U4.Yannis – Florence Hinckel

Bonjour, je reviens aujourd’hui avec ma chronique sur le roman « U4.Yannis ». « U4 » est une série littéraire au concept assez original. Quatre auteurs français : Yves Grevet, Vincent Villeminot, Carole Trébor et Florence Hinckel se sont lancés dans un projet ambitieux. Ils ont eu pour but de raconter chacun la même histoire au travers d’un personnage différent. Il y a donc quatre romans et on peut lire chaque livre de la série dans l’ordre souhaité.

« U4.Yannis » est le second roman de la série que je lis, après « U4.Koridwen« .

u4-yannis-florence-hinckel

Résumé :

Le jeune Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts à cause du virus U4, qui a décimé quatre-vingt-dix pourcent de la population mondiale, et dont les seuls survivants (à quelques exceptions près) sont des adolescents. Yannis, comme les trois autres protagonistes de la série a le statut d’Expert dans le jeu en ligne WOT. Comme tous les Experts, il a reçu le message du maître du jeu Khronos, qui les invite à Paris le 24 Décembre pour éviter la catastrophe. Yannis n’a plus personne, si ce n’est son fidèle chien, les fantômes de membres de sa famille le hantent. Pour éviter la folie, Yannis s’accroche à ce dernier espoir :  le rendez-vous de Khronos à Paris.

Mon Avis :

Yannis est de Marseille. Depuis le désastre qu’a créé le virus U4, la ville est extrêmement dangereuse. Plusieurs groupes patrouillent à travers la ville, volent et sont sans pitié. C’est la loi du plus fort. Les jeunes de ses groupes, jeunes des quartiers de Marseille, disent avoir trop souffert de l’ordre social d’autrefois. Ils profitent du chaos entraîné par U4, pour changer tout ça, devenir maintenant les maîtres de la ville et imposer leurs lois. Sous l’un de mes articles, dans lequel je disais que je lisais « U4.Yannis » une personne a commenté en disant qu’elle trouvait que la ville de Marseille était un peu stigmatisée, du fait qu’elle soit la ville la plus dangereuse de la série U4 apparemment. Moi, je n’ai pas eu ce ressenti, bien que tout ce qui est stigmatisation etc a tendance à m’énerver. Yannis vit dans un quartier « chaud » de Marseille, il est d’origine maghrébine, mais j’ai apprécié le fait que l’auteur ne joue pas à fond sur cela. Pour ce qui est de la violence dans la ville, c’est vrai qu’il y en a beaucoup, mais je ne pense pas que c’est tant de la stigmatisation, ce qui se passe dans les autres villes, ce n’est pas tout rose non plus.

Comme pour Koridwen dans « U4 Koridwen« , durant la majeure partie de ce récit, nous suivons Yannis dans son cheminement vers Paris. Cheminement qui est une véritable aventure et qui nous tient captivé. Le rythme est agréable, il se passe toujours quelque chose. L’action est clairement de la partie et nous met de nombreuses fois en émois. On passe par des moments de stress, de peur, de pitié, d’énervement, de joie… Ce récit nous entraîne totalement, de sorte que l’on ne voit plus les pages défiler.

Ce récit a beau m’avoir plu, il ne surpasse clairement pas celui de « U4.Koridwen ». La construction du récit, qui suivait une comptine bretonne, dans « U4.Koridwen » était géniale, alors que là on a une structure de récit  habituelle, sans superflu. Ce qui m’a aussi manqué dans ce roman, ce sont les rebondissements, qui auraient pu relever davantage la lecture. J’ai vibré avec Yannis, mais pas autant qu’avec Koridwen. Je trouve que l’on a moins d’effets de surprise et moins de bouleversements, qui permettent de créer encore plus d’intérêt. J’ai aussi trouvé que l’aventure de Yannis était globalement moins trépidante que celle de Koridwen.

