Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers – Benjamin Alire Saenz

Hello, hello! J’espère que vous allez tous et toutes bien! Je vous retrouve en ce début de mois de Septembre avec ma chronique du roman « Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers » de Benjamin Alire Sáenz. C’est parti!

aristote-et-dante-découvrent-les-secrets-de-lunivers-benjamin-alire-saenz

Résumé :

Aristote et Dante, deux jeunes garçons du même âge, n’ont a priori rien en commun. Dante est un garçon décomplexé, sûr de lui, drôle, qui baigne dans l’amour de ses parents. Aristote, lui est plus réservé, c’est un garçon silencieux. Mais, au fond de lui, c’est plutôt la tempête. Ari est en colère, principalement contre ses parents qui agissent comme si son grand frère, qui est en prison, n’avait jamais existé. « Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers » c’est l’histoire d’une rencontre singulière entre Aristote et Dante. Ils vont nouer une amitié forte et passionnée comme on en rencontre rarement. Ensemble ou seuls, ils vont passer par des moments de questionnements, de quêtes d’identité. Ils veulent découvrir les secrets de l’univers.

Mon Avis :

L’histoire d’Aristote et Dante commence en 1987, ils ont alors quinze ans. Après avoir cette information de temps, j’ai trouvé que plus rien ne faisait vraiment écho à l’époque où se déroule le récit. Je dois dire que cela m’a assez perturbé, si ce n’était pas indiqué j’aurai totalement pu croire que l’action se déroulait à une année proche de la nôtre. C’est assez perturbant, mais après réflexion je trouve ça finalement intelligent. Déjà, cela permet de fixer l’intérêt du lecteur uniquement sur l’essentiel du récit, puisque les indications de temps, les détails, les descriptions de décors sont absentes ou floues. Aussi, je trouve que cela rappelle l’univers et donc le titre du livre. On est finalement comme en apesanteur, on suit ce qui se passe dans notre microcosme et ce qui est autour n’est que néant.

J’ai eu sincèrement du mal avec le début du roman, qui m’a laissé dubitatif. Toutefois, ce roman exerçait sur moi une attraction inexplicable. J’ai été à la fois envoûté par un « je-ne-sais-quoi » et à la fois je suis resté perplexe. Déjà, je n’ai pas vraiment apprécié les personnages au début. Ils m’ont intéressé dès les premières pages, puis ils m’ont exaspéré. Ce roman est basé sur les interactions entre Ari et Dante et dans ce début de roman, j’ai vite saturé. Les personnages partaient dans de longues discussions, sur des sujets parfois « futiles » et débâtaient. Ils faisaient pour moi trop de manières, à toujours ressasser les mêmes choses, à se compliquer la vie pour « rien ». En plus de cela, par moments les dialogues s’enchaînaient comme des stichomythies, j’ai trouvé ça éprouvant à lire. Il n’y avait rien de vraiment concret, c’était ces dialogues, des états d’âme encore et encore et je n’arrivais pas à trouver mon intérêt là-dedans.

J’ai également trouvé perturbant, le caractère enfantin des personnages dans ce début de roman. Ils ont quinze ans, mais ils pensent, disent ou font des choses, qui pour moi ne correspondent pas à leur âge. Dans le contexte de ce roman qui est tout à fait réaliste, cela m’a gêné. Ce qui m’a par exemple marqué, c’est lorsqu’ils décident d’aller dans la rue pour jouer à celui qui lancera sa chaussure le plus loin, tout en se disputant sur les règles. Je n’arrive vraiment pas à imaginer deux garçons de quinze ans jouer à de telles choses, même en 1987.

Les cent premières pages passées, le récit a commencé à évoluer vers quelque chose de différent et c’est à partir de là que j’ai commencé à pleinement apprécier ma lecture. On découvre Ari surtout, mais également Dante sous un autre jour. On suit Ari dans sa petite vie d’adolescent, on apprend à mieux le connaître, à l’aimer. C’est un personnage extrêmement touchant et sincère, il a un humour assez piquant et sa façon de jouer l’indifférent me plaît. C’est un garçon calme d’apparence, mais à l’intérieur ses sentiments se bousculent. J’ai aimé sa sensibilité, sa façon de réfléchir, de voir les choses et j’ai parfois pu me reconnaître en lui. Dante est complètement différent, mais il partage avec Aristote une grande sincérité, beaucoup d’intelligence et une vraie sensibilité.

Plus j’avançais dans ma lecture et plus j’étais captivé. La lecture est simple et légère, le récit va tout en fluidité, c’est vraiment agréable. Il n’y a rien dans le récit qui soit extraordinaire en soi, mais ce sont les personnages et leur histoire qui rend ce roman extraordinaire. La relation entre Ari et Dante est complexe, étonnante, belle et touchante. Ils sont différents, mais se complètent à merveille et j’ai adoré suivre leur évolution.

Je lis beaucoup de livres, mais la fin de celui-ci m’a touché d’une façon rare. Cette fin de roman est divine, parfaitement exécutée. C’est une fin tellement poignante, avec des émotions fortes et variées. J’ai été profondément touché. Les dernières pages, surtout, sont tellement magnifiques, tellement parfaites!!! Cette fin m’a bouleversé, ce roman m’a bouleversé. En fermant ce livre, je suis resté interdit un bon moment. Mes sentiments se mélangeaient, j’avais à la fois envie de crier, de pleurer et de sourire bêtement, c’était très étrange. Mais par-dessus tout, je voulais relire ce livre de suite pour tout revivre.

