U4 Koridwen – Yves Grevet

Salut, aujourd’hui je vous propose ma chronique du roman « U4 Koridwen » d’Yves Grevet. Ce roman s’inscrit dans la série « U4 », dont j’ai aimé le concept avant même d’avoir lu un seul livre. Quatre auteurs français : Yves Grevet, Vincent Villeminot, Carole Trébor et Florence Hinckel se sont lancés dans un projet ambitieux. Ils ont eu pour but de raconter chacun une même histoire au travers d’un personnage différent. Il y a donc quatre romans avec une narration à la première personne. Je n’imagine même pas tout le travail mis en œuvre rien que pour faire coïncider les différents récits. Aussi, on peut lire chaque livre de la série dans l’ordre souhaité et ça c’est vraiment génial!

u4-koridwen-yves-grevet

RÉSUMÉ :

Un virus nommé U4 décime la population européenne. Koridwen est la dernière survivante d’un hameau de Bretagne, d’où elle est originaire. Elle a perdu sa famille, tout le monde autour d’elle est mort. Avant de mourir, sa grand-mère lui a confié une enveloppe à ouvrir de jour de ses quinze ans. Kori est bouleversée par le contenu de la lettre de sa grand-mère. De plus, cette mystérieuse lettre fait étrangement écho au dernier message qu’elle a reçu sur le jeu en ligne Warriors Of Time, dans lequel elle fait partie du groupe des Experts. Poussée par son instinct, elle décide de se rendre avec son cousin à Paris, pour assister au rendez-vous annoncé par le message qu’elle a reçu, qui réunira les Experts du jeu.

MON AVIS :

J’ai de suite été transporté dans l’univers du roman, assez sombre et à l’aspect  mi-post-apocalyptique, mi-dystopique. Dès la prise en compte du contenu de la lettre de la grand-mère de Koridwen, il y a aussi un côté magique qui va être apporté à ce roman qui a un aspect tout à fait réaliste.On rentre aussi directement dans le récit, car tout commence plutôt vite. L’intrigue se met rapidement en place, ainsi j’ai été captivé très vite.

Le but de Koridwen est simple, mais le moyen de l’atteindre (en toute pièce) l’est beaucoup moins. On suit donc au cours du récit toutes les péripéties de Koridwen et il faut dire qu’il y en a pas mal! Le récit est construit autour d’une comptine bretonne qui existe pour de vrai et je trouve cela très original et audacieux. En plus, c’est très bien fait car tout ce qui va arriver colle parfaitement au récit. D’ailleurs, j’apprécie aussi beaucoup le fait que la culture celte et bretonne soit mise en avant à travers ce roman. J’ai rarement lu, pour ne pas dire jamais, de livre où on retrouve cette culture-là. Ça m’a fait plaisir et j’ai appris des choses, donc c’est en plus bénéfique.

J’ai adoré le personnage de Koridwen, c’est totalement le type d’héroïne que j’aime. Elle a une forte personnalité, un grand courage, elle est très intelligente, très humaine, malgré sa carapace c’est une jeune fille qui est pleine de sentiments. J’ai tellement apprécié la suivre que je me dis que je ne pourrais pas aimer davantage les trois autres personnages de la série U4.

Globalement, le récit est vraiment dynamique, ça bouge constamment mais ce n’est jamais de trop. Il y a un bon rythme, ponctué de nombreux rebondissements. L’auteur joue avec nos émotions, j’ai complètement vibré avec ce roman. La lecture est dynamique, riche et tellement captivante! Dans ce roman, j’ai aussi adoré le fait qu’il y ait beaucoup d’action. Les scènes sont géniales, l’action est bien présente mais dans une juste mesure. Le récit est bien structuré, il y a ce qu’il faut quand il faut, ce livre de trois cents pages se finit donc vite (trop vite!).

La fin de ce tome est simplement excellente. Il y a beaucoup d’action et de rebondissements importants. Une chose aussi que j’ai adoré et que je trouve fin, c’est que les autres personnages de la série U4 vont apparaître dans le récit de Koridwen. La façon dont ils apparaissent dans le récit de Kori et leurs actions nous donnent un aperçu de comment ils sont et surtout nous donnent envie de lire les autres tomes.