Yannis est un personnage que j’ai moyennement aimé. J’ai envie de dire que c’est « une bonne personne », il est tout à fait sympathique, il a une belle personnalité. Mais, je ne suis pas toujours en phase avec son énergie et certains de ces choix. C’est un personnage que je n’ai pas trouvé foncièrement attachant. Durant ses péripéties, Yannis va rencontrer de nombreuses personnes, il y a donc une diversité de personnages, c’est chouette. Mais, un des personnages qui va l’accompagner très tôt dans ses péripéties est un personnage de la série U4. Là ça me pose un problème, parce qu’il passe la moitié du récit avec ce personnage. Par conséquent, quand je lirai le livre de ce personnage, je connaîtrai déjà la moitié du récit. Je trouve cela dommage, même si, bien sûr on a ainsi un point de vue différent sur de mêmes évènements. En plus de cela, je n’ai pas aimé le caractère du personnage en question, donc à suivre…

La fin, je dois le reconnaître m’a un peu déçu. Le récit est mouvementé et dynamique tout au long du roman, mais le dénouement est simple, insipide je dirais. Un dénouement n’a pas besoin d’être forcément dynamique pour être bon, on est d’accord, mais dans ce cas, la simplicité ne fonctionnait pas. Yannis avait un objectif clair depuis le début, et alors qu’il touche du doigt son objectif il se rétracte. Il n’y a même pas avant qu’il se rétracte une action forte créant une rupture. On attend depuis le départ, pour finalement rien de concret et moi ça m’a déçu. Également, j’ai trouvé que certaines choses étaient un peu trop faciles dans cette fin.

En conclusion :

J’ai beaucoup apprécié ma lecture. Le récit est dynamique, on est constamment dans l’action. On suit le cours des péripéties de Yannis, dans une France décimé par U4, entre violences et complots. On est captivé du début à la fin. Le personnage de Yannis est sympathique, mais ne m’a pas énormément plu. Enfin, la fin de ce roman est pour moi un mauvais point, car je trouve qu’elle n’est pas satisfaisante et en certains points assez simpliste. Globalement ça reste donc un bon roman, mais si vous avez lu avant « U4.Koridwen« , qui est à mon avis bien meilleur, peut être que comme moi, vous apprécierez moins ce tome-ci.


Titre : U4.Yannis

Auteur  : Florence Hinckel

Edition : Nathan

Parution : 27 Août 2015
Pages : 300 pages
Prix : 16.90 €

U4 Koridwen – Yves Grevet

Salut, aujourd’hui je vous propose ma chronique du roman « U4 Koridwen » d’Yves Grevet. Ce roman s’inscrit dans la série « U4 », dont j’ai aimé le concept avant même d’avoir lu un seul livre. Quatre auteurs français : Yves Grevet, Vincent Villeminot, Carole Trébor et Florence Hinckel se sont lancés dans un projet ambitieux. Ils ont eu pour but de raconter chacun une même histoire au travers d’un personnage différent. Il y a donc quatre romans avec une narration à la première personne. Je n’imagine même pas tout le travail mis en œuvre rien que pour faire coïncider les différents récits. Aussi, on peut lire chaque livre de la série dans l’ordre souhaité et ça c’est vraiment génial!

u4-koridwen-yves-grevet

RÉSUMÉ :

Un virus nommé U4 décime la population européenne. Koridwen est la dernière survivante d’un hameau de Bretagne, d’où elle est originaire. Elle a perdu sa famille, tout le monde autour d’elle est mort. Avant de mourir, sa grand-mère lui a confié une enveloppe à ouvrir de jour de ses quinze ans. Kori est bouleversée par le contenu de la lettre de sa grand-mère. De plus, cette mystérieuse lettre fait étrangement écho au dernier message qu’elle a reçu sur le jeu en ligne Warriors Of Time, dans lequel elle fait partie du groupe des Experts. Poussée par son instinct, elle décide de se rendre avec son cousin à Paris, pour assister au rendez-vous annoncé par le message qu’elle a reçu, qui réunira les Experts du jeu.