En conclusion :

Je dirais que pour moi ce livre est un coup de cœur mitigé. C’est indéniablement un très beau livre, agréable, avec de beaux personnages et une belle histoire. Mais, je n’oublie pas que les cent premières pages ont été compliquées et que mon sentiment d’agacement n’a pas été fugace. Le début de ce roman est donc selon moi un gros bémol, mais le reste vaut entièrement le coup. Je ne peux que vous conseillez de le lire, c’est un livre sublime, qui m’a marqué et que je relirai, même si encore j’ai vraiment un réel souci avec le début.


Titre : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers
Auteur  : Benjamin Alire Saenz
Edition : Pocket Jeunesse
Parution : 18 Juin 2015
Pages : 368 pages
Prix : 17.90€

La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

Il y a un certain temps, j’entendais pas mal parler de ce roman. Récemment, j’ai donc décidé de me pencher dessus, et je vais vous en parler tout de suite!

la-verite-sur-alice-jennifer-mathieu

RÉSUMÉ :

Au lycée de la petite ville d’Healy, court une rumeur. Cette rumeur concerne Alice Franklin. Cette dernière est traitée de traînée. C’est qu’elle aurait fait des choses pas très catholique! Tout le monde le sait, tout le monde en parle et chacun est persuadé que ce qu’elle a fait est avéré. Au lycée, chacun a sa vérité sur Alice et certains vont nous la dévoiler dans ce roman…

MON AVIS :

Vu que de nombreuses personnes ont été enthousiastes sur ce livre, je m’attendais aussi à l’adorer. Déjà, j’aime beaucoup le sujet. Ce roman aborde le thème de la rumeur et du harcèlement. J’apprécie vraiment le fait, que de plus en plus les romans abordent de ces sujets, qui ont été «  »banalisé » » dans le passé et dont on se soucie davantage maintenant. Ce roman est donc avant tout une bonne initiative puisqu’il va dans le sens de tout ce qui est « Non au harcèlement ».

Quatre personnages vont à tour de rôle raconter leur vérité au sujet d’Alice Franklin, et ce tout au long du roman. On a Josh, Elaine la fille populaire du lycée, Kelsie l’ancienne meilleure amie d’Alice et Kurt l’admirateur secret d’Alice Franklin. Chacun leur tour, il nous raconte ce qui s’est passé, comment les choses se passent actuellement, leurs pensées, leurs avis, leurs déceptions etc… On a donc plusieurs points de vue et je trouve cela toujours sympathique.

Les quatre personnages principaux ne m’ont pas tous totalement plu. Déjà, Josh et Elaine sont le type de personnages trop récurrents, trop clichés. En plus, ils n’ont pas de traits de caractère particuliers les rendant un peu plus unique parmi tous les personnages de leur type. Pour ce qui est des deux autres, Kelsie et Kurt, bien qu’ils soient eux aussi des personnages un peu clichés, je les ai bien plus aimé, surtout Kurt. Kelsie a une histoire intéressante, qui fait réfléchir sur la course à la popularité. À part cela, je ne lui ai pas trouvé beaucoup plus d’intérêt. Kurt a été mon personnage préféré. Lui, c’est le geek sans ami (ça fait bizarre de dire ça, mais c’est ce qu’il en est). Comparativement aux autres, il a une personnalité plus développée et attachante. Il est touchant, sincère et vrai. C’est vraiment un beau personnage, heureusement  qu’il était là.

Au début du roman, je vois que chaque personnage raconte ce qu’il a à dire, c’est sympathique, tout va bien. Je lis, j’arrive au quart du roman et je remarque que le rythme n’avance pas vraiment. La lecture n’est pas ennuyante, mais pas captivante, non plus. Les actions sont minimes, il ne se passe pas grand-chose, pas de rebondissements majeurs, le rythme est plutôt linéaire… J’ai été davantage intéressé par le récit dès lors que Kurt est devenue l’ami d’Alice. J’ai vraiment apprécié les suivre et ce de plus en plus au fil de ma lecture. J’ai beaucoup apprécié suivre leur relation et a travers elle on découvre davantage qui est réellement Alice.

Le récit, je trouve, est globalement terne. Il se passe des choses quand même, ne vous y méprenez pas, mais ce ne sont pas des actions transcendantes. On suit les ragots, les rumeurs, les anecdotes, quelques bribes de vérités… L’intrigue était presque invisible selon moi, il n’y avait rien à quoi je me raccrochais, pas d’enjeux ou de buts réels. On attend même pas vraiment de savoir toute la vérité, car on obtient des informations petit à petit et puis on devine bien avant si les rumeurs sont vraies ou non. Au cours de l’histoire, il y a quelques beaux passages, des passages marquants et je peux dire que le sujet est plutôt bien traité. Cependant, l’ensemble est trop simple pour moi.

À la fin du roman, enfin, Alice s’exprime. Je plaçais beaucoup d’espoir sur cette dernière narration, qui finalement n’a rien eu d’exceptionnel car l’essentiel du récit a déjà été dit. Avant même qu’elle s’exprime, j’ai été dégoûté par le personnage d’Alice. Elle a un caractère auquel je n’accroche guère, à tel point que j’ai fini par ne plus la prendre en pitié. La fin est jolie et sympathique, mais dans la lignée du reste, elle est simpliste. Aussi, je pensais qu’il aurait pu y avoir une scène marquante pour finaliser le message de ce roman en beauté, mais il n’y en a pas eu.

