut vraiment s’identifier. Elle a ses faiblesses, ses peurs, ce n’est pas la plus extravertie mais pas la plus introvertie non plus. Elle impose ses idées, ne se laisse pas facilement influencer. Elle a un vrai caractère, elle va au bout de ce qu’elle entreprend, est intelligente, vive. On découvre de nouvelles facettes de sa personnalité jusqu’au bout, ce que j’ai trouvé tout à fait appréciable. Il faut que vous sachiez que les points de vue à l’intérieur du vaisseau, sont concentrés exclusivement sur le compartiment des filles. Ce sont elles que l’on apprend à connaître. Nous ne voyons les garçons que lors des séances de speed dating. Je me suis fait cette remarque en finissant le livre et j’ai vu que ça ne m’a finalement aucunement dérangé. D’une part, ça a permis et ça permet de garder un certain mystère autour de ces messieurs. D’autre part je n’ai pas ressenti une forte envie quant à voir ce qui se passait de l’autre côté, car la lecture était déjà très prenante telle qu’elle était.

Selon moi, le récit est structuré à merveille, chaque chose arrivait au bon moment, on va à l’essentiel et rien ne dépasse. Je trouve l’auteur très fort pour cela, son écriture est maîtrisée et vraiment agréable pour le lecteur. L’histoire est bien rythmée et on est constamment impliqué. Il se passe toujours quelque chose d’intéressant ou d’important, il n’ y a pas de moments de flottement, on ne s’ennuie donc jamais. La succession des différents plans aide beaucoup à cela car en tant que lecteur, on à la fois accès aux différentes choses qui se passe sur Terre et dans l’espace. Aux différents endroits que nous suivons, des enjeux se mettent en place très vite et sont fondamentalement intéressants et importants pour l’avancement du récit. Ces différents enjeux sont liés les uns les autres. Au début, ceux-ci donnent du suspense car il y a une aura de mystère à cause de certains points. Plus on avance dans la lecture, plus on a d’informations et progressivement une notion d’urgence et de l’appréhension naissent à cause de menaces qui se confirment. Il y a un bon grand nombre de révélations, de retournements de situation et de rebondissements qui viennent tinter notre lecture et ce tout du long. Ainsi, on passe par un grand nombre de sensations et d’émotions diverses et variables dans leurs intensités.

Le récit s’accélère indépendamment du lieu qu’il nous ait donné d’observer, mais cette accélération n’a pas partout la même origine. D’un côté il y a des enjeux qui pèsent sur la tête des candidats dans l’espace, mais ceux-ci sont préoccupés par d’autres choses, qui elles aussi deviennent toujours plus urgentes et importantes. À un moment, les menaces vont être découvertes par les candidats et dès lors, le dénouement de ce premier tome se met en place. La tension montant crescendo jusque là, va se faire tout de suite plus conséquente. Les différents éléments que l’on suivait séparément avant, se rejoignent. Le rythme évolue considérablement, c’est beaucoup plus dynamique. En tant que lecteur, on est entraîné de toutes parts, ce sont les montagnes russes au niveau des sensations. Il y a beaucoup de mouvements et d’action. C’est un dénouement maîtrisé avec génie. L’auteur nous met en haleine jusqu’aux dernières lignes. On finit sur une scène très importante, à partir de là on sait que le récit va prendre une tout autre tournure. Mais bien sur, ça finit brusquement à ce moment, le reste est pour le tome suivant. Vous l’aurez compris c’est une fin qui donne envie de lire la suite et plus que ça, qui fait naître une sorte de nécessité. Clairement, en finissant ce livre je regrettais de ne pas avoir le deuxième tome sous la main.

En conclusion :

« Phobos » est évidemment un coup de cœur, j’ai adoré ce roman du début à la fin. L’écriture de l’auteur est maîtrisée, envoûtante et même enivrante. Une fois entré dans cette histoire, vous ne pouvez plus la lâcher. C’est une lecture captivante et rythmée, c’est toujours dynamique on ne s’ennuie jamais. Le contexte est plutôt original, moderne et bien créé. Les personnages sont attachants, intéressants et parfois intrigants, chacun à leur manière ils deviennent utiles au récit. Au cours de cette lecture l’auteur joue souvent avec nos émotions et sensations par le biais de rebondissements, révélations et autres.

