Quartier lointain, tome deux – Jirô Taniguchi

Bonjour. Bien que peu familier à l’univers des mangas, j’ai su apprécier « Quartier lointain, tome un, de Jirô Taniguchi« , qui fut pour moi une jolie découverte. J’ai lu le second et dernier tome de cette série et je suis maintenant prêt à vous en parler.

quartier-lointain-tome-2

RÉSUMÉ :

Hiroshi, un homme proche de la cinquantaine, a été replongé à l’époque où il n’avait que quatorze ans. Il ne sait pas par quel miracle cela a bien pu se produire et ne sait pas non plus comment sortir de là. Alors, tant qu’il y est, il profite de sa jeunesse retrouvée. Si pour l’instant tout va bien, Hiroshi sait que bientôt, la disparition de son père va semer le malheur dans sa famille. Il détient maintenant la chance unique d’essayer de comprendre pourquoi cette disparition va avoir lieu et comment l’éviter…

MON AVIS :

La réinsertion dans l’univers de ce manga ne s’est pas fait avec fluidité, pour ma part. On commence sur un passage concernant le passé des personnages. Avec les noms que j’ai oubliés et qui plus est, ne me sont pas usuels, c’est vrai je pataugeais un peu. Rien de grave en somme, puisque dès le second chapitre je retrouvais un peu plus mes marques.

Dans ce tome, Jirô Taniguchi aborde des sujets qu’il a choisi de façon plus profonde. Avec le contexte particulier du retour en arrière dans la vie d’Hiroshi,  cela donne naissance à quelque chose d’assez étonnant. Tout comme dans le tome précédent, nous suivons le quotidien d’Hiroshi, sauf que là deux thèmes ressortent particulièrement. Il y a tout d’abord celui de l’amour. Bien que notre personnage principal ait de nouveau quatorze en apparence, il garde sa maturité d’homme de quarante huit ans. De ce fait, tomber amoureux d’une jeune fille de quatorze alors qu’il en a réellement le double, c’est plutôt particulier. J’ai trouvé, que ça été bien abordé au cours du récit. On a quelque chose de beau, de touchant, mais en tant que lecteur on reste sur la réserve à cause de sentiments contradictoires. Cette petite intrigue a été joliment maniée, mais je juge le dénouement un peu trop brutal et simpliste finalement.

Pour ce qui est de l’intrigue principale de ce livre, je n’ai pas été déçu. Elle nous entraîne totalement et est vraiment captivante. Un évènement lié au père d’Hiroshi a bouleversé le cours de son enfance. Maintenant qu’il se retrouve à quelques mois de cet évènement marquant, Hiroshi n’a qu’un seul but : éviter que celui-ci arrive. Pour cela, il va devoir creuser dans le passé familial, enquêter, pour comprendre et empêcher le drame. Cette quête m’a captivé et touché. L’auteur nous tient en haleine tout du long et la lecture est prenante. L’ambiance générale est assez triste, mélancolique, poétique, l’ensemble est fin et de toute beauté. J’ai adoré suivre Hiroshi, qui est un personnage attachant et sincère.

La fin de ce livre renferme de magnifiques passages, avec de belles émotions. Hiroshi arrive au bout de sa quête, tout se dénoue et on comprend enfin. Je trouve le dénouement surprenant et réussi, je ne suis absolument pas déçu. À travers celui-ci, un superbe message est véhiculé, un message inspirant sur une chose à laquelle nous pouvons tous être confronté. L’auteur a parfaitement finalisé son deuxième tome, j’ai fermé ce manga avec un sentiment de satisfaction (que demander de plus!).

EN CONCLUSION :

Ce second et dernier tome m’a conquis. Avec le contexte du retour dans le temps, qui tel quel, est déjà particulier, le mangaka a choisi des sujets puissants. Le cocktail des deux marche agréablement bien. On est captivé du début à la fin, il y a de belles émotions, de beaux passages. J’apprécie l’ambiance du récit qui mélange joie, insouciance et mélancolie. C’est doux, poétique et agréable. Enfin, le dénouement fort en émotions et avec son joli message est pour moi satisfaisant et réussi.

Je vous conseille vivement la duologie « Quartier Lointain » qui vous fournira de bons moments de lecture.