EN CONCLUSION :

Le sujet du roman m’avait tout de suite enthousiasmé et je m’attendais à quelque chose de très bon, mais j’ai été déçu. Tout est un peu trop simple, l’intrigue n’est pas captivante, le rythme est mou, il y a peu d’actions, heureusement le récit reste assez intéressant. J’ai globalement aimé suivre les personnages, surtout Kurt, et même si ce ne sont pas des personnages très originaux, j’ai aimé lire ce qu’ils avaient à raconter. Le sujet est bien traité, mais n’est selon moi pas bien mis en valeur. C’est dommage, car il y a de bonnes choses qui méritaient approfondissement. La fin, n’est pas extraordinaire, elle m’a aussi déçu même si je la trouve jolie.

Sincèrement, je ne conseille pas ce roman. De plus, il est déconseillé avant 15 ans à cause des gros mots que l’on peut y trouver. Avec le même genre de sujet et dès 15 ans, il existe de meilleurs romans que celui-ci, selon moi.


Titre : La vérité sur Alice

Édition :  Pocket Jeunesse

Auteur : Jennifer Mathieu

Parution : 4 Février 2016
Pages :  224 pages
Prix : 16,90€

Test / Tag Les couleurs

test-tag-les-couleurs

Salut,  aujourd’hui je réponds au dernier Test/Tag proposé par Pocket Jeunesse, qui s’intitule « Test / Tag Les couleurs ». On va s’intéresser aux couleurs des couvertures de livres. Le but est de citer pour chaque critère un livre lu ou que l’on possède.

C’est parti!

1) Un des mots du titre est une couleur.

« #Bleue » de Florence Hinckel, c’est une de mes dernières lectures d’ailleurs.

bleue-florence-hinckel

2) La couverture est en majorité jaune.

« Harry Potter et l’enfant maudit » de J.K Rowling.

harry-potter-et-lenfant-maudit

3) Tous les tomes de la saga sont dans les mêmes tons de couleurs.

Il y a une édition de la trilogie « Divergente » chez Nathan où les livres ont tous une couverture noire.

divergente-tome-un-veronica-rothdivergente-tome-deux-nathan

divergente-tome-3-nathan-veronica-roth

4) Les couleurs de la couverture reprennent celles du drapeau de votre pays.

Sur la couverture de mon exemplaire d’ « Iliade, Odysée » d’Alessandro Baricco, on voit les couleurs qui composent le drapeau tricolore français.

homere-iliade-alessandro-baricco

5) Le titre du livre est de couleur rouge.

Le tome deux de « Divergente » de Veronica Roth.

divergente-tome-deux-nathan

6) La couverture est aux couleurs de l’automne.

Ça dépend de ce que l’on appelle « couleur d’automne ». Moi par exemple, je trouve que la couverture du quatrième tome de la saga « Harry Potter » est assez aux couleurs de l’automne.

harry-potter-et-la-coupe-de-feu-harry-potter-tome-4

7) La couverture reprend uniquement 3 couleurs.

La couverture du tome deux d’ « Assassination Classroom » (oui, j’ai compté le blanc comme une couleur, huhu, ne me tapez pas!)

assassination classroom t

8) Il y a un effet brillant sur la couverture.

« Harry Potter, le grand atlas » à des détails brillants sur sa couverture.

harry-potter-le-grand-atlas

9) La couverture est en majorité verte.

« Candide » de Voltaire aux éditions Larousse.

candide-voltaire

10) La couverture est de votre couleur préférée (si jaune ou vert, le livre doit être différent de ceux cités précédemment).

De loin, ce critère est le plus facile à trouver dans ma bibliothèque. J’adore le bleu et je possède plusieurs livres dont la couverture est bleue. Pour n’en citer qu’un, il y a « Wonder » de R.J. Palacio.

wonder-jrpalacio

11) La couverture reprend au moins les 7 couleurs de l’arc-en-ciel (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo, violet).

Sur la couverture du tome neuf de la BD « Ariol » par exemple, on retrouve au moins les sept couleurs de l’arc en ciel.ariol-tome-neuf

12) La couverture est noire et blanche.

Alors là, je ne trouve pas du tout ^^ .

gif-cry-pleure

Voilà, c’est tout pour ce tag. Si vous le faites après moi, n’hésitez pas à m’envoyer vos liens pour que je regarde vos réponses.

À bientôt!

Test/Tag Les coups de coeur

Bonjour, aujourd’hui je réponds au dernier tag créé par Pocket Jeunesse. Tag qui va me permettre de partager mes coups de cœur et qui se nomme justement : « Test/Tag les coups de cœur ».

test-tag-les-coups-de-coeur

1) Quel est votre dernier coup de cœur ?

Mon dernier coup de cœur n’est autre que « Malala » de Malala Yousafzaï. C’est une histoire poignante, Malala a un courage sans nom, c’est un modèle. Je vous conseille vivement de découvrir ce livre.

moi-malala

2) Quel est le premier coup de cœur littéraire dont vous vous souvenez ?

Il y en peut être eu un autre avant, mais d’aussi loin que je me souvienne, c’est le premier tome de la saga « Harry Potter » qui a été mon vrai premier coup de cœur.

harry-potter-tome-1

3) Citer un roman dans lequel l’intrigue vous a époustouflé.

Sans hésiter : « Phobos » de Victor Dixen. L’intrigue est vraiment bien ficelée et m’a totalement happé.

phobos-victor-dixen

4) Citer un roman pour lequel vous ne vouliez pas quitter les personnages.