Ce roman vous emporte dans son univers du début jusqu’à la fin, je vous le conseille vivement. Lisez-le et vous m’en direz des nouvelles…


Titre :  Phobos

Auteur : Victor Dixen

Édition : Robert Laffont (Collection R)

Parution : 11 Juin 2015
Pages : 448 pages
Prix : 17,90€

La mer infinie – Rick Yancey

Bonjour, comment allez-vous? On se retrouve pour ma chronique du second tome de la trilogie « La 5ème Vague ». Pour lire mon avis intégral sur le premier tome, je vous invite à cliquer ici. Je dois dire que j’attendais beaucoup de ce livre. J’avais trouvé que le premier tome avec quelques faiblesses qui m’ont empêché de l’aimer autant que je l’aurais pu. J’espérais donc que ce deuxième me satisfasse davantage pour aller, peut-être même, jusqu’au coup de cœur.

la-5e-vague-tome-2-la-mer-infinie

Résumé :

Cassie Sullivan et ses nouveaux compagnons, ont survécu aux quatre premières vagues. Tous ensemble ils forment un groupe pour se soutenir face à l’ennemi. La 5ème vague vient de commencer à déferler, le petit groupe de rescapés connaît la cruauté de l’ennemi, mais ils ne savent pas à quoi s’attendre réellement. Justement alors, que faire? Attendre, espérer, partir et se battre? Le choix est compliqué car personne ne peut prédire ce que qui adviendra en fonction de la décision prise. Pour survivre et ne pas tomber dans les pièges ennemis, nos protagonistes vont devoir redoubler d’intelligence et de prudence. En effet l’ennemi continu d’utiliser d’étranges stratagèmes pour les nuire. La question centrale reste la même : pourquoi et quels sont leurs buts? En tout cas, dès maintenant, la bataille finale commence…

Mon Avis :

Dès le début, j’ai été happé par le roman. On arrive dans une situation tendue, où tous les personnages (ou presque) sont réunis. Cela m’a fait réellement plaisir de débuter le récit en les retrouvant tous au même endroit. Ils se cachent dans un hôtel en attendant de trouver une solution. Evan a promis à Cassie qu’il la retrouverait donc celle-ci s’accroche à cet espoir. Les autres, se demandent s’ils ne feraient pas mieux de quitter les lieux. Ainsi, on rentre tout de suite dans l’ambiance et on est directement focalisé sur ce qui se passe. Cette situation précaire et tendue nous attire directement, car elle donne dors et déjà envie de connaître le dénouement.

Les péripéties vont réellement débuter lorsqu’un premier personnage va décider de quitter le repaire. Cette décision va doubler la tension déjà très présente dans le groupe. Un autre personnage va ensuite décider d’aller à la recherche du précédent. Grâce à cela, on sort un peu de l’environnement intérieur pour des scènes d’extérieurs. On a alors le droit à quelques bonnes scènes d’action, assez dynamiques et notamment avec un passage plutôt émouvant.

Cependant, pendant presque la moitié du roman, l’action reste plutôt stable. Contrairement au tome précédent où ça commençait dès le départ, là ça arrive après. Comme nos protagonistes restent tous (à quelques exceptions faites) dans l’hôtel, il y a déjà moins de mouvements et moins de chances qu’il se passe quelque chose de différent. Vous ne le savez peut-être pas, mais le tome un « La 5ème vague », est coupé en différentes parties et pour chacune d’entre elles, le narrateur change. C’est la même chose dans ce tome ci et grâce à ce procédé on varie les plaisirs. On a beau savoir que la majorité des personnages sont dans un lieu clos, en tant que lecteur on ne le sent presque pas et c’est tout à fait appréciable. Grâce aux personnages se trouvant à l’extérieur on obtient un bon nombre d’informations qui vont introduire la suite des événements.

Au fur et à mesure, on découvre les dangers et on obtient des révélations, le récit devient donc un peu plus palpitant. On a toutes les cartes en main et on n’a qu’une seule hâte : voir ce qui se produira une fois tous les éléments rassemblés. Pendant que tout se prépare, le récit est surtout focalisé sur Cassie qui est avec les autres dans l’hôtel. Elle se livre sur ses sentiments et émotions vis-à-vis de la situation ainsi que sur son attente d’Evan. Elle s’accroche à l’espoir et à la promesse qu’il lui a faite. J’ai tout autant apprécié, voire même plus, le caractère de Cassie. Elle est simple, vraie et déterminée. Elle m’a touché, dans ses actions, dans ses attentions mais surtout dans l’amour passionné et sincère qu’elle offre à Evan et à son petit frère. C’est un personnage définitivement très attachant.

