Arena 13 – Joseph Delaney

« Arena 13 » est un roman qui me faisait de l’œil depuis un bon moment. Faisant partie de la sélection du CODE LEA, j’ai directement saisi l’occasion pour me lancer dans cette lecture. Qu’en ai-je pensé? Je vous laisse le découvrir tout de suite.

arena-13-joseph-delaney

Résumé :

Vaincue par des machines douées de conscience, l’humanité n’existe presque plus. Les derniers habitants vivent dans le pays de Midgard, confinés par l’épaisse barrière de brouillard qui les entoure. Au-delà de cette barrière infranchissable, personne ne sait ce qu’est devenu le monde. Le pays de Midgard est dominé par une créature qui terrorise les habitants, qui vole les âmes : Hob.  Gindeen, la seule ville du pays abrite des arènes, dans lesquelles se succèdent des combats à longueur de journée. Il existe treize arènes dont la plus prestigieuse est la treizième. Dans l’arène treize, on parie sur celui qui fera couler le sang en premier, on parie sur celui qui trouvera la mort… Le jeune Leif arrive un jour à Gindeen, dans un but précis. Il souhaite à tout prix combattre dans l’Arene 13, pour se venger…

Mon Avis :

L’univers de ce roman est la première chose qui m’a plu. C’est un univers fantasy avec un aspect dystopique, construit autour d’éléments qui rappellent la civilisation romaine. Il est en effet question de combats dans des arènes, comme des combats de gladiateurs, avec aussi l’idée du prestige des combattants et de toute une fascination du peuple concernant tout cela. C’est un univers prenant, intéressant, à la fois sombre, mystérieux et fascinant. Malheureusement, j’ai trouvé que cet univers, n’a pas su toujours être mis correctement en valeur au cours du récit. Je trouve que ce monde que l’auteur a créé n’est pas assez enraciné et un peu instable parfois. J’aurais aimé que Joseph Delaney aille plus loin avec cet univers-là.

Le récit en lui-même est plutôt sympathique, on suit le personnage principal, Leif, dès son arrivée à Gindeen où il a un but bien précis. Ce personnage de Leif est plaisant à suivre, assez attachant, mais selon moi il n’a pas eu un caractère assez marqué pour porter l’histoire. Il est quand-même assez effronté, il est courageux, il a de belles valeurs, c’est le type de personnages que l’on voudrait avoir pour ami. Mais, même si je l’ai beaucoup apprécié, il a manqué cette touche qui le rendrait unique et marquant. Les personnages dans son genre sont construits à partir de codes assez récurrents, et Leif n’a pas cette singularité qui lui permettrait de se détacher de tout ce genre de personnage que l’on retrouve souvent.

La lecture est tout à fait fluide et agréable, on a un bon univers, un bon personnage principal. Les péripéties sont assez plaisantes également, on a des moments de tension, de doutes, de peur, de joie… J’étais attaché au personnage, le récit m’a vraiment entraîné de telle sorte qu’à certains moments, j’étais littéralement en colère ou déçu. J’ai vibré avec Leif, et cela est un bon point. Malgré ces bons points, je n’ai pas vraiment apprécié le roman dans sa globalité. Je trouve que la construction du récit est assez étrange et je m’y suis un peu perdu.

On a dès le départ une première intrigue, Leif a un but précis et unique. À partir de là, viennent les péripéties. On a des moments d’action, on avance au niveau de l’intrigue etc… Puis vers la fin, une nouvelle intrigue apparaît. Cette dernière est bien sûr étroitement liée à la première, mais personnellement j’ai été un peu perturbé. Même si je sais que ce n’est pas le cas, il n’empêche que j’ai eu l’impression que tout ce qui a été construit avant a été balayé par ce rebondissement qui arrive à contre-courant de tout ce qui a déjà été mis en place. Je sais pertinemment que ce rebondissement va probablement apporter plus dynamisme et de sensations à la suite de l’histoire. Cependant, même au moment où je vous écris je n’arrive toujours pas à comprendre, j’ai presque du mal à voir le récit comme un ensemble tout à fait cohérent. J’ai cette impression d’avoir été roulé dans la farine au dernier moment.

Paradoxalement, (ou pas d’ailleurs) cette fin en elle-même je la trouve réussie. On a du rebondissement, du dynamisme et un très bon rythme. C’est une fin prenante, surprenante, émouvante aussi. C’est riche, ça crée une rupture qui relance l’intérêt du lecteur. De ce point de vue précis, c’est satisfaisant.