MON AVIS :

J’ai de suite été transporté dans l’univers du roman, assez sombre et à l’aspect  mi-post-apocalyptique, mi-dystopique. Dès la prise en compte du contenu de la lettre de la grand-mère de Koridwen, il y a aussi un côté magique qui va être apporté à ce roman qui a un aspect tout à fait réaliste.On rentre aussi directement dans le récit, car tout commence plutôt vite. L’intrigue se met rapidement en place, ainsi j’ai été captivé très vite.

Le but de Koridwen est simple, mais le moyen de l’atteindre (en toute pièce) l’est beaucoup moins. On suit donc au cours du récit toutes les péripéties de Koridwen et il faut dire qu’il y en a pas mal! Le récit est construit autour d’une comptine bretonne qui existe pour de vrai et je trouve cela très original et audacieux. En plus, c’est très bien fait car tout ce qui va arriver colle parfaitement au récit. D’ailleurs, j’apprécie aussi beaucoup le fait que la culture celte et bretonne soit mise en avant à travers ce roman. J’ai rarement lu, pour ne pas dire jamais, de livre où on retrouve cette culture-là. Ça m’a fait plaisir et j’ai appris des choses, donc c’est en plus bénéfique.

J’ai adoré le personnage de Koridwen, c’est totalement le type d’héroïne que j’aime. Elle a une forte personnalité, un grand courage, elle est très intelligente, très humaine, malgré sa carapace c’est une jeune fille qui est pleine de sentiments. J’ai tellement apprécié la suivre que je me dis que je ne pourrais pas aimer davantage les trois autres personnages de la série U4.

Globalement, le récit est vraiment dynamique, ça bouge constamment mais ce n’est jamais de trop. Il y a un bon rythme, ponctué de nombreux rebondissements. L’auteur joue avec nos émotions, j’ai complètement vibré avec ce roman. La lecture est dynamique, riche et tellement captivante! Dans ce roman, j’ai aussi adoré le fait qu’il y ait beaucoup d’action. Les scènes sont géniales, l’action est bien présente mais dans une juste mesure. Le récit est bien structuré, il y a ce qu’il faut quand il faut, ce livre de trois cents pages se finit donc vite (trop vite!).

La fin de ce tome est simplement excellente. Il y a beaucoup d’action et de rebondissements importants. Une chose aussi que j’ai adoré et que je trouve fin, c’est que les autres personnages de la série U4 vont apparaître dans le récit de Koridwen. La façon dont ils apparaissent dans le récit de Kori et leurs actions nous donnent un aperçu de comment ils sont et surtout nous donnent envie de lire les autres tomes.

EN CONCLUSION :

Franchement, j’ai eu un coup de cœur pour ce livre. J’adore le concept de la série U4. J’adore ce roman, autant son personnage principal, que l’ensemble de récit qui est riche, dynamique et bien structuré. J’ai été captivé du début à la fin, ça été une magnifique lecture. L’intrigue est simple, mais entrainante et l’histoire est bien développée. J’ai hâte de découvrir ce qu’ont vécu les trois autres personnages (Yannis, Jules et Stéphane) à travers les trois autres titres de la série.

Je ne sais pas ce que valent les autres tomes de U4, celui là en tous cas, vaut entièrement la peine. Je vous le recommande totalement.