Dans ce deuxième tome, j’ai appris à apprécier tous les personnages, notamment ceux considérés comme secondaires. Les personnages qui étaient relativement dans l’ombre au premier tome, ont chacun à leur tour été mis à la lumière, le temps d’un passage. De cette façon, on a pu découvrir leur passé, se révélant être tous tristes, bouleversants et émouvants. Dès lors, on comprend mieux leurs caractères, leurs surnoms et on les voit d’un tout autre œil. Au travers de la vie en communauté, on observe aussi de nouvelles facettes des personnages. Entre désaccords, jalousies, préférences, amitiés, c’est très mouvementé. En cumulant cela à la situation, à l’atmosphère pesante, à la peur, aux dangers environnants… c’est plutôt haut en couleurs. Ce n’est pas forcément à ce moment extrêmement palpitant, mais ça reste tout de même assez attractif et intéressant.

À partir de la moitié du roman environ, l’ambiance va commencer à changer. Les éléments dont on avait pris connaissance auparavant vont progressivement venir déstabiliser les protagonistes, toujours réfugiés dans l’hôtel. Tous les problèmes existants et qui tournaient précédemment autour d’eux, sont donc désormais concentré en un seul lieu. À partir de ce moment, la pression et la tension vont augmenter constamment. Il y a urgence, on sait que les dangers vont bientôt s’abattre sur eux, mais on ne connaît pas la manière exacte dont ça va se faire. Les révélations vont rajouter du désordre et même de la peur. La situation se durcit de plus en plus et parallèlement on est davantage captivé. Environ vers cette période du récit, Ringer (un personnage féminin) va tenir la narration pour un bon moment. Au départ, j’ai été déçu car ce n’est pas forcément celle que j’aurais voulu comme narratrice à ce moment là. Mais finalement, j’ai été satisfait que ce soit elle. C’est quand même aussi un personnage très marqué dans le récit. Elle a selon moi le caractère le plus fort, qui ne la rend d’ailleurs pas la plus sympathique au premier abord. Elle est forte, à un mental d’acier et se laisse vraiment difficilement submerger par les émotions. Sa personnalité est digne d’une grande héroïne, elle fait son petit effet et est bien utile au récit. Je l’ai plus amplement découverte, elle m’a encore surpris et c’est ma révélation de ce deuxième tome.

Dans ce roman, le rythme évolue crescendo. Le récit consolide son emprise sur le lecteur. De plus, la lecture devient plus frénétique est palpitante. Le danger rodait constamment au départ, ce n’était presque qu’une menace sourde. Dans la deuxième moitié du roman, le danger va maintenant arriver perfidement une première fois et de manière significative. Les protagonistes sont attaqués par leurs ennemis, indirectement grâce à des stratagèmes qu’ils ont mis en place. Cette première attaque est marquante et efficace, en plus de rajouter de la peur et de la panique, elle fait naître de la pitié. C’est un passage triste et poignant qui va faire vivement réagir les personnages, et précipité des scènes d’action.

Dans ma chronique du premier tome, je disais que les ennemis, ces êtres venus d’ailleurs semant le trouble, procuraient une vraie force au récit. C’est toujours le cas dans ce second tome, car comme je le disais, tout tourne autour d’eux. Déjà ils nous intriguent par le fait qu’ils aient une apparence humaine. Cette première énigme va être levée, car au cours du récit on apprend certaines choses sur le sujet. Cependant il reste les questions que l’on continue toujours de se poser : quels sont leurs buts? Pourquoi tout ça? Pourquoi de cette manière-là? Personnellement, comme les personnages, ça me torture l’esprit. L’auteur est très malin et joue avec nous. On a extrêmement envie de comprendre mais il crée de l’attente, ainsi pour satisfaire ce besoin on reste plongé dans l’histoire et on tourne chaque page avec l’espoir à la fin, d’avoir ne serait-ce que quelques clés de résolutions. Ne pouvant pas satisfaire ce besoin à la fin du tome, c’est une des raisons pour lesquels on peut avoir envie de lire la suite.