Tristement, je ne vais pas terminer cette chronique en beauté, puisque j’ai encore deux bémols à évoquer. Tout d’abord, j’ai trouvé qu’il y avait un manque de description des personnages fantastiques de ce récit. Dans « Arena 13 » il est question de quelques bêtes étranges et j’ai trouvé qu’elles n’étaient pas toujours bien décrites. C’est peut-être pour garder un peu le côté mystérieux, mais j’ai peiné à visualiser pleinement ces êtres étranges, pourtant au cœur du récit.

Deuxième point, j’ai été extrêmement déçu par le fait que ce roman ne corresponde pas au genre qu’on lui donne. J’ai vu partout qu’ « Arena  13 » était catégorisé comme « roman ado » même sur les pages officielles de l’éditeur, alors que je ne trouve pas que ce roman corresponde vraiment à ce que je qualifierais comme tel. J’ai trouvé pour le coup que faisait plus jeunesse que roman ado. L’élément qui m’avait conforté dans l’idée que ça soit un roman davantage typé « ado » a été l’indication « pour lecteurs avertis. Découvre d’autres livres à ne pas lire la nuit sur ww…. », que l’on retrouve sur la quatrième de couverture. L’univers à beau être assez sombre, je n’ai pas vraiment pas eu peur en lisant ce livre, et c’est un froussard qui vous le dit! Il y a pourtant des romans jeunesse que j’avoue eu avoir du mal à lire la nuit, mais pas celui-là.

En conclusion :

« Arena 13 » est un bon roman, simple à lire, avec un univers intéressant, un personnage attachant et un récit plutôt captivant. Cependant, je trouve qu’il manque plein de petits éléments, qui font que ce roman n’est pour moi pas pleinement abouti. Ce livre n’est pas à la hauteur de ce qu’il nous promet, de ce à quoi je m’attendais pour un tel livre, par conséquent je suis assez déçu par cette lecture.

Dans le cadre du CODE LEA 2017 je dois donner à ce roman une note.
Voici le système de notation :
-1 étoile (nul)
-2 étoiles (pourquoi pas?)
-3 étoiles (intéressant)
-4 étoiles (très bien)
-5 étoiles (excellent !)
Voici ma note pour cette BD :
*** Trois étoiles (intéressant).

 


Titre : Arena 13
Auteur  : Joseph Delaney
Edition : Bayard Jeunesse
Parution : 5 Novembre 2015
Pages : 390 pages
Prix : 15,90€

Publicités

La passe miroir, Les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos

Bonjour, je vous propose de découvrir mon avis sur le roman « La passe miroir » de Christelle Dabos. Ce livre, et même l’autre tome paru à ce jour, ont été plébiscités par un grand nombre. La booktubeuse Bulledop, n’a cessé d’en parler, partageant tout son amour pour cette série signée Christelle Dabos. J’ai donc décidé de découvrir le tome un et je vais vous en parler tout de suite. Fun fact : en choisissant ce livre dans un rayon à la fnac, une cliente lambda, me voyant le livre à ma main, lance spontanément : « Ah il est génial ce livre, il faut le lire! ».

les-fiancés-de-lhiver-la-passe-miroir-christelle-dabos

RÉSUMÉ :

Dans un monde fantastique, sur l’arche D’Anima, vit Ophélie. Derrière son aspect banal, de jeune fille myope introvertie, elle cache des dons d’animistes. Cette dernière peut en effet lire le passé des objets rien qu’en les touchant, et aussi rare que cela puisse être est même pour une animiste, elle arrive à traverser les miroirs. C’est une passe-miroir. Un jour, elle apprend qu’elle va être fiancé à Thorn qui fait partie du clan des Dragons. Elle va donc devoir quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale volante du Pôle. À son arrivée, elle va progressivement se rendre compte, qu’elle n’est pas au bout de ses peines, loin de là!

MON AVIS :

Dès les premières pages, j’ai été engloutit par l’univers fantastique de ce roman. Ce n’est pas un univers fantastique énormément marqué, donc j’ai été satisfait. Je trouve que ce monde dans lequel on évolue avec les personnages, est dans sa conception assez simple, mais il est original et ça fonctionne. On tombe dans quelque chose d’assez unique, avec de belles idées et tout cela est maîtrisé. J’ai donc adoré au fil des pages avancer dans cet univers fascinant.