Titre : Quartier Lointain, tome deux

Édition : Casterman

Auteur : Jirô Taniguchi

Parution : 4 Juin 2003
Pages : 208 pages
Prix : 14,50€

Au bout du tunnel – Carlos Garcia Miranda

J’ai reçu le roman « Au bout du tunnel » par Pocket Jeunesse. J’ai eu cette occasion car j’ai gagné un concours express organisé sur le compte twitter de la maison d’édition. Je tiens donc encore à remercier Pocket Jeunesse pour ce concours et pour l’envoi. Maintenant, place à la chronique!

au-bout-du-tunnel

Résumé :

Le train qui emmenait des lycéens en classe de montagne déraille dans un tunnel. Étrangement , quelques minutes auparavant, une des protagonistes a reçu une vidéo Youtube montrant l’accident dont ils allaient être victimes. À la suite de cet accident, il ne reste plus que six adolescents, qui se réveillent dans le tunnel. À la stupeur générale le train a disparu, alors commence une série d’incompréhension. Eva, Noël, Sabrina, Gabi, Ana et Sam vont rentrer chez eux et sur les lieux découvrent qu’un an a déjà passé depuis l’accident. Comble de la situation, ils remarquent que des clones d’eux-mêmes vivent à leur place. Mais alors, que se passe-t-il et où sont-ils réellement? Pour élucider tous ces mystères, le groupe de jeunes gens va devoir faire preuve de cohésion mais surtout de discrétion…

Mon Avis :

Dès les premières pages, j’ai été conquit par le sujet. On aborde le thème du voyage dans le temps, ce qui me plaît déjà à l’origine. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est le fait qu’il y ait une touche d’originalité et de modernité apportée avec ce thème souvent repris. On est dans un univers contemporain plutôt agréable, avec un contexte qui fonctionne et de bonnes idées. Ainsi, j’ai démarré ma lecture sur des notes positives.

Les personnages font selon moi, une grande part du charme de ce roman. On les découvre tous ensemble très tôt, on apprend progressivement à mieux les connaître et s’y attache. On est embarqué avec ce groupe d’adolescents et on a la fidèle impression d’être avec eux. L’auteur a créé des personnalités différentes, qui chacune apporte une touche particulière. Il y a forcément un personnage auquel vous pourrez vous identifier, ne serait-ce qu’un peu. On a donc une assez grande palette de caractères, de réactions, de façon de penser, ainsi l’ensemble est pimenté et attrayant. Il ne faut aussi pas oublier que l’on suit des adolescents, ils s’expriment d’une manière simple et naturelle, leurs caractères le sont globalement aussi. Au cours du récit, on suit leurs disputes, leurs amourettes, jalousies… Tout cela apporte une certaine fraîcheur qui est tout à fait appréciable. Avec nos protagonistes, on ne s’ennuie jamais et il est toujours plaisant de les suivre, c’est donc un très bon point.

L’histoire en elle-même, a éveillé mon attention et ce dès le départ. On se retrouve rapidement intrigué par la tournure que prend la situation et par les mystères environnants. Un intérêt certain naît chez le lecteur, car comme les personnages, on se pose perpétuellement des questions et on désire comprendre. Petit à petit, les dangers et les mystères vont augmenter et parallèlement la tension devient plus forte. Les personnages sont continuellement dans le mouvement, ils doivent être discrets, se cacher et en même temps élucider la situation. Ainsi le récit est plutôt palpitant et la lecture captivante.

En commençant ma lecture, j’avais beaucoup apprécié les idées de l’auteur et cela a continué le long de ma lecture. L’ensemble de l’histoire, pour moi, ne m’a pas donné cette impression de déjà-vu. Il y a bien sûr certains points que l’on peut retrouver ailleurs, mais on sent quand même une certaine inventivité. Autant au niveau des choses encore inexpliqués, que des choses plus concrètes de la situation, je trouve que l’auteur a placé des éléments intéressants et qui fonctionnent. Par exemple, le sujet des clones marche très bien et est correctement développé. Apparemment, Carlos Garcia Miranda est le scénariste d’une série à succès, je pense que ça lui a été très utile dans la rédaction ce livre. On ressent un peu sa formation de scénariste dans sa façon de créer, dans les scènes et dans la manière dont il articule le récit.