Justement, il est maintenant temps d’évoquer la fin de ce livre. Celle-ci est vraiment très dynamique. On y retrouve l’action pure, telle qu’il y en a dans le premier tome en grande quantité. La situation initiale se dénoue et ça part progressivement dans tous les sens. Depuis le début, la pression s’accumule et arrivé là tout explose. Malgré que la situation soit très agitée, on ne perd pas le fil, l’auteur maîtrise bien ses dosages. Les scènes d’action sont d’une excellente qualité, elles vous transportent au cœur même des événements et vous font vibrer. C’est la partie qui m’a le plus accroché et captivé. C’est riche, il y a des rebondissements, des imprévus et tout ça fait naître chez le lecteur beaucoup de sensations et émotions. En somme, c’est une fin mouvementée et pleine d’action, avec des scènes finales qui vous laissent sur votre faim et qui donnent vraiment envie de lire la suite.

En conclusion :

J’ai vraiment beaucoup aimé ce second tome. Etonnement, j’ai même presque l’impression que je l’ai légèrement plus apprécié que le premier. Bien que le lieu central du récit soit clos et que les personnages y sont tous rassemblés, on ne s’ennuie pas. Je pense que j’ai légèrement plus apprécié ce tome-là, car j’ai été totalement plongé dans ma lecture du début à la fin. Les enjeux, dangers, révélations, mystères… m’ont énormément captivé. Le récit est agréablement structuré, les narrateurs choisis sont intéressants, pareil pour leurs narrations qui d’autant plus, sont efficaces. Le rythme n’est pas aussi vif qu’il aurait pu être, mais ce n’est pas foncièrement gênant. L’auteur a préféré dans ce tome diminuer la vitesse pour davantage susciter notre intérêt sur l’histoire en elle-même, sur les défis, les dangers, les sentiments… On est souvent surpris dans la lecture par des rebondissements, retournements de situation qui font naître de plus ou moins grandes sensations et émotions. Je trouve que Rick Yancey a fait un bon compromis car grâce aux éléments que je viens de citer, on ressent moins la diminution des scènes d’action, par rapport au premier tome qui en était richement fourni. Au cours de ma lecture c’est vrai que ça m’a un peu manqué, mais heureusement la fin est très dynamique, de sorte à que je n’ai finalement eu aucun regret.

J’attends le troisième tome avec impatience pour voir comment tout cela va se terminer, et pour avoir les réponses à mes questions.


Titre :  La mer infinie

Auteur : Rick Yancey

Édition : Robert Laffont (Collection R)

Parution : 16 Octobre 2014
Pages : 416 pages
Prix : 17,90€

La 5ème Vague – Rick Yancey

Bonjour les amis, je vous retrouve pour ma chronique du roman « La 5ème Vague » de Rick Yancey. Vous vous en doutez, je n’ai pas pu échapper au phénomène « La 5 ème vague », qui est même adapté maintenant au cinéma. J’ai lu de nombreux retours positifs sur ce livre, le synopsis m’intéressait, j’ai donc décidé moi aussi de tenter l’aventure.

la-5e-vague-tome-1-rick-yancey

Résumé :

La planète Terre a été envahi par Eux, des êtres venus tout de droit du fond de l’univers, qui ressemblent traits pour traits à des humains. Leur débarquement n’a aucun caractère amical ou pacifique, en effet ils s’efforcent de tuer les humains. Pour cela, ils ont procédé par étapes, quatre vagues ont déjà déferlé et chacune d’entre elles extermine l’humanité d’une manière différente. Eux, ont ainsi massacré des milliards d’humains, balayé les résistants et les derniers rescapés sont décimés. Cassie, fait partie de ces derniers rescapés. Ne pouvant faire confiance à personne, elle est condamnée à rester seule et fuir pour rester en vie. Elle sait bien que ces êtres mystérieux sont en pleine chasse et qu’ils n’hésiteront pas à l’exécuter si elle a le malheur de croiser leur chemin. Elle s’accroche à sa règle de solitude jusqu’à sa rencontre avec Evan Walker. Elle sait qu’il est peut-être sa dernière chance pour atteindre son but, retrouver son petit frère. Cassie va-t-elle faire le bon choix…

 Mon Avis :