L’intrigue principale de ce tome se met en place très tôt, ce qui est un bon point. C’est ce qui nous permet d’entrer aussi vite dans l’ambiance du récit, et d’être captivé dès le début. Malheureusement, il y a un bémol, c’est le bémol principal de ce livre pour moi. Après avoir découvert l’intrigue le récit devient long. Du début, à plus ou moins la moitié du livre j’ai vraiment ressenti que le récit avançait lentement. Il ne se passe vraiment rien d’extraordinaire. Je ne me suis pas ennuyé, car la lecture est quand même intéressante, j’aime l’univers etc, donc ça allait. Durant cette période, les actions n’étaient pas inutiles, c’est simplement qu’elle ne permettait pas d’avancer assez, au niveau de l’intrigue. On suit surtout l’arrivée, l’acclimatation d’Ophélie dans son nouvel univers… C’est sympathique, mais pas exaltant.

Dans le cas où j’aurais abandonné ce roman lors de la première moitié du roman, je vous aurais dit que cette lecture est une pure déception. Mais, puisque j’ai bien sûr lu tout le roman, je ne peux plus dire cela. En effet, vers la fin de la première moitié du roman (encore une fois tout cela est approximatif), mon intérêt a commencé à croitre crescendo. On commence alors à entrer dans le vif du sujet.

Pour ce qui est des personnages, je les ai sincèrement tous aimé. Secondaires ou non, méchants ou non, j’ai apprécié chez eux leur caractère et surtout ce qu’ils apportent au récit. À ce niveau, l’auteur fait un sans faute, elle a inventé des personnages qui marchent à merveille. Plus particulièrement, j’ai énormément aimé les deux personnages principaux, Thorn et Ophélie. Thorn, malgré son caractère antipathique, froid, les révélations qui ne vont pas en sa faveur et son côté mystérieux, m’intrigue. On a toutes les raisons de ne pas l’aimer, mais j’ai la certitude qu’au fond c’est une belle personne. Ophélie, je l’ai simplement adoré, malgré sa timidité et son insociabilité elle a un caractère affirmé dont je suis fan. Elle est m’a énormément fait rire aussi, c’est clair que je ne l’oublierai pas d’aussi tôt! Ce fût un pur bonheur de la suivre.

Précédemment, je disais que dès la seconde moitié du roman j’ai davantage été intéressé par le roman. Le dernier quart du récit a alors été ma partie FA-VO-RITE! Franchement, c’était dynamique, les actions étaient nombreuses, plus intéressantes et importantes. On en apprend davantage sur le pourquoi du comment Ophélie a été choisie comme fiancée pour Thorn. Il y a beaucoup de révélations et de rebondissements, qui sont très bien placés. Pour vous dire, je lâchais des cris de stupeur, tellement j’étais choqué et pris par ma lecture! Cette fin de récit est riche, captivante à souhait, simplement excellente. Bien sûr elle donne totalement envie de lire le tome suivant.

EN CONCLUSION :

Malgré une première moitié du récit que je juge lente et qui m’a déçu, j’ai beaucoup aimé cette lecture. Les personnages sont géniaux, tout comme l’univers de ce récit. Ce n’est que vers la fin du roman, que le récit prend toute son ampleur. On a de l’action, du rebondissement à souhait et c’est très prenant. Les révélations nous captivent, l’intrigue du tome suivant se met en place et nous donne envie de lire ce second tome. Pour moi, la fin du roman a été un coup de cœur, l’ensemble ne l’est pas car le récit n’est pas uniforme.

Je place beaucoup d’espoir sur le tome suivant, en espérant qu’il soit alors un véritable coup de cœur. En tout cas, pour l’instant je peux vous conseiller sans problème ce premier tome.


Titre : Les fiancés de l’hiver, tome un : La passe miroir

Édition : Gallimard Jeunesse

Auteur : Christelle Dabos

Parution : 6 Juin 2013
Pages :  608 pages
Prix : 8,65€

L’Ordre Terne 2 : La colère du magicien – I.M. Nancy

Bonjour! Aujourd’hui, je vous retrouve pour ma chronique du tome deux de la saga « L’ordre Terne » de I.M. Nancy. À ma grande surprise et bien que je ne sois pas fan du genre qu’est la fantasy, j’ai apprécié le premier tome. J’ai lu le second tome et je suis maintenant prêt à vous en parler.

Merci à l’auteur pour l’envoi de son livre.

lordre-terne-tome-deux-la-colere-des-magiciens-i-m-nancy

RÉSUMÉ du livre:

Qui donc tire les ficelles de la catastrophe qui guette les Cinq Royaumes ? Les trois Lunes dans leur folle quête de vengeance ? Berendor Cairn, ce sorcier déchu et vieillissant qui n’a de cesse de vouloir racheter ses fautes ? Ou bien cette mystérieuse gemme noire qui promène de main en main son pouvoir malfaisant ? Dans ce deuxième volet de la saga de l’Ordre Terne les acteurs de la catastrophe qui se profile se confrontent à leurs destins, aussi sombres soient-ils. Tandis que les intrigues politiques voient s’affronter les puissants et les ambitieux dans des querelles de pouvoir et d’argent rien ne semble pouvoir arrêter la Prophétie. Et pourtant, elle ne prédit rien d’autre que le retour d’une guerre dévastatrice qui ne laissera aucune chance aux hommes.