EN CONCLUSION :

Franchement, j’ai eu un coup de cœur pour ce livre. J’adore le concept de la série U4. J’adore ce roman, autant son personnage principal, que l’ensemble de récit qui est riche, dynamique et bien structuré. J’ai été captivé du début à la fin, ça été une magnifique lecture. L’intrigue est simple, mais entrainante et l’histoire est bien développée. J’ai hâte de découvrir ce qu’ont vécu les trois autres personnages (Yannis, Jules et Stéphane) à travers les trois autres titres de la série.

Je ne sais pas ce que valent les autres tomes de U4, celui là en tous cas, vaut entièrement la peine. Je vous le recommande totalement.


Titre : U4 Koridwen

Édition : Syros Jeunesse

Auteur : Yves Grevet

Parution : 27 Août 2015
Pages :  300 pages
Prix : 16,90€

#Bleue – Florence Hinckel

Bonjour, je vous propose de découvrir aujourd’hui mon avis sur le roman « #Bleue » de Florence Hinckel.

bleue-florence-hinckel

RÉSUMÉ :

Silas, un jeune adolescent, vit dans une société où l’on oblige à être heureux à tout prix. Pour arriver à cela, la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle (CEDE) efface les souvenirs douloureux. Plus de douleurs, de dépressions, de tristesses, mais un point bleu sur le poignet, signe d’une souffrance évitée. Si les adultes peuvent encore choisir de ne pas passer par la CEDE (même si cela est très mal vu), les mineurs eux, n’ont pas ce choix-là. Le monde dans lequel vit Silas, repose aussi sur le Réseau, où les gens « veillent » les uns sur les autres et partagent chaque fait et gestes de leur vie. Silas, n’est pas un grand fan du Réseau, il préfère garder intimes les moments passés avec sa petite amie Astrid. Mais quand cette dernière se fera renverser par une voiture devant ses yeux, il sera emmené de force en CEDE. Pour l’oublier…

MON AVIS :

L’univers de science-fiction de ce roman m’a directement plu. La société décrite par l’auteur est à la fois futuriste et réaliste. En premier lieu, cette société nous paraît idyllique, les gens ne souffrent pas et sont heureux. Le récit va pourtant nous montrer tout le contraire.

Dès les premières pages, j’ai été embarqué, l’histoire commence vite et m’a de suite captivé. Ce récit est constitué de trois parties. La première partie est narrée par Silas, la troisième aussi et la deuxième partie  est narrée par Astrid. On fait donc d’abord la connaissance de Silas, qui est un personnage très attachant. Il a été pris en charge par la CEDE pour oublier la mort de sa petite copine Astrid. On lui a enlevé tous ses souvenirs d’elle, les bons moments passés… Mais il semblerait que la CEDE n’ait pas bien fonctionné, Silas revoit parfois des souvenirs d’Astrid et de son amour pour elle. Je me suis moins attaché au personnage d’Astrid, elle a un caractère bien trempé, l’inverse de Silas. Elle est téméraire, fragile, imprévisible, passionnée… C’est un sacré personnage, que j’ai cependant apprécié suivre tout au long du roman.

Le récit tourne autour d’un sujet principal : la CEDE. Une technologie qui enlève les douleurs des hommes pour les rendre plus heureux. Le long du récit, on voit les dangers de cette technologie qui déshumanise complètement. Utilisée sur Silas pour lui enlever le poids du deuil d’Astrid, elle lui enlève forcément avec le souvenir qu’il a de cette personne. Cette fille qu’il a tellement aimé ne signifie alors plus rien pour lui. Est-ce cela le bonheur? Faut-il être dénué de douleurs pour vivre heureux? Ce roman a cet aspect philosophique que j’aime beaucoup et qui rend la lecture enrichissante en plus d’être agréable.

L’histoire est bien structurée, bien rythmée, tout s’enchaîne avec fluidité. L’intrigue est prenante et le récit est parsemé d’imprévus qui ajoutent en sensations. Plus on avance dans la lecture et plus ça devient dynamique, poignant et même haletant. C’est à partir, de la fin de la première partie que les événements ont commencé à prendre cette nouvelle tournure que j’ai adoré. La lecture est plaisante, il y a ce qu’il faut d’action, on ne s’ennuie pas. Les enjeux ont été intelligemment choisis par l’auteur et elle a très bien su les manier tout au long du roman, c’est un pur régal.