Entre autres, il y a les deux personnages du roman « L’infini + un » de Amy Harmon, dont j’ai eu du mal à me séparer. Il sont si attachants…

infini-plus-un-amy-harmon

 

5) Citer une série pour laquelle tous les tomes ont été un coup de cœur.

J’aurais pu en citer une autre, mais là je vais dire la série « Divergente » de Veronica Roth. À l’instar de nombreuses personnes, j’ai beaucoup aimé chaque tome.

divergente-tome-3-nathan-veronica-roth

6) Quel roman coup de cœur vous a séduit dès les premières pages ?

Je dirais « Le labyrinthe » de James Dashner, dès les premières pages, j’ai été envoûté.

le-labyrinthe-james-dashner

 

7) Quel roman coup de cœur vous a séduit sur la longueur ?

« Le voleur de magie » de Sarah Prines. Au début, c’était pas gagné, mais j’ai finalement fait une très belle découverte.

le-voleur-de-magie

8) Citer un roman coup de cœur d’un auteur français.

« Phobos » de Victor Dixen.

phobos-victor-dixen

9) Avez-vous un auteur coup de cœur: chacun de ses livres est un coup de cœur ?

Il n’y a aucun auteur, dont j’ai lu tous les livres. Néanmoins, j’ai lu deux livres de John Green et je suis tombé en amour avec cet auteur. Ces deux livres lus, sont de grands coups de cœur.

nos-etoiles-contraires

10) Citer un livre que vous souhaitez lire et que vous pressentez être un coup de cœur.

Ololololo… Il y en a tellement. Mais en particulier en ce moment, il y « Une braise sous la cendre » de Saaba Tahir que je sens que je pourrais beaucoup aimé. Il faut dire que lorsqu’on suit @lunabookaddict , il est difficile de ne pas être tenté ^^.

une-braise-sous-la-cendre-sabaa-tahir

11) Avez-vous un roman coup de cœur dans un genre littéraire qui n’est pas votre favori ?

Je coince, désolé…

12) Avez-vous un coup de cœur Pocket Jeunesse ?

J’en ai eu, et pas qu’un seul! Mais aujourd’hui j’ai envie de vous citer « Wonder » de R.J. Palaccio. Un très très beau roman!

wonder-jrpalacio

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé faire ce tag, ça fait plaisir de ne partager que du positif comme ça!

Le sacre des trois – J.D. Rinehart

J’ai reçu ce livre en tant qu’épreuve non corrigée, en gagnant un concours express, organisé sur le compte Twitter de Pocket Jeunesse (@pocketjeunesse). Je les remercie encore pour l’envoi. Tout de suite, place à la chronique!

le-sacre-des-trois-pocket-jeunesse

RÉSUMÉ :

Le roi Brutan fait régner la terreur sur le royaume de Toronie, qui est en proie à une guerre civile. Il ne reste qu’un seul espoir pour le pays. Cet espoir est lié au destin des trois enfants illégitimes du roi. Deux garçons et une fille, qui selon la prophétie, régneront ensemble et dans la paix. À la naissance des enfants, tout a été mis en œuvre pour éviter ladite prophétie. La fratrie se retrouvera-t-elle pour la réaliser?

MON AVIS :

Tout commence avec le prologue qui nous présente l’origine de l’histoire, bien sûr, mais surtout la prophétie. En elle-même,  celle-ci m’a intéressé mais sans plus. À sa découverte je ne lui ai pas trouvé beaucoup d’originalité et d’ailleurs j’avais un sentiment de déjà-vu. C’est alors à tâtons que je commençais le récit, qui démarre treize ans plus tard.

Avec « Le sacre des trois », nous plongeons dans univers médiéval.  Celui-ci ne m’a pas attiré au départ, mais au fur et à mesure, je commençais à l’apprécier. On se retrouve dans une ambiance médiavale « basique », il n’y a pas d’excentricité dans les bases de sa conception. Le château, le méchant roi, les ennemies, bref, je trouve que c’est un peu du vu et revu. Par contre, si j’ai commencé à apprécier l’univers de ce roman, c’est notamment grâce à l’ajout d’éléments de fantasy. Ces éléments on été savamment ajoutés et on a quelque chose de plutôt agréable au final.

 Le début du livre m’a paru un peu long, on ne voyait pas trop où allait l’auteur. Mais une fois que tout se focalise sur la prophétie et sur l’enjeu qui en découle, mon intérêt a grandi. D’ailleurs, celui-ci n’a fait que grimper tout au long de l’histoire. Le récit en lui-même est assez attractif. L’intrigue est bien construite, l’enjeu principal est clair et nous captive. De toutes parts, il y a des dangers, des complots, de la perfidie. Tout cela relève le récit, sans le rendre lourd et incompréhensible. La quantité d’action augmente crescendo. Le récit est dynamique, intéressant, c’est une lecture réellement sympathique.

S’il y a bien une chose qui a un peu terni mon plaisir avec ce roman, je pense que c’est le style d’écriture de l’auteur. Vraiment, je n’y ai pas accroché. Rien d’horrible, n’ayez crainte, mais personnellement l’étincelle n’a pas pris. Elle a un style plutôt simple, en même temps ce livre s’adresse à de jeunes lecteurs dès l’âge de 11-12 ans. Ce n’est pas ça qui me gêne fondamentalement. En fait, je trouve que son écriture a un effet assez neutre, j’ai du mal à sentir sa sensibilité à travers sa plume. Cela m’a dérangé, car c’est un sentiment qui ne m’est pas habituel.