Voilà une épopée passionnante dans laquelle Cinq Royaumes vont affronter le plus grand péril auquel ils puissent être confrontés : la fin de tout espoir.

MON AVIS :

Première chose que je dois souligner, il y un résumé du premier tome au début du livre! On ne retrouve pas ça souvent, pourtant c’est parfois très pratique pour ne pas être totalement perdu en commençant la lecture d’un nouveau tome. Ce petit résumé m’a bien aidé, c’est bête, mais ça m’a fait plaisir qu’il y en ait un.

Malgré le résumé du tome précédent, il faut dire que comme avec le premier tome, j’ai ramé au début. Dans cette saga, il y a beaucoup de gens importants, mais leurs noms sont compliqués à retenir. Même s’il y a une liste des personnages, je trouve que c’est un peu fastidieux et pas forcément agréable de devoir toujours revenir à la liste. Moi, ce que j’ai fait et que je fais habituellement, c’est que je poursuis ma lecture comme si de rien était. Au fur et à mesure, j’ai remis les bons statuts sur les noms des personnages que je commençais à assimiler et j’ai commencé à sortir la tête de l’eau.

Après cette courte période où je nageais en eaux troubles, j’ai pu enfin rentrer dans le récit. Celui-ci démarre sur les chapeaux de roue, les péripéties commencent de suite, on découvre de nouveaux personnages. La narration nous fait changer de point de vue constamment, ce n’est pas dérangeant mais au contraire assez plaisant. On découvre plusieurs personnages et on les suit tous en parallèle, on varie de sensations, il n’y a donc pas de lassitude qui se crée. L’intrigue principale est dans la continuité de celle du premier tome. Elle est très bonne et bien emmenée au cours du roman. Comme je viens de le dire, grâce à la narration on est sur plusieurs fronts, par conséquent il existe différentes petites intrigues qui découlent de la principale. Ces intrigues sont sincèrement toutes aussi bonnes les unes que les autres. Elles sont passionnantes, bien maniées ce qui fait que la trame du récit est excellente.

Le récit est dynamique, rythmé et palpitant. Plus j’avançais dans ma lecture et moins je voulais la quitter. Les enjeux nous tiennent avec force, on veut savoir ce qui va se passer. Dans ce second tome, l’action est clairement de la partie, on n’a pas le temps de s’ennuyer. La structure est de qualité et le développement du récit est bon. J’avais peur que ça aille dans tous les sens, mais finalement pas du tout. La lecture est fluide, agréable dans l’ensemble et passionnante.

Le style d’écriture de l’auteur me laisse mitigé. Je trouve sa plume bien différente de ce dont j’ai l’habitude, c’est en partie pour cela que le début de la lecture a été compliqué, il faut pour moi un temps d’adaptation. Si je trouve son style d’écriture si différent, c’est parce qu’il est très élaboré. Le registre utilisé est fin, le vocabulaire est soutenu. Il y a aussi une forte utilisation des figures de style. D’une part, je trouve son style d’écriture beau et plaisant, les mots sont maniés avec une belle dextérité. Ce qui me gêne par contre un peu, c’est l’utilisation des figures de style que je trouve par moments excessif. C’est surtout dans les cent premières pages que j’ai ressenti ça. Après je n’ai plus été gêné, tout allait bien. Je ne sais pas, peut-être que là c’est encore une question d’habitude.

EN CONCLUSION :

C’est un très bon second tome. Après s’être habitué à l’écriture de l’auteur et avoir retrouvé ses repères, on se retrouve plongé dans l’univers fantasy de cette saga. Le récit est passionnant, rythmé, les intrigues sont bonnes, il y a de l’action. La trame est menée avec maîtrise, la lecture est donc plaisante. C’est un tome bien meilleur que le précédent et qui donne à la fin envie de lire le suivant.

Si vous êtes friand de fantasy, n’hésitez pas à découvrir la saga « L’Ordre Terne » de I.M. Nancy.