L’univers du roman « La 5ème Vague » est post-apocalyptique. La menace issue de l’univers a détruit la civilisation et il ne reste plus beaucoup de rescapés. J’ai tout de suite adhéré à l’univers car l’idée m’a plu, on a quelque chose ni trop complexe, ni trop simple. On accroche vite au récit, on démarre la lecture sur du mouvement, qui va directement nous transporter. On suit au départ Cassie, seule et fuyante. Elle a un fort caractère qui fait d’elle une héroïne hors pair. Elle est à la fois forte, courageuse, déterminée mais aussi se révèle être sensible et passionnée. Par-dessus tout, elle a un franc-parler et un humour à toute épreuve. Elle m’a fait rire de nombreuses fois, Cassie est un personnage attachant et j’ai pris un grand plaisir à la suivre.

C’est par l’intermédiaire d’analepses que nous découvrons de passé de Cassie. Ainsi, nous visualisons comment s’est déroulé la vie sur Terre depuis l’arrivée de ces êtres venus d’ailleurs. Ce procédé est fréquemment utilisé, notamment pour les autres personnages par la suite. Le récit des événements passés est passionnant et permet d’introduire les intrigues.

Dès que nous prenons connaissance du danger que représentent les mystérieux arrivants, le récit devient plus angoissant. La tension est palpable, on a peur pour les personnages. Le récit, les intrigues, tout tourne autour des êtres mystérieux qui ont débarqué sur Terre. En effet, de la même manière que les personnages, on se pose de nombreuses questions sur Eux. Qui sont-ils, quels sont leurs buts… Mais, ce qui chez Eux, procure une force au récit, c’est le fait qu’ils aient une apparence humaine. C’est très étrange, on ne comprend pas bien qui ils sont. Cela rend le récit réellement poignant, les vrais humains peuvent difficilement, au premier abord, faire la différence entre un humain et un non humain.

Ce roman est constitué de plusieurs parties de longueurs différentes. Pour chacune d’entre elles, on découvre un nouveau personnage ou on en retrouve un que l’on connaît déjà. Ces derniers, n’évoluent pas tous ensemble, du moins au départ. En fonction du narrateur, le mode de vie, le milieu etc… change. J’aime beaucoup ce procédé qui nous permet d’être sur plusieurs fronts en même temps et qui permet de gagner bon nombre d’informations.

Les personnages principaux de cette histoire sont surtout Cassie et Evan, mais il y a également Zombie et Ringer dans une autre mesure. Ces personnages-là, comme les secondaires m’ont beaucoup plu. Ils ont des histoires différentes, toutes tristes et émouvantes, des tempéraments plus ou moins forts. Malgré le caractère que l’on discerne en premier, il se cache toujours chez l’un, l’autre extrême. Celui qui semble faible peut avoir un grand courage et celui qui semble inflexible peut s’avérer être très émotionnel. Je trouve que ce sont de bons et intéressants personnages et ils évoluent de manière intéressante.

Les personnages qui m’ont le plus plu resteront cependant Cassie et Evan. Je ne fais pas dans l’originalité, c’est vrai. Ils m’ont accroché, dès leur rencontre qui s’est faite dans d’improbables circonstances. Au long du roman, ils vont entretenir une relation spéciale qui suscite l’intérêt. En effet, il y a de nombreux mystères et non-dits qui tournent autour d’Evan.

Ainsi, le récit a réussi à me retenir grâce au contexte et aux personnages que j’ai apprécié. Ensuite, les intrigues ont aussi su me captiver, il y a de bons enjeux qui nous donnent envie de suivre le déroulement des evenements. Peu importe où se trouvent les personnages, le danger plane. On est dans une ambiance électrique, lourde en tension et qui est maîtrisée par l’auteur. Au cours de la lecture, on a le droit à de nombreuses révélations, qui crescendo augmentent la curiosité du lecteur. Il y a une bonne dose de mystères et de suspense qui nous tient en haleine. L’action est bien sûr énormément présente, dans ce type de roman c’est un peu fondamental je pense. C’est savamment dosé, les scènes ont ce qu’il faut de dynamisme pour faire naître de puissantes sensations. Rick Yancey nous offre de très belles scènes d’action, il s’y prend à merveille pour nous transporter au cœur des événements, on visualise les scènes et souvent avec effroi. C’est toujours de très bonne qualité.

