49 jours – Fabrice Colin

Salut, aujourd’hui je chronique le roman « 49 Jours » de Fabrice Colin.49-jours-fabrice-colin

Résumé :

Floryan, dix-sept ans, est mort lors d’un attentat dans le métro parisien. Il se réveille dans un monde nouveau, sur des plaines et des montagnes à perte de vue. Il est accueilli par un être inhumain qui se présente à lui comme étant un « Elohim » et qui lui demande de faire un choix. Au bout de quarante-neuf jours il devra dire à l’Eholim s’il préfère le suivre dans le « Royaume » présenté comme un paradis, ou bien plonger dans le Nihil, un gouffre menant vers Dieu ne sait où. Floryan a quarante-neuf jours pour choisir entre deux options, mais il n’a pas plus de d’informations sur celles-ci. Alors, que faire? Existe-t-il d’autres possibilités…

Mon Avis :

Les premières pages de ce roman m’ont bousculé. Floryan, est mort à cause d’un attentat dans le métro parisien. Sachant ce qui s’est passé ces dernières années en France et ce qui se passe toujours à travers le monde, ça m’a forcément percuté. J’ai été empli d’un sentiment très étrange, c’était assez perturbant. Cet épisode passé, nous rentrons dans le vif du sujet. Floryan « ressuscite » dans un monde qui lui est entièrement inconnu.

Nous faisons un saut dans un univers fantastique, bien agencé. La base est clairement posée et de là part une belle arborescence d’éléments permettant d’enrichir l’univers. C’est un univers moyennement complexe, pas trop compliqué. Il y a de belles idées, notamment celle du voyage dans le temps grâce à un liquide, et qui est très bien développée.

Une fois la rencontre avec L’Eholim passée l’aventure commence. Il a été donné à Floryan quarante-neuf jours pour faire un choix, il va alors commencer à errer, à découvrir son nouvel environnement et les secrets qu’il renferme. Le récit est dynamique, il y a constamment du mouvement, le personnage principal est sur plusieurs fronts simultanément. L’ambiance est sombre, constituée de mystère et d’un danger certain que l’on sent roder.  Tout est mis en œuvre pour nous embarquer dans cette histoire, ce qui a été mon cas totalement dans un premier temps. En effet, au bout d’un moment, il n’y a plus un objectif qui se démarque, il n’y a pas d’urgence par exemple, rien pour diriger principalement l’intérêt du lecteur. De là, jusqu’à la fin de ce livre j’ai eu l’impression d’être perdu. On avance sans trop savoir où, tantôt on est sur quelque chose et puis brusquement on va sur autre chose. Ce sentiment m’a personnellement dérangé, à tel point que j’ai laissé cette lecture en pause pendant un moment. Il n’y ayant pas d’intrigue principale et marquée, je n’étais plus aussi captivé qu’au départ, il y a eu une certaine distance entre moi et le récit.

Cette histoire, nous emmène vers plein de choses différentes, on est sur plusieurs fronts. D’une part cela a eu un effet néfaste puisque ça a aussi participé au « problème » énoncé juste avant. D’autre part, cela a quand même eu un effet positif, puisque grâce à ce point, il y avait toujours un bon rythme et de l’action. En plus de cela, il y a quelques petits rebondissements tout au long du roman, ce qui est sympathique. Outre la structure du récit qui m’a posé problème, séparément, les différents éléments de l’histoire sont bien créés et développés. Je pense encore une fois au concept du voyage dans le temps, celui-ci donne une autre dimension au récit et donne lieu à de très beaux passages. Pour ce qui est des personnages, ils ne me donnent pas grand-chose à dire. Le personnage principal, Floryan, fonctionne bien, mais sa personnalité ne ressort pas trop, ce qui est dommage. Je ne me suis pas attaché à lui et ce n’est pas pour moi un personnage marquant. Pareil pour ce qui est des personnages secondaires, ils remplissent bien leur fonction mais on ne les « connaît » pas plus que ça.

La fin du roman, est plutôt entraînante avec un peu plus de rythme et des révélations. C’est riche, dynamique, on a des réponses et en même temps de nouveaux enjeux naissent, c’est réellement satisfaisant. On termine sur de l’action, les dernières pages ouvrent sur quelque chose de différent et surprenant qui donne envie de connaître la suite.

En conclusion :

« 49 Jours » est un roman avec du potentiel. L’univers fantastique est sympathique, l’ambiance l’est également et il y a de très bonnes idées. Le récit est  toujours dynamique, rythmé et il y a ce qu’il faut d’action. Ce qui pèche dans ce roman, c’est pour moi la structure du récit. À partir d’un moment on avance à tâtons, il n’y a plus une intrigue qui se démarque et qui va nous guider. C’est tout de suite moins captivant, à force d’être un peu dans le flou je me suis lassé et décidé de mettre ma lecture en pause pendant un moment. Petit bémol aussi au niveau des personnages, leur personnalité n’est pas poussée. Ils remplissent leur fonction mais ne sont pas marquants ou attachants.

Globalement, c’est une assez bonne lecture, mais je ne l’ai pas apprécié pleinement. Comme ça, je ne le vous conseillerais pas forcément. Je vais lire le second et dernier tome pour avoir un avis général et vous dire si ça vaut le coup ou pas.


Titre :  49 Jours

Édition : Michel Lafon

Auteur : Fabrice Colin

Parution : 17 Octobre 2012
Pages : 411 pages
Prix : 16,95€

Publicités

2 réflexions sur “49 jours – Fabrice Colin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s