Le déroulement de l’histoire n’a fait qu’accélérer depuis la moitié du roman. La fin est donc mouvementée et le dénouement est très appréciable. Rien d’exceptionnel, mais c’est une fin tout en justesse, qui passe parfaitement. C’est aussi une fin ouverte, qui pour moi introduisait un second tome et peut être même tout une série. Vous n’imaginez donc pas ma déception quand j’ai lu sur le site de l’auteur qu’il n’y aura pas de second tome. Rien que de l’écrire là, ça me fait encore mal. J’ai beaucoup aimé ce roman et je rêve d’une suite qui n’existera jamais. N’est-ce pas tragique?

EN CONCLUSION :

Un excellent roman. L’univers est intéressant, les personnages sont sympathiques. L’histoire est dynamique, poignante  et nous fait réfléchir sur l’idée du bonheur. C’est une lecture très agréable, qui nous emporte totalement du début à la fin. La trame du récit est très bonne, la fin aussi. En terminant ce livre, on a envie d’en lire plus, mais ce n’est pas possible malheureusement, il n’y a pas de second tome.

Je vous conseille totalement ce roman!


Titre : #Bleue

Édition :  Syros Jeunesse

Auteur : Florence Hinckel

Parution : 29 Janvier 2015
Pages : 272 pages
Prix : 15,95€

L’épreuve tome deux, La Terre Brûlée – James Dashner

Bonjour, aujourd’hui je reviens avec la chronique du tome deux de la trilogie « L’épreuve », « La Terre Brûlée » de James Dashner. J’avais adoré le premier tome, il me tardait donc de lire celui-ci. Maintenant que c’est enfin chose faite, je peux vous en parler.

la-terre-brûlée

Résumé :

À la fin du premier tome, Thomas et ses amis blocards ont réussi à sortir du labyrinthe. Ils apprennent alors clairement, qu’ils y ont été placés par une organisation, le W.I.C.K.E.D. À leur sortie, on les sauve, les protège… Les blocards voient enfin leur existence avec plus de positivité et pensent être sortis d’affaire. Mais il s’avère que pas du tout! Ils sont piégés et vont devoir réaliser une autre épreuve sous le contrôle du W.I.C.K.E.D. s’ils ne veulent pas mourir. Après le Labyrinthe, les voici maintenant sur La Terre Brûlée…

Mon Avis :

Ce second roman démarre aussi vite que le premier, dès les premières pages on est replongé dans l’univers et le ton est donné. Les blocards se retrouvent de nouveau dans une situation compliquée, alors qu’ils pensaient être tirés d’affaire. L’organisme à l’origine de tout cela,  le W.I.C.K.E.D, dit avoir encore besoin de les tester, afin de mettre au point un remède. Ce remède devrait permettre de guérir une épidémie de peste nommée « La Braise », qui fait des ravages dans le monde. Remis à l’épreuve avec un objectif et une récompense à la clé, les blocards vont devoir traverser la Terre Brûlée, avec sa horde de personnes infectées en proie à la folie…

L’intrigue se met en place dès le début et nous accroche tout de suite. Il est fondamental pour les blocards d’arriver à la fin de leur nouvelle épreuve s’ils veulent se sauver et sauver l’humanité. L’action est présente tout au long du roman et deux fois plus que dans le tome précédent. C’est constamment rythmé, dynamique, mais ce n’est à aucun moment de trop. L’auteur s’est concentré sur l’intrigue principale, il ne divague jamais trop d’elle. Le récit est vraiment accrochant, on ne s’ennuie pas une seconde.

En plus d’être absorbé par l’histoire, on se sent aussi réellement impliqué. Thomas et ses amis nous embarquent dans leurs péripéties, on vit l’histoire activement en passant de la peur, à la tristesse, à l’excitation… Les personnages sont tous géniaux, il y en a plein de nouveaux ce tome. Que je les ai aimés ou pas, je trouve leurs caractères et rôles parfaits et intéressants. J’adore toujours autant Thomas, personnage principal, il est fidèle à lui-même et j’ai apprécié le suivre encore une fois.