Plus on avance dans la lecture, plus l’ensemble devient attrayant et plus on est plongé dans l’histoire. Le récit suit un rythme mi-rapide, assez agréable car la lecture est ainsi fluide et régulière. Il y a aussi par moments des passages au rythme plus saccadé. L’atmosphère générale est particulière, mais dans le bon sens. Les incompréhensions, les mystères et les étrangetés de la situation, créent un fond assez sombre, riche en suspense. Par-dessus ce fond il y a les personnages qui égayent un peu le tout. Le récit est fait de nombreux imprévus, il y a constamment de nouveaux problèmes qui se rajoutent. On a donc un bon nombre de rebondissements au long de ce roman, qui agrémentent la lecture.

Le récit, indéniablement, est palpitant, captivant et bien rythmé. Au cours du roman, les protagonistes sont souvent dans le mouvement, on retrouve donc des scènes d’action. Celles-ci sont plutôt sympathiques, elles arrivent parfaitement à nous accrocher. De plus elles reviennent de façon régulière au cours de la lecture ce qui est tout à fait plaisant. On n’a donc pas le temps de ressentir un manque car on a toujours de quoi être satisfait.

Malgré tous ces points positifs, je trouve qu’il manque quelque chose au récit. Celui-ci est bien maîtrisé, j’ai été plongé dedans tout du long, mais j’ai trouvé qu’il ne faisait pas naître assez d’émotions et sensations. Comprenez bien, je ne dis pas qu’il n’y en a pas du tout, en effet certains passages m’ont fait vibrer. Je trouve que les éléments accentuant la lecture manquent parfois de puissance. J’aurais aimé un grain de folie supplémentaire de la part de l’auteur, qu’il se mette peut-être un peu plus en danger. La lecture est superbe, mais il m’a manqué cette étincelle. Pour moi, il aurait fallu que l’auteur vienne plus nous torturer, qu’il joue davantage avec nos émotions, nos sensations pour rendre l’ensemble réellement enivrant. C’est un point qui crée une certaine déception chez moi et je trouve ça vraiment dommage.

Malheureusement, je vais continuer sur les déceptions, en vous évoquant maintenant la fin de ce livre. Arrivé à un moment, on est dans une situation d’attente et c’est avec hâte que l’on veut découvrir la suite. On a fait jusque là, un plein d’informations et de révélations très importantes, avec des rebondissements assez surprenants. On quitte une partie riche et intéressante, on se focalise désormais sur les futurs événements du dénouement. C’était les dernières scènes, j’attendais beaucoup d’elles et là ça été la déception… L’élément qui débloque la situation est tellement prévisible et peu original, s’en était presque ridicule. J’avais senti, le coup arriver de loin, dès l’énonciation des dernières informations avant ce passage final. Je trouve que c’est une fin trop simple, très facile. Personnellement, je pense que ce n’est pas à la hauteur, je ne suis donc pas satisfait. La fin d’un roman est très importante car elle laisse la dernière impression. Comme celle-ci n’est pas positive, elle entache le ressenti global sur l’ensemble du livre.

En conclusion :

« Au bout du tunnel » est un roman que  j’ai vraiment apprécié. Le thème du voyage dans le temps bien que commun, est ici développé d’une manière moins conventionnelle et avec de bonnes idées. Les personnages ont des caractères efficaces, on s’attache à eux et ils apportent de la fraîcheur à l’histoire. Tout au long du roman , on est captivé, la lecture est dynamique et palpitante. On ne s’ennuie jamais, il y a toujours du mouvement et de l’action. L’atmosphère est mystérieuse, pleine de suspense. Le récit est ponctué par de nombreux éléments tels que des révélations qui ont pour effet de maintenir notre intérêt. Cependant, ces éléments ne sont selon moi pas assez forts, ils n’ont pas su créer chez moi de puissantes sensations et émotions. La fin de ce livre n’est pour moi pas à la hauteur. Elle est simpliste, facile et l’élément dénouant la situation est un prétexte souvent utilisé.

Malgré mes déceptions plutôt marquées, il faut dire que ça reste un bon livre. J’ai passé de très bons moments de lecture, c’était très agréable. Je ne doute pas que ça puisse être votre cas et c’est donc la raison pour laquelle je peux totalement vous le conseiller.


Titre :  Au bout du tunnel

Édition : Pocket Jeunesse

Parution : 19 Mai 2016
Pages : 352 pages
Prix : 16,90€