Titre : U4 Koridwen

Édition : Syros Jeunesse

Auteur : Yves Grevet

Parution : 27 Août 2015
Pages :  300 pages
Prix : 16,90€

La 5ème Vague – Rick Yancey

Bonjour les amis, je vous retrouve pour ma chronique du roman « La 5ème Vague » de Rick Yancey. Vous vous en doutez, je n’ai pas pu échapper au phénomène « La 5 ème vague », qui est même adapté maintenant au cinéma. J’ai lu de nombreux retours positifs sur ce livre, le synopsis m’intéressait, j’ai donc décidé moi aussi de tenter l’aventure.

la-5e-vague-tome-1-rick-yancey

Résumé :

La planète Terre a été envahi par Eux, des êtres venus tout de droit du fond de l’univers, qui ressemblent traits pour traits à des humains. Leur débarquement n’a aucun caractère amical ou pacifique, en effet ils s’efforcent de tuer les humains. Pour cela, ils ont procédé par étapes, quatre vagues ont déjà déferlé et chacune d’entre elles extermine l’humanité d’une manière différente. Eux, ont ainsi massacré des milliards d’humains, balayé les résistants et les derniers rescapés sont décimés. Cassie, fait partie de ces derniers rescapés. Ne pouvant faire confiance à personne, elle est condamnée à rester seule et fuir pour rester en vie. Elle sait bien que ces êtres mystérieux sont en pleine chasse et qu’ils n’hésiteront pas à l’exécuter si elle a le malheur de croiser leur chemin. Elle s’accroche à sa règle de solitude jusqu’à sa rencontre avec Evan Walker. Elle sait qu’il est peut-être sa dernière chance pour atteindre son but, retrouver son petit frère. Cassie va-t-elle faire le bon choix…

 Mon Avis :

L’univers du roman « La 5ème Vague » est post-apocalyptique. La menace issue de l’univers a détruit la civilisation et il ne reste plus beaucoup de rescapés. J’ai tout de suite adhéré à l’univers car l’idée m’a plu, on a quelque chose ni trop complexe, ni trop simple. On accroche vite au récit, on démarre la lecture sur du mouvement, qui va directement nous transporter. On suit au départ Cassie, seule et fuyante. Elle a un fort caractère qui fait d’elle une héroïne hors pair. Elle est à la fois forte, courageuse, déterminée mais aussi se révèle être sensible et passionnée. Par-dessus tout, elle a un franc-parler et un humour à toute épreuve. Elle m’a fait rire de nombreuses fois, Cassie est un personnage attachant et j’ai pris un grand plaisir à la suivre.

C’est par l’intermédiaire d’analepses que nous découvrons de passé de Cassie. Ainsi, nous visualisons comment s’est déroulé la vie sur Terre depuis l’arrivée de ces êtres venus d’ailleurs. Ce procédé est fréquemment utilisé, notamment pour les autres personnages par la suite. Le récit des événements passés est passionnant et permet d’introduire les intrigues.

Dès que nous prenons connaissance du danger que représentent les mystérieux arrivants, le récit devient plus angoissant. La tension est palpable, on a peur pour les personnages. Le récit, les intrigues, tout tourne autour des êtres mystérieux qui ont débarqué sur Terre. En effet, de la même manière que les personnages, on se pose de nombreuses questions sur Eux. Qui sont-ils, quels sont leurs buts… Mais, ce qui chez Eux, procure une force au récit, c’est le fait qu’ils aient une apparence humaine. C’est très étrange, on ne comprend pas bien qui ils sont. Cela rend le récit réellement poignant, les vrais humains peuvent difficilement, au premier abord, faire la différence entre un humain et un non humain.

Ce roman est constitué de plusieurs parties de longueurs différentes. Pour chacune d’entre elles, on découvre un nouveau personnage ou on en retrouve un que l’on connaît déjà. Ces derniers, n’évoluent pas tous ensemble, du moins au départ. En fonction du narrateur, le mode de vie, le milieu etc… change. J’aime beaucoup ce procédé qui nous permet d’être sur plusieurs fronts en même temps et qui permet de gagner bon nombre d’informations.