L’atmosphère de ce roman est attrayante, elle mélange savamment espoir, danger et quête de la vérité. De plus le récit est vraiment bien construit, comme je le disais précédemment, il y a un bon rythme et largement assez d’action. Mais ce qui, je trouve, caractérise ce second tome, ce sont les rebondissements, retournements de situations. On sait que tout peut arriver, mais on ne s’y attend jamais, ainsi le moment venu c’est toujours une grande surprise. Les relations se complexifient, la méfiance grandit, notamment chez nous, lecteurs. Il y a de la trahison, de la manipulation… Bref, c’est riche et diversifié.

Ce livre m’aura surpris jusqu’au bout. La fin est encore un énorme rebondissement. Je la qualifierais de parfaite (notez que je le fais très rarement). Tout est maîtrisé, l’auteur joue avec nos émotions jusqu’à la dernière seconde. Forcément, j’ai hâte de lire la suite, c’est sûr que je vais découvrir et mieux comprendre certaines choses…

En conclusion :

« La Terre Brûlée » est un second tome de haut volet. L’intrigue est captivante et l’atmosphère enivrante. Les personnages sont intéressants et leurs divers caractères créent une certaine nuance dans notre lecture. Il est de plus toujours agréable de suivre le personnage principal qu’est Thomas. Le récit est accrochant, rythmé, plein d’action et de surprises. Enfin, la touche finale de ce tome est parfaitement réussie.

J’ai adoré ce second tome et passé d’agréables moments de lecture, j’attends beaucoup du dernier tome et espère qu’il sera magistral.


Titre : La Terre Brûlée

Édition : Pocket Jeunesse

Auteur : James Dashner

Parution : 2 Juin 2016 (pour le format poche)
Pages : 480 pages
Prix : 7,80€

Au bout du tunnel – Carlos Garcia Miranda

J’ai reçu le roman « Au bout du tunnel » par Pocket Jeunesse. J’ai eu cette occasion car j’ai gagné un concours express organisé sur le compte twitter de la maison d’édition. Je tiens donc encore à remercier Pocket Jeunesse pour ce concours et pour l’envoi. Maintenant, place à la chronique!

au-bout-du-tunnel

Résumé :

Le train qui emmenait des lycéens en classe de montagne déraille dans un tunnel. Étrangement , quelques minutes auparavant, une des protagonistes a reçu une vidéo Youtube montrant l’accident dont ils allaient être victimes. À la suite de cet accident, il ne reste plus que six adolescents, qui se réveillent dans le tunnel. À la stupeur générale le train a disparu, alors commence une série d’incompréhension. Eva, Noël, Sabrina, Gabi, Ana et Sam vont rentrer chez eux et sur les lieux découvrent qu’un an a déjà passé depuis l’accident. Comble de la situation, ils remarquent que des clones d’eux-mêmes vivent à leur place. Mais alors, que se passe-t-il et où sont-ils réellement? Pour élucider tous ces mystères, le groupe de jeunes gens va devoir faire preuve de cohésion mais surtout de discrétion…

Mon Avis :

Dès les premières pages, j’ai été conquit par le sujet. On aborde le thème du voyage dans le temps, ce qui me plaît déjà à l’origine. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est le fait qu’il y ait une touche d’originalité et de modernité apportée avec ce thème souvent repris. On est dans un univers contemporain plutôt agréable, avec un contexte qui fonctionne et de bonnes idées. Ainsi, j’ai démarré ma lecture sur des notes positives.

Les personnages font selon moi, une grande part du charme de ce roman. On les découvre tous ensemble très tôt, on apprend progressivement à mieux les connaître et s’y attache. On est embarqué avec ce groupe d’adolescents et on a la fidèle impression d’être avec eux. L’auteur a créé des personnalités différentes, qui chacune apporte une touche particulière. Il y a forcément un personnage auquel vous pourrez vous identifier, ne serait-ce qu’un peu. On a donc une assez grande palette de caractères, de réactions, de façon de penser, ainsi l’ensemble est pimenté et attrayant. Il ne faut aussi pas oublier que l’on suit des adolescents, ils s’expriment d’une manière simple et naturelle, leurs caractères le sont globalement aussi. Au cours du récit, on suit leurs disputes, leurs amourettes, jalousies… Tout cela apporte une certaine fraîcheur qui est tout à fait appréciable. Avec nos protagonistes, on ne s’ennuie jamais et il est toujours plaisant de les suivre, c’est donc un très bon point.