J’ai trouvé les personnages géniaux. Ils ont des personnalités et des rôles intéressants qui apportent une sacrée texture au récit. Nos trois personnages principaux, sont attachants, intrigants aussi, et j’ai adoré observer leur évolution. J’ai eu surtout un coup de cœur pour Tarlan, il est touchant, courageux, il a de belles valeurs et c’est pour moi une pépite.

La fin de ce roman est extrêmement rythmée avec beaucoup d’action, de rebondissements, de peurs et de surprises. Je trouve que ça finalise bien ce premier tome. Néanmoins, je trouve qu’il y en avait largement trop. À un moment, ça part dans tous les sens et ça devient un peu n’importe quoi. C’est dommage, parce que ça laisse une image finale un peu négative.

EN CONCLUSION :

En commençant ce livre je ne pensais vraiment pas l’aimé. La prophétie ne m’a pas éblouie et l’univers médiéval ne pas convaincu. Cependant, progressivement, l’univers a commencé à me plaire, le récit est bien construit et l’intrigue est captivante. Il y a ce qu’il faut d’action, de rebondissements, de suspense pour nous tenir en haleine. C’est une lecture simple et agréable, avec des personnages attachants et intéressants. La plume de l’auteur, par contre, ne m’a pas vraiment plu. Pour ce qui est de la fin de ce livre j’ai là aussi été un peu déçu, il y avait de bonnes idées mais ce n’était pas entièrement maîtrisé.


Titre : Le sacre des trois

Édition : Pocket Jeunesse

Auteur : J.D. Rinehart

Parution : 15 Septembre 2016
Pages : 352 pages
Prix : 16,90€

Test / Tag Bilan des 6 mois

test-tag-6-mois

Aujourd’hui je réalise le Test / Tag 6 mois, créé par Pocket Jeunesse. C’est un très bon Test / Tag qui permet de faire un bilan livresque des six premiers mois de l’année.

C’est parti pour répondre aux quatorze questions qui composent ce Tag!

1) Avez-vous eu un coup de cœur ?

Oui, plusieurs. J’en ai eu un par exemple pour le roman « Phobos » que j’ai adoré.

phobos-victor-dixen

2) Avez-vous lu un roman Pocket Jeunesse ?

Bien sûr! Comme il faut n’en citer qu’un je dirai « Au bout du tunnel » de Carlos Garcia Miranda.

au-bout-du-tunnel

3) Avez vous découvert un nouvel auteur ?

Oui! Parmi tous ceux que j’ai découverts, il y a par exemple Amy Harmon, auteur de « L’infini + un« .

infini-+-un

4) Avez-vous lu un de vos auteurs préférés ?

Oui, j’ai décidé il y a peu de relire la saga « Harry Potter » et j’ai lu en Juin le premier tome. J’ai donc retrouvé la plume de J.K Rowling que j’affectionne tant.

harry-potter-à-lecole-des-sorciers

5) Avez-vous terminé une série ?

Oui, j’ai terminé la série « Divergente« .

divergente-tome-un-veronica-rothdivergente-tome-2divergente-tome-3

6) Avez-vous lu un livre sorti cette année ?

Oui, j’ai lu par exemple « Le jeu du maître » de James Dashner.

le-jeu-du-maitre-james-dashner

7) Avez-vous rencontré un auteur ?

Malheureusement non…

8) Attendez-vous avec grande impatience un livre qui sortira pendant la seconde moitié de 2016 ?

Oui, j’attends de pied ferme le second tome de la saga « Le jeu du maître » de James Dashner.

9) Avez-vous lu un roman sans histoire d’amour ?

Oui, récemment j’ai lu « Du bonheur à l’envers » de Pascal Ruter et le personnage principal ne vit pas d’histoire d’amour.

du-bonheur-à-l'envers

10) Avez-vous lu un roman d’un auteur français ?

Oui, par exemple j’ai lu « Instinct » de Vincent Villeminot.

instinct-vincent-villeminot

11) Avez-vous lu un roman adapté au cinéma (ou en série/téléfilm) ?

Oui, j’ai lu le roman « La 5ème Vague » qui est adapté au cinéma.

la-5e-vague-tome-1-rick-yancey

12) Avez-vous lu un livre qui vous a fait pleurer ?

Pas encore. Pour tout dire, aucun livre ne m’a jamais fait pleurer à ce jour.

13) Avez vu lu un roman historique ?

Non, je ne pense pas.

14) Avez-vous lu un roman que quelqu’un vous a conseillé ?

 Non, ou sinon c’est que je ne m’en souviens pas…

Voilà pour mes réponses au Test / Tag 6 Mois. J’espère que ce petit article vous a plu!