Les personnages principaux de cette histoire sont surtout Cassie et Evan, mais il y a également Zombie et Ringer dans une autre mesure. Ces personnages-là, comme les secondaires m’ont beaucoup plu. Ils ont des histoires différentes, toutes tristes et émouvantes, des tempéraments plus ou moins forts. Malgré le caractère que l’on discerne en premier, il se cache toujours chez l’un, l’autre extrême. Celui qui semble faible peut avoir un grand courage et celui qui semble inflexible peut s’avérer être très émotionnel. Je trouve que ce sont de bons et intéressants personnages et ils évoluent de manière intéressante.

Les personnages qui m’ont le plus plu resteront cependant Cassie et Evan. Je ne fais pas dans l’originalité, c’est vrai. Ils m’ont accroché, dès leur rencontre qui s’est faite dans d’improbables circonstances. Au long du roman, ils vont entretenir une relation spéciale qui suscite l’intérêt. En effet, il y a de nombreux mystères et non-dits qui tournent autour d’Evan.

Ainsi, le récit a réussi à me retenir grâce au contexte et aux personnages que j’ai apprécié. Ensuite, les intrigues ont aussi su me captiver, il y a de bons enjeux qui nous donnent envie de suivre le déroulement des evenements. Peu importe où se trouvent les personnages, le danger plane. On est dans une ambiance électrique, lourde en tension et qui est maîtrisée par l’auteur. Au cours de la lecture, on a le droit à de nombreuses révélations, qui crescendo augmentent la curiosité du lecteur. Il y a une bonne dose de mystères et de suspense qui nous tient en haleine. L’action est bien sûr énormément présente, dans ce type de roman c’est un peu fondamental je pense. C’est savamment dosé, les scènes ont ce qu’il faut de dynamisme pour faire naître de puissantes sensations. Rick Yancey nous offre de très belles scènes d’action, il s’y prend à merveille pour nous transporter au cœur des événements, on visualise les scènes et souvent avec effroi. C’est toujours de très bonne qualité.

Malheureusement, je pense qu’il y a des passages qui manquent un peu d’action. On a d’une part des passages forts en dynamisme et d’autre part des passages assez longuets. C’est dommage car ces passages sont quelque peu récurrents, l’histoire avance, mais du point de vue du lecteur on a l’impression que ça stagne. Je ne dirais pas que je me suis ennuyé car ce n’est absolument pas le cas. Tous les autres éléments indiqués précédemment m’ont permis de ne pas arriver à cet extrême-là, j’étais toujours aussi accroché à l’histoire. Simplement, ces moments de flottement on peur effet de casser le tempo et de créer un rythme irrégulier. Je ne pense pas que ce point rende le roman moins attrayant, je pense plutôt qu’il ne lui permet pas d’atteindre son maximum. J’ai été déçu à niveau là, car ayant entendu tellement de bien sur ce roman, je ne pensais pas ressentir un problème de ce genre.

Enfin, à un moment, les récits des différents narrateurs se croisent. Dès lors, tout s’accélère et nous n’avons plus aucun répit. Il y a beaucoup plus d’action et de tension. On est totalement imprégnés par les événements et on vit les choses avec beaucoup de réalisme. C’est très rythmé et dynamique mais on ne perd jamais le fil. Certains éléments se dénouent, il y a un bon nombre de révélations et en même temps de nouveaux enjeux naissent. On passe d’une émotion à une autre, c’est aussi très riche en sensations. C’est une fin que je trouve vraiment bien réussi, elle m’a captivé, m’a fait frémir ainsi que donné envie de lire la suite.

En conclusion :

J’ai adoré « Le 5ème Vague ». L’univers post-apocalyptique est bien réalisé et enivrant. Le sujet est captivant, les envahisseurs nous intriguent et les personnages sont attachants et intéressants. De la tension plane constamment, on ne sait pas à quoi s’attendre et le mystère tout aussi présent nous donne envie d’en savoir toujours plus. On se retrouve à multiples reprises embarqué au cœur de l’action, les scènes y sont d’une qualité poignante. Cependant, le rythme est assez irrégulier à cause de passages longs et plutôt ternes, qui cassent le tempo. Ceci est tout de même peu dérangeant car les points positifs, nombreux, contrebalancent. Moi, ça m’a laissé un petit goût amer, créant quand même de la déception. Avec tout les avis positifs qu’a eu ce roman, je ne m’attendais pas à ce que quelque chose de ce genre me gêne, j’en attendais plus.