Malheureusement, je pense qu’il y a des passages qui manquent un peu d’action. On a d’une part des passages forts en dynamisme et d’autre part des passages assez longuets. C’est dommage car ces passages sont quelque peu récurrents, l’histoire avance, mais du point de vue du lecteur on a l’impression que ça stagne. Je ne dirais pas que je me suis ennuyé car ce n’est absolument pas le cas. Tous les autres éléments indiqués précédemment m’ont permis de ne pas arriver à cet extrême-là, j’étais toujours aussi accroché à l’histoire. Simplement, ces moments de flottement on peur effet de casser le tempo et de créer un rythme irrégulier. Je ne pense pas que ce point rende le roman moins attrayant, je pense plutôt qu’il ne lui permet pas d’atteindre son maximum. J’ai été déçu à niveau là, car ayant entendu tellement de bien sur ce roman, je ne pensais pas ressentir un problème de ce genre.

Enfin, à un moment, les récits des différents narrateurs se croisent. Dès lors, tout s’accélère et nous n’avons plus aucun répit. Il y a beaucoup plus d’action et de tension. On est totalement imprégnés par les événements et on vit les choses avec beaucoup de réalisme. C’est très rythmé et dynamique mais on ne perd jamais le fil. Certains éléments se dénouent, il y a un bon nombre de révélations et en même temps de nouveaux enjeux naissent. On passe d’une émotion à une autre, c’est aussi très riche en sensations. C’est une fin que je trouve vraiment bien réussi, elle m’a captivé, m’a fait frémir ainsi que donné envie de lire la suite.

En conclusion :

J’ai adoré « Le 5ème Vague ». L’univers post-apocalyptique est bien réalisé et enivrant. Le sujet est captivant, les envahisseurs nous intriguent et les personnages sont attachants et intéressants. De la tension plane constamment, on ne sait pas à quoi s’attendre et le mystère tout aussi présent nous donne envie d’en savoir toujours plus. On se retrouve à multiples reprises embarqué au cœur de l’action, les scènes y sont d’une qualité poignante. Cependant, le rythme est assez irrégulier à cause de passages longs et plutôt ternes, qui cassent le tempo. Ceci est tout de même peu dérangeant car les points positifs, nombreux, contrebalancent. Moi, ça m’a laissé un petit goût amer, créant quand même de la déception. Avec tout les avis positifs qu’a eu ce roman, je ne m’attendais pas à ce que quelque chose de ce genre me gêne, j’en attendais plus.

« La 5ème vague » est effectivement un très bon roman que je vous conseille. Néanmoins, si vous ne voulez pas être légèrement déçu comme je l’ai été, ne surestimez pas trop ce livre. Il manque pour moi quelques petits éléments pour que je dise que c’est un véritable coup de cœur.


Titre :  La 5ème Vague

Auteur : Rick Yancey

Édition : Robert Laffont (collection R)

Parution : 16 Mai 2013
Pages : 608 pages
Prix : 18,50 euros

L’infini + un – Amy Harmon

Amy Harmon est une auteure dont j’ai beaucoup entendu parler, notamment pour son roman « Nos faces cachées », un véritable best-seller aux Etats-Unis. En gagnant un concours organisé par le compte Twitter de la « collection R » de chez Robert Laffont, j’ai eu l’immense chance de recevoir un de ses romans qui s’intitule « L’infini + un ». Immédiatement après sa réception je me suis empressé de le lire.

infini-plus-un-amy-harmon

Résumé :

Bonnie Rae Shelby est une superstar. Son quotidien se partage entre les fans, les strass et les paillettes. Elle est jeune, a la beauté, la gloire et de l’argent … Pourtant, Bonnie n’est pas forcément la plus heureuse. À tel point qu’elle va même jusqu’à vouloir perdre la vie. Grâce au destin, elle va faire la rencontre de Finn Clyde. Ce dernier, est à première vue un banal jeune homme, il vit avec sa mère, est passionné de math… Bref, l’opposé total de Bonnie. Cependant, à seulement vingt-quatre ans, Finn a déjà fait cinq ans de prison. Ce n’est donc surement pas la personne la plus fréquentable pour Bonnie. Leur improbable rencontre va pourtant se poursuivre sur un périple à travers les Etats-Unis qui vont les transformer pour le meilleur et pour le pire.

Mon Avis :

Dès la première page, le ton est donné. On arrive au moment où, dans des circonstances particulières, Bonnie Rae la superstar, va faire la rencontre du jeune Finn Clyde. Au premier abord, ces deux jeunes gens sont diamétralement opposés. Pourtant, au fond ils ont de nombreux points communs.