Au bout du tunnel – Carlos Garcia Miranda

J’ai reçu le roman « Au bout du tunnel » par Pocket Jeunesse. J’ai eu cette occasion car j’ai gagné un concours express organisé sur le compte twitter de la maison d’édition. Je tiens donc encore à remercier Pocket Jeunesse pour ce concours et pour l’envoi. Maintenant, place à la chronique!

au-bout-du-tunnel

Résumé :

Le train qui emmenait des lycéens en classe de montagne déraille dans un tunnel. Étrangement , quelques minutes auparavant, une des protagonistes a reçu une vidéo Youtube montrant l’accident dont ils allaient être victimes. À la suite de cet accident, il ne reste plus que six adolescents, qui se réveillent dans le tunnel. À la stupeur générale le train a disparu, alors commence une série d’incompréhension. Eva, Noël, Sabrina, Gabi, Ana et Sam vont rentrer chez eux et sur les lieux découvrent qu’un an a déjà passé depuis l’accident. Comble de la situation, ils remarquent que des clones d’eux-mêmes vivent à leur place. Mais alors, que se passe-t-il et où sont-ils réellement? Pour élucider tous ces mystères, le groupe de jeunes gens va devoir faire preuve de cohésion mais surtout de discrétion…

Mon Avis :

Dès les premières pages, j’ai été conquit par le sujet. On aborde le thème du voyage dans le temps, ce qui me plaît déjà à l’origine. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est le fait qu’il y ait une touche d’originalité et de modernité apportée avec ce thème souvent repris. On est dans un univers contemporain plutôt agréable, avec un contexte qui fonctionne et de bonnes idées. Ainsi, j’ai démarré ma lecture sur des notes positives.

Les personnages font selon moi, une grande part du charme de ce roman. On les découvre tous ensemble très tôt, on apprend progressivement à mieux les connaître et s’y attache. On est embarqué avec ce groupe d’adolescents et on a la fidèle impression d’être avec eux. L’auteur a créé des personnalités différentes, qui chacune apporte une touche particulière. Il y a forcément un personnage auquel vous pourrez vous identifier, ne serait-ce qu’un peu. On a donc une assez grande palette de caractères, de réactions, de façon de penser, ainsi l’ensemble est pimenté et attrayant. Il ne faut aussi pas oublier que l’on suit des adolescents, ils s’expriment d’une manière simple et naturelle, leurs caractères le sont globalement aussi. Au cours du récit, on suit leurs disputes, leurs amourettes, jalousies… Tout cela apporte une certaine fraîcheur qui est tout à fait appréciable. Avec nos protagonistes, on ne s’ennuie jamais et il est toujours plaisant de les suivre, c’est donc un très bon point.

L’histoire en elle-même, a éveillé mon attention et ce dès le départ. On se retrouve rapidement intrigué par la tournure que prend la situation et par les mystères environnants. Un intérêt certain naît chez le lecteur, car comme les personnages, on se pose perpétuellement des questions et on désire comprendre. Petit à petit, les dangers et les mystères vont augmenter et parallèlement la tension devient plus forte. Les personnages sont continuellement dans le mouvement, ils doivent être discrets, se cacher et en même temps élucider la situation. Ainsi le récit est plutôt palpitant et la lecture captivante.

En commençant ma lecture, j’avais beaucoup apprécié les idées de l’auteur et cela a continué le long de ma lecture. L’ensemble de l’histoire, pour moi, ne m’a pas donné cette impression de déjà-vu. Il y a bien sûr certains points que l’on peut retrouver ailleurs, mais on sent quand même une certaine inventivité. Autant au niveau des choses encore inexpliqués, que des choses plus concrètes de la situation, je trouve que l’auteur a placé des éléments intéressants et qui fonctionnent. Par exemple, le sujet des clones marche très bien et est correctement développé. Apparemment, Carlos Garcia Miranda est le scénariste d’une série à succès, je pense que ça lui a été très utile dans la rédaction ce livre. On ressent un peu sa formation de scénariste dans sa façon de créer, dans les scènes et dans la manière dont il articule le récit.

Plus on avance dans la lecture, plus l’ensemble devient attrayant et plus on est plongé dans l’histoire. Le récit suit un rythme mi-rapide, assez agréable car la lecture est ainsi fluide et régulière. Il y a aussi par moments des passages au rythme plus saccadé. L’atmosphère générale est particulière, mais dans le bon sens. Les incompréhensions, les mystères et les étrangetés de la situation, créent un fond assez sombre, riche en suspense. Par-dessus ce fond il y a les personnages qui égayent un peu le tout. Le récit est fait de nombreux imprévus, il y a constamment de nouveaux problèmes qui se rajoutent. On a donc un bon nombre de rebondissements au long de ce roman, qui agrémentent la lecture.

Le récit, indéniablement, est palpitant, captivant et bien rythmé. Au cours du roman, les protagonistes sont souvent dans le mouvement, on retrouve donc des scènes d’action. Celles-ci sont plutôt sympathiques, elles arrivent parfaitement à nous accrocher. De plus elles reviennent de façon régulière au cours de la lecture ce qui est tout à fait plaisant. On n’a donc pas le temps de ressentir un manque car on a toujours de quoi être satisfait.

Malgré tous ces points positifs, je trouve qu’il manque quelque chose au récit. Celui-ci est bien maîtrisé, j’ai été plongé dedans tout du long, mais j’ai trouvé qu’il ne faisait pas naître assez d’émotions et sensations. Comprenez bien, je ne dis pas qu’il n’y en a pas du tout, en effet certains passages m’ont fait vibrer. Je trouve que les éléments accentuant la lecture manquent parfois de puissance. J’aurais aimé un grain de folie supplémentaire de la part de l’auteur, qu’il se mette peut-être un peu plus en danger. La lecture est superbe, mais il m’a manqué cette étincelle. Pour moi, il aurait fallu que l’auteur vienne plus nous torturer, qu’il joue davantage avec nos émotions, nos sensations pour rendre l’ensemble réellement enivrant. C’est un point qui crée une certaine déception chez moi et je trouve ça vraiment dommage.