L’histoire en elle-même, a éveillé mon attention et ce dès le départ. On se retrouve rapidement intrigué par la tournure que prend la situation et par les mystères environnants. Un intérêt certain naît chez le lecteur, car comme les personnages, on se pose perpétuellement des questions et on désire comprendre. Petit à petit, les dangers et les mystères vont augmenter et parallèlement la tension devient plus forte. Les personnages sont continuellement dans le mouvement, ils doivent être discrets, se cacher et en même temps élucider la situation. Ainsi le récit est plutôt palpitant et la lecture captivante.

En commençant ma lecture, j’avais beaucoup apprécié les idées de l’auteur et cela a continué le long de ma lecture. L’ensemble de l’histoire, pour moi, ne m’a pas donné cette impression de déjà-vu. Il y a bien sûr certains points que l’on peut retrouver ailleurs, mais on sent quand même une certaine inventivité. Autant au niveau des choses encore inexpliqués, que des choses plus concrètes de la situation, je trouve que l’auteur a placé des éléments intéressants et qui fonctionnent. Par exemple, le sujet des clones marche très bien et est correctement développé. Apparemment, Carlos Garcia Miranda est le scénariste d’une série à succès, je pense que ça lui a été très utile dans la rédaction ce livre. On ressent un peu sa formation de scénariste dans sa façon de créer, dans les scènes et dans la manière dont il articule le récit.

Plus on avance dans la lecture, plus l’ensemble devient attrayant et plus on est plongé dans l’histoire. Le récit suit un rythme mi-rapide, assez agréable car la lecture est ainsi fluide et régulière. Il y a aussi par moments des passages au rythme plus saccadé. L’atmosphère générale est particulière, mais dans le bon sens. Les incompréhensions, les mystères et les étrangetés de la situation, créent un fond assez sombre, riche en suspense. Par-dessus ce fond il y a les personnages qui égayent un peu le tout. Le récit est fait de nombreux imprévus, il y a constamment de nouveaux problèmes qui se rajoutent. On a donc un bon nombre de rebondissements au long de ce roman, qui agrémentent la lecture.

Le récit, indéniablement, est palpitant, captivant et bien rythmé. Au cours du roman, les protagonistes sont souvent dans le mouvement, on retrouve donc des scènes d’action. Celles-ci sont plutôt sympathiques, elles arrivent parfaitement à nous accrocher. De plus elles reviennent de façon régulière au cours de la lecture ce qui est tout à fait plaisant. On n’a donc pas le temps de ressentir un manque car on a toujours de quoi être satisfait.

Malgré tous ces points positifs, je trouve qu’il manque quelque chose au récit. Celui-ci est bien maîtrisé, j’ai été plongé dedans tout du long, mais j’ai trouvé qu’il ne faisait pas naître assez d’émotions et sensations. Comprenez bien, je ne dis pas qu’il n’y en a pas du tout, en effet certains passages m’ont fait vibrer. Je trouve que les éléments accentuant la lecture manquent parfois de puissance. J’aurais aimé un grain de folie supplémentaire de la part de l’auteur, qu’il se mette peut-être un peu plus en danger. La lecture est superbe, mais il m’a manqué cette étincelle. Pour moi, il aurait fallu que l’auteur vienne plus nous torturer, qu’il joue davantage avec nos émotions, nos sensations pour rendre l’ensemble réellement enivrant. C’est un point qui crée une certaine déception chez moi et je trouve ça vraiment dommage.

Malheureusement, je vais continuer sur les déceptions, en vous évoquant maintenant la fin de ce livre. Arrivé à un moment, on est dans une situation d’attente et c’est avec hâte que l’on veut découvrir la suite. On a fait jusque là, un plein d’informations et de révélations très importantes, avec des rebondissements assez surprenants. On quitte une partie riche et intéressante, on se focalise désormais sur les futurs événements du dénouement. C’était les dernières scènes, j’attendais beaucoup d’elles et là ça été la déception… L’élément qui débloque la situation est tellement prévisible et peu original, s’en était presque ridicule. J’avais senti, le coup arriver de loin, dès l’énonciation des dernières informations avant ce passage final. Je trouve que c’est une fin trop simple, très facile. Personnellement, je pense que ce n’est pas à la hauteur, je ne suis donc pas satisfait. La fin d’un roman est très importante car elle laisse la dernière impression. Comme celle-ci n’est pas positive, elle entache le ressenti global sur l’ensemble du livre.