J’ai adoré les personnages principaux, et ce dès le départ. Ils ont chacun un caractère intéressant. Bonnie est impulsive, vive, pétillante, pleine de vie. Son côté sombre et triste prend parfois le dessus et elle change soudainement d’humeur. Finn est un brave garçon qui a connu de rudes choses dans sa vie. De par son noir passé ce n’est pas foncièrement la personne à qui on ferait confiance, il est mystérieux et froid. Il est cependant très aimable, protecteur et passionné même s’il n’est pas du genre à le montrer ostensiblement. Bonnie et Finn m’ont tout autant touché et je me suis vraiment attaché à eux.

Après leur rencontre, nos deux protagonistes nous embarquent dans un voyage à travers les Etats-Unis. Ainsi, on est constamment dans le mouvement, il y a du rythme et on ne s’ennuie pas. Dans un premier temps, le voyage prend une allure plutôt paisible et sympathique, Bonnie et Finn apprennent à se connaître. Progressivement une romance va aussi naître, celle-ci constitue une grande part du squelette du récit. Vous ne le savez peut-être pas, mais bien que je retrouve très souvent des romances dans mes lectures c’est un point sur lequel je suis presque intransigeant. Le problème est que je peux trouver très vite une relation amoureuse niaise et ridicule. C’est la raison pour laquelle je ne lis quasiment jamais de romance à proprement parler.

Dans ce roman, j’ai trouvé que la romance était maîtrisée d’une main de maître. Ce n’est absolument pas excessif, il y a un aspect très sincère et réel qui rend le récit terriblement émouvant. Leurs personnalités, leurs passés respectifs, leurs ressemblances et leurs différences donnent un ensemble agréablement surprenant. L’ensemble est donc joli et agréable à lire.

Si ce roman est aussi agréable à lire, c’est en grande partie grâce à l’envoûtante plume de Amy Harmon. C’est la première fois que je lis un livre de cette auteure et ce ne sera clairement pas la dernière. Elle a un vrai don pour absorber le lecteur, quand on plonge dans le récit on a du mal à le quitter. Son style d’écriture est doux, léger et poétique et met en valeur l’histoire avec brio.

Au fur et à mesure du roman, le périple va prendre une tournure plus inquiétante pour nos deux protagonistes. Il vont enfin découvrir qu’ils sont poursuivis. Après l’inquiétude viennent la panique et la précipitation, de ce fait l’histoire devient doublement plus mouvementée. C’est une partie que j’ai énormément apprécié pour sa concentration en sensations et émotions. Il y a un très bon rythme, saccadé par intermittence avec des passages plus mélancoliques et avec des sentiments forts. Il y a plein de belles choses qui ressortent de cette lecture, c’est riche et marquant.

La fin du roman nous embarque dans une sorte de montages russes. On passe d’un extrême à l’autre, tantôt on sourit puis tantôt on s’inquiète. Qu’elles soient tristes ou joyeuses les scènes y sont débordantes d’émotions et l’écriture de l’auteure rend ces passages justes divins. Tout est parfaitement bien orchestré et on ferme ce livre sur des notes positives, satisfaisantes et qui mettent du baume au cœur.

En conclusion :

« L’infini + un » est un road-trip passionnant qui nous fait voyager avec deux personnages attachants. L’histoire est belle, émouvante, pleine de vie et de jolis sentiments. Le roman est poignant et agréable à lire notamment grâce à la plume magistrale de Amy Harmon. J’ai entièrement été conquis par son style d’écriture, elle fait passer de puissantes émotions sur un ton doux et fluide. La romance est sublime et surtout maîtrisée, elle a ainsi un aspect profond qui lui confère un côté réel. Ce récit est une vraie pépite.

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré ce roman et c’est un véritable coup de cœur. Par conséquent, j’ai très envie de lire un autre livre de Amy Harmon. « L’infini + un » est un roman que je n’oublierai pas de sitôt et que je pense relire un jour.

Si vous avez l’occasion de vous procurer ce livre, foncez!


Titre :      L’infini + un

 Auteur : Amy Harmon

Édition : Robert Laffont (Collection R)

 Parution : 16 Septembre 2015
Pages : 432
Prix : 17,90€