Malheureusement, je vais continuer sur les déceptions, en vous évoquant maintenant la fin de ce livre. Arrivé à un moment, on est dans une situation d’attente et c’est avec hâte que l’on veut découvrir la suite. On a fait jusque là, un plein d’informations et de révélations très importantes, avec des rebondissements assez surprenants. On quitte une partie riche et intéressante, on se focalise désormais sur les futurs événements du dénouement. C’était les dernières scènes, j’attendais beaucoup d’elles et là ça été la déception… L’élément qui débloque la situation est tellement prévisible et peu original, s’en était presque ridicule. J’avais senti, le coup arriver de loin, dès l’énonciation des dernières informations avant ce passage final. Je trouve que c’est une fin trop simple, très facile. Personnellement, je pense que ce n’est pas à la hauteur, je ne suis donc pas satisfait. La fin d’un roman est très importante car elle laisse la dernière impression. Comme celle-ci n’est pas positive, elle entache le ressenti global sur l’ensemble du livre.

En conclusion :

« Au bout du tunnel » est un roman que  j’ai vraiment apprécié. Le thème du voyage dans le temps bien que commun, est ici développé d’une manière moins conventionnelle et avec de bonnes idées. Les personnages ont des caractères efficaces, on s’attache à eux et ils apportent de la fraîcheur à l’histoire. Tout au long du roman , on est captivé, la lecture est dynamique et palpitante. On ne s’ennuie jamais, il y a toujours du mouvement et de l’action. L’atmosphère est mystérieuse, pleine de suspense. Le récit est ponctué par de nombreux éléments tels que des révélations qui ont pour effet de maintenir notre intérêt. Cependant, ces éléments ne sont selon moi pas assez forts, ils n’ont pas su créer chez moi de puissantes sensations et émotions. La fin de ce livre n’est pour moi pas à la hauteur. Elle est simpliste, facile et l’élément dénouant la situation est un prétexte souvent utilisé.

Malgré mes déceptions plutôt marquées, il faut dire que ça reste un bon livre. J’ai passé de très bons moments de lecture, c’était très agréable. Je ne doute pas que ça puisse être votre cas et c’est donc la raison pour laquelle je peux totalement vous le conseiller.


Titre :  Au bout du tunnel

Édition : Pocket Jeunesse

Parution : 19 Mai 2016
Pages : 352 pages
Prix : 16,90€

Test / Tag P.O.C.K.E.T. J.E.U.N.E.S.S.E.

test-tag-pkj

Salut, aujourd’hui je réalise le dernier Test/ Tag en date créé par Pocket Jeunesse. Pour ce nouveau Test/ Tag le principe est simple, pour chaque lettre du nom Pocket Jeunesse, il va falloir citer un livre en suivant l’indication donnée.
Voilà, je ne parle pas plus. Commençons!

P : un livre dont le titre commence par un P.

Il y  a « Phobos » de Victor Dixen, un roman que j’ai adoré! D’ailleurs la chronique ne devrait pas tarder à arriver.

phobos-victor-dixen

O : un livre dont le prénom du héros/ de l’héroïne commence par O.

J’ai beau chercher, je ne trouve rien!

C : une Couverture que vous adorez.

heritiere-salisbury

Sur le coup, je pense à la couverture du roman « L’héritière » de Melinda Salisbury. Je trouve qu’elle est vraiment sublime.

K : un livre dont l’auteur a un K dans son nom de famille.

audrey-retrouvee

Il y a par exemple « Audrey Retrouvée » de Sophie Kinsella. Je ne l’ai pas encore lu mais ça ne saurait trop tarder.

E : un livre dont le titre se termine par la lettre E.

le-labyrinthe-james-dashner

« Le Labyrinthe » de James Dashner!

T: une Trilogie que vous aimez beaucoup.

hunger-games

Je pense tout de suite à la trilogie « Hunger Games ». J’ai beaucoup aimé et je pense que c’est devenu une sorte d’incontournable.

J : un livre dont le premier mot commence par la lettre J.

journal-dun-degonflé

« Journal d’un dégonflé » de Jeff Kinney.

E : un livre sans E dans le titre.

infini-+-un

Je peux citer mon coup de coeur « L’infini + un » d’Amy Harmon.

U : un livre Unique qui ne fait pas partie d’une série et qui est un coup de cœur.

humains-matt-haig

« Humains » de Matt Haig. J’ai eu un grand coup de coeur pour ce livre, je vous le conseille encore et je pense que je le relirai cet été.

N: une Nouveauté que vous venez de vous procurer.

Les derniers livres que je me suis procuré ne sont pas des nouveautés 😅.

E : un livre avec le mot « Et » dans le titre.

harry-potter-et-la-chambre-des-secrets

« Harry Potter et la chambre des secrets »

S : un livre qui fait plus de Six cent pages.

La 5ème Vague - tome-1

« La 5ème vague » de Rick Yancey, un bon pavé de 608 pages.

S : un livre dont le dernier mot se termine par la lettre S.

nos-etoiles-contraires

« Nos Étoiles contraires » de John Green.

E : un livre avec une Etoile sur la couverture.

Pour trouver un livre correspondant j’ai longuement cherché, fouillé… Et je suis finalement tombé sur la très chouette bande dessinée « Zita fille de l’espace ».

zita-fille-de-lespace

Ce tag est maintenant terminé, j’espère qu’il vous aura plu, moi j’ai adoré le faire. Je suis quand même un peu déçu de n’avoir rien trouvé pour la lettre O.