« La 5ème vague » est effectivement un très bon roman que je vous conseille. Néanmoins, si vous ne voulez pas être légèrement déçu comme je l’ai été, ne surestimez pas trop ce livre. Il manque pour moi quelques petits éléments pour que je dise que c’est un véritable coup de cœur.


Titre :  La 5ème Vague

Auteur : Rick Yancey

Édition : Robert Laffont (collection R)

Parution : 16 Mai 2013
Pages : 608 pages
Prix : 18,50 euros

Divergente / t1 / Veronica Roth

divergenteRésumé du livre :

Cinq destins. Un seul choix.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente, elle est en danger de mort !

Je sais que je suis très très très en retard. Certains ont déjà fini la trilogie et moi je ne fais que la commencer. Mais bon, mieux vaut tard que jamais…

Tout d’abord je tiens à préciser qu’en commençant ce livre je ne connaissais pas encore l’histoire. Bien sur, j’ai entendu certaines choses dessus, mais j’ai fait tout mon possible pour ne pas en apprendre trop. Aussi, je n’ai pas encore regardé le film. J’avais tout prévu pour ne pas me gâcher la lecture et ça a fonctionné.

J’ai juste adoré ce livre, il est génial. Tout d’abord, j’ai vraiment apprécié l’univers distopyque. Je trouve que Veronica Roth a eu beaucoup d’imagination. J’ai aimé le système de factions, c’est très bien pensé.

Dès le début j’ai été embarqué dans l’histoire, c’est incroyable. J’ai tout de suite accroché à l’univers. La narration y ait aussi pour beaucoup. Aussi, je suis rapidement rentré dans l’histoire car au bout de quelques pages il se passait déjà des choses intéressantes et importantes pour la suite, comparé à la majeure partie des romans où l’intrigue s’installe plus ou moins lentement.

J’aime aussi le personnage qu’est Tris. Elle voit les choses d’une certaine façon que je trouve intéressante. Elle réfléchit beaucoup, elle a des belles valeurs… J’ai adoré la suivre et la voir évoluer tout au long de l’histoire.

Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde avec ce livre. Il se passait toujours quelque chose. C’est un condensé d’actions, d’aventures, de rebondissements, d’amitiés, de dangers, de mystères, de complots… C’est hyper riche en sensations. Dès qu’on commence ce livre, on ne veut plus le lâcher tellement il est captivant. C’est aussi pour ça que j’ai adoré ce livre.

Tout étais bien ficelé, c’était parfait!

Et puis il y a la fin… Elle est juste parfaite je trouve. Le dénouement est très bien maîtrisé. Mais en plus de ça, la fin est un condensé d’actions, de révélations et de rebondissements. Je ne m’y attendais pas. C’était extrêmement bien, le style est je trouve différent du reste du roman. C’est un niveau au dessus, c’est beaucoup plus poignant et haletant. Et à la fin, tout s’est enchaîné et j’ai fermé le livre sur de belles scènes d’actions. J’étais frustré parce que je voulais tout de suite savoir ce qui allait se passer ensuite. C’est là que je me suis rendu compte que j’étais vraiment à fond dans le livre!

Pour finir, c’est un superbe roman. Il vous transporte totalement, vous ne pouvez pas vous ennuyer et la narration est juste sublime.

Je le conseillerai à partir de 14 ans. Si vous ne l’avez pas encore lu (ce qui m’étonnerait) je vous le conseille vivement. Si vous l’avez déjà lu, n’hésiter pas à donner vos avis en commentaire pour que l’on puisse partager ensemble. 😉

Suivez moi sur twitter : @NosAmisLesMots