Titre : L’Ordre Terne tome deux : La colère des magiciens

Édition :  Autoédité

Auteur : I.M. Nancy

Parution : 12 Octobre 2016
Pages :  402 pages
Prix : 13,90€

L’ordre Terne – I.M Nancy

Quand l’auteur m’a contacté sur Twitter, en proposant de m’envoyer son livre, j’ai hésité. Je ne lis presque pas de fantasy, c’est un genre dont je ne suis pas particulièrement fan. Mais il faut savoir que pour cette année 2016, j’ai décidé d’essayer de varier mes lectures et de sortir de ma zone de confort. De plus, le résumé me donnait envie donc j’ai accepté. Je tiens donc à remercier I.M. Nancy pour ce bel envoi.l'ordre-terne-la-prophétie-des-sables

Résumé de l’éditeur :  

Berendor Cairn est un Da¨mon, un grand sorcier, survivant de l’époque révolue où la magie et les hommes coexistaient en paix. Mais c’est par sa faute qu’est arrivé le Grand Ravage, un désastre dont les habitants du Monde Connu payent encore le prix.
Rongé par la culpabilité, le vieillard cherche à se racheter en éliminant, l’un après l’autre, les envoyés des Lunes car – si l’on s’en tient à la Prophétie – c’est par eux qu’adviendra la fin des temps. Pour la énième fois de sa longue vie, le sorcier se met en quête du Mok’zir. Il n’aura de répit qu’après l’avoir tué. Mais cette fois-ci, il semble bien que la tâche soit plus ardue que prévue. Peut-être même impossible à accomplir…

Mon avis :

La première chose qui m’a sauté aux yeux c’est l’écriture de l’auteur. Elle a un style très particulier, pointu et travaillé. Il y a beaucoup de figures de style, le vocabulaire est recherché… Au début, je me suis senti « agressé » et trouvais que ça faisait un peu lourd à lire. Je pensais que ça n’allait pas le faire avec moi et que je n’allais pas accroché. Pourtant, au fur et à mesure je me suis habitué à ce style d’écriture que j’ai finalement adoré. J’ai pu profiter pleinement de la beauté du texte, c’est merveilleusement bien écrit, il y a un côté poétique aussi qui rend la lecture agréable et douce.

Au cours du récit, on change constamment de point de vue. C’est assez perturbant au départ car on reçoit plein d’informations, on a du mal à les assembler et par conséquent on s’y perd. De plus, les noms des personnages ne facilitent pas la chose. Ils sont assez « exotiques » on va dire. Entre « Da¨mon », « Betsahire » ou encore « Irhm » on ne sait plus où donner de la tête. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le démarrage a été assez compliqué pour moi.

L’univers est très mystérieux, ce qui n’aide toujours pas à la compréhension, mais ça reste tout de même un point fort de ce roman. J’ai bien accroché à l’ambiance générale. Je reproche souvent aux livres fantasy d’aller dans tous les sens, mais cela n’a pas trop été le cas avec ce roman.

Le contexte s’installe rapidement et tout est relativement bien dosé. Même si certains points sont assez complexes, ça n’a pas grande influence sur la lecture, donc on ne décroche pas.

L’histoire m’a vraiment captivé, j’ai totalement été pris par l’intrigue. Les objectifs sont clairement fixés dès le départ, on suit juste le déroulement des événements. L’intérêt du lecteur monte crescendo. Les éléments perturbateurs vont apporter du suspense et accélérer le rythme. J’ai été entraîné dans cette quête, pleine de mystères, de magies, de prophéties, de pouvoir, d’imprévus… C’était très plaisant à lire.

La fin du roman est ma partie préférée. Les éléments du récit se resserrent, la tension grimpe et d’importantes révélations tombent. C’était palpitant à lire, puisque simultanément certaines choses se dénouaient et de nouveaux enjeux naissaient. C’est la raison pour laquelle on a envie de connaître la suite et donc de lire le tome suivant (qui n’est pas encore sorti à l’heure où j’écris ces lignes).

En conclusion :

Malgré une entrée en matière compliquée, « L’ordre Terne » est un bon roman, l’intrigue est captivante et l’univers intéressant. La plume très recherchée de I.M. Nancy rend la lecture agréable et quelque peu unique en son genre. Pour moi qui n’est un grand fan de fantasy, j’ai été conquis et ça m’a même un peu réconcilié avec le genre. C’est un livre que je conseille fortement aux friands de fantasy, qui retrouveront facilement leurs repères et en profiteront entièrement. Je ne le conseillerai pas forcément à ceux qui n’aiment pas du tout la fantasy, mais il n’est pas impossible que tout comme moi vous fassiez une belle découverte.


Titre :  L’ordre Terne

 Auteur : I.M Nancy

Edition : autoédité

Parution : 20 novembre 2015
Pages : 214
Prix : 9,99€