Si vous réalisez aussi ce Test/ Tag à la suite de cet article, n’hésitez pas à me le dire, ce serait avec plaisir que je viendrai voir les livres que vous avez choisi.

Test / Tag Pocket Jeunesse – Les choix impossibles 2

choix-impossibles-2

Coucou, aujourd’hui je réalise la deuxième partie du Test/Tag Les choix impossibles. J’avais beaucoup aimé répondre à la première partie donc c’est toujours avec enthousiasme que je réalise celle-là. Les règles du jeu n’ont pas changé : il y a quinze dilemmes et pour chacun d’entre eux il va falloir choisir entre deux possibilités. Les dilemmes peuvent s’avérer très complexes, voire même presque impossible d’où le nom du tag.

Donc maintenant, c’est parti!

1) Ne lire qu’un chapitre par jour OU lire un seul livre par mois en 3 jours.

Je préfère ne lire qu’un chapitre par jour. Cette possibilité me permettrait d’avoir un peu de lecture tous les jours, alors que l’autre me laisserait de nombreux jours sans lecture.

2) Ne jamais pouvoir relire aucun livre OU être obligé de relire un livre que vous avez détesté.

Dans ce cas précis, cela ne me dérange pas de relire un livre que j’ai détesté. Même si la lecture me paraîtrais doublement plus longue et ennuyante, je saurais qu’à la fin j’aurais la possibilité de pouvoir relire tous les livres que je souhaite.

3) Devoir se séparer de 15 livres de sa bibliothèque OU devoir prêter ses livres.

J’aime tellement mes livres qu’il me serait difficile de me séparer de quinze d’entre eux, de façon définitive. Mais, il est vrai qu’au fond je pourrais trouver au moins quinze livres qui trainent au fond de ma bibliothèque et dont je ne voudrais surement plus. Cependant, je choisis la deuxième option, celle de prêter ses livres. La lecture ça se partage et je trouve que c’est tout à fait normal de prêter un livre, à condition, bien sûr, que le destinataire en prenne soin.

4) Le héros/l’héroïne est mal choisi dans une adaptation cinématographique OU son amoureux/se est mal choisi.

Selon moi, le héros ou l’héroïne a une place fondamentale dans l’adaptation cinématographique ainsi que dans le livre. Pour nous accrocher, il se doit d’être le plus parfait possible, au niveau de sa personnalité, de son caractère etc… De plus, les histoires d’amour ne sont pas quelque chose que je chéris intensément. Que l’amoureux d’un tel ne soit pas bien choisi ça ne dérange pas si le héros est à la hauteur. Par conséquent, oui je préfère de l’amoureux/se soit mal choisi.

5) Lire uniquement de la romance pendant 1 mois OU lire uniquement de la fantasy pendant 1 mois.

C’est un choix assez difficile. Comme expliqué précédemment, la romance n’est pas mon genre de prédilection. Il s’avère que la fantasy non plus, néanmoins je me suis quelque peu réconcilié avec ce genre en lisant « L’ordre Terne » de I.M Nancy. Au final, je choisirais quand même de lire uniquement de la romance pendant un mois. Dans presque toutes mes lectures, je retrouve des romances même s’il ne s’agit pas de romance pure. Après, il y a plusieurs niveaux de fantasy mais c’est clair que j’en lis peu. C’est la raison pour laquelle je préfère plutôt lire uniquement de la romance pendant un mois, c’est le genre qui m’est le plus familier des deux.

6) Ne pas voir la couverture d’un livre avant de le commencer OU ne pas lire la 4e de couverture avant de le commencer.

Je trouve que le visuel d’un livre peut avoir une grande importance. Il peut faire naître le désir de découvrir et peut donner des indications sur le contenu. Je ne lis pas souvent les quatrièmes de couverture, soit pour garder la surprise, soit parce que généralement je trouve qu’elles donnent un petit peu trop d’informations. C’est pour cela que sur mon blog je rédige mes propres résumés et je ne prends plus ceux des éditeurs comme je le faisais au tout début de mon blog. Bref, tout cela pour dire que ça ne me gêne pas de pas lire la quatrième de couverture avant de commencer un livre et que je choisis cette option.

7) Votre meilleur ami déteste votre livre préféré OU votre meilleur ami refuse de lire votre livre préféré.

Il est vrai qu’en tant que lecteur, j’aime légèrement beaucoup forcer la main à mes amis pour lire mes livres préférés. Tâche assez compliquée, sincèrement, quand ces amis n’aiment pas forcément la lecture ;(. Mais bon, comme je ne lâche jamais rien, ça ne me gêne pas d’essayer de convaincre un ami pendant même un an ou plus. C’est pour cela que je choisirais plutôt que mon meilleur ami déteste mon livre préféré. Déjà, cela voudrait dire qu’il l’a lu et en plus j’aime beaucoup débattre avec les personnes qui  n’ont pas aimé un livre que moi j’ai aimé, je trouve ça intéressant et enrichissant. Avis opposés ou très proches, peu m’importe, si c’est pour parler lecture, je suis partant!

8) Adorer un livre que tout le monde déteste OU détester un livre que tout le monde adore.

Je trouve que les deux choix sont équivalents. L’un ou l’autre ne me gêne pas plus que ça, j’assume mes coups de cœur et déceptions sans me laisser entièrement influencer par une majorité. Je dirais que je préfère détester un livre que tout le monde adore parce que