En conclusion :

« Au bout du tunnel » est un roman que  j’ai vraiment apprécié. Le thème du voyage dans le temps bien que commun, est ici développé d’une manière moins conventionnelle et avec de bonnes idées. Les personnages ont des caractères efficaces, on s’attache à eux et ils apportent de la fraîcheur à l’histoire. Tout au long du roman , on est captivé, la lecture est dynamique et palpitante. On ne s’ennuie jamais, il y a toujours du mouvement et de l’action. L’atmosphère est mystérieuse, pleine de suspense. Le récit est ponctué par de nombreux éléments tels que des révélations qui ont pour effet de maintenir notre intérêt. Cependant, ces éléments ne sont selon moi pas assez forts, ils n’ont pas su créer chez moi de puissantes sensations et émotions. La fin de ce livre n’est pour moi pas à la hauteur. Elle est simpliste, facile et l’élément dénouant la situation est un prétexte souvent utilisé.

Malgré mes déceptions plutôt marquées, il faut dire que ça reste un bon livre. J’ai passé de très bons moments de lecture, c’était très agréable. Je ne doute pas que ça puisse être votre cas et c’est donc la raison pour laquelle je peux totalement vous le conseiller.


Titre :  Au bout du tunnel

Édition : Pocket Jeunesse

Parution : 19 Mai 2016
Pages : 352 pages
Prix : 16,90€

Le labyrinthe / James Dashner

le-labyrintheRésumé :

Lorsqu’il reprend ses esprits, Thomas est totalement amnésique et se retrouve au milieu d’adolescents. Il fait parti d’eux désormais. Enfermés dans un immense labyrinthe de pierre, ils n’ont pas trouvés la sortie depuis deux ans. L’arrivée de Thomas va être suivi de plusieurs événements inhabituels. Celui-ci sera donc très vite au centre de l’attention. Mais ce qui est sur c’est qu’il va se donner corps et âme pour élucider les mystères et les faire sortir du labyrinthe.

James Dashner n’a pas perdu de temps, dès les premières pages l’action démarre. Thomas débarque au moment où nous commençons à entrer dans l’univers. De ce fait, une certaine proximité avec ce personnage se créer dès le départ.

Le début est brusque mais pas déplaisant, on ne se sent pas déboussolé et on découvre tout en même temps que Thomas. On plonge dans le labyrinthe la tête la première et un interêt se créer très rapidement.

Le contexte est fantaisiste et bien pensé. De jeunes garçons qui réussissent à créer une organisation stricte au sein d’un labyrinthe avec leurs règles, reunions etc… ce n’est pas commun. J’ai trouvé ça intéressant, enrichissant et j’ai beaucoup aimé voir tout cela évoluer.

Ce roman est très rythmé, il n’y a pas de coupures. Il se passe toujours quelque chose, on ne peut clairement pas s’ennuyer. De nombreux mystères et rebondissements nous tiennent en haleine tout du long. De belles scènes d’action ponctuent la lecture. C’est assez cocasse car finalement, l’histoire se passe presque toujours dans les mêmes lieux, mais on ne le ressent pas!

La personnalité de Thomas est une des choses qui m’a le plus plu dans ce roman. Il est naturel, honnête, gentil et courageux. J’ai beaucoup souri avec lui et donc adoré suivre ses aventures.

La lecture est fluide et agréable. On est suspendu aux lignes, c’est clairement le type de livre qui vous absorbe complètement au point de ne plus vouloir le lâcher. Ainsi, ça ce lit très vite, on ne voit pas les quatre cents pages passer.

Le dénouement est et de qualité, mais je ne l’ai pas trouvé aussi transcendant que ça. Il y a bien sur des rebondissements et de l’action comme habituellement dans les dystopies, mais ici ça n’a pas fait naître en moi un intérêt bien plus fort que le reste. Par contre, ça a très bien introduit le prochain tome qui va être assez différent je pense. Sûrement encore plus mouvementé et avec plus d’enjeux… Bon, vais arrêter de spéculer et je vais attendre de le lire!

En conclusion c’est un superbe livre. Je dirais presque un coup de cœur. On accroche tout de suite, c’est enivrant. Tout est bien maîtrisé et juste. L’univers et captivant… C’est un très bon roman et je vous le conseille vivement. Je lirai le tome deux « La Terre Brûlé » dans les mois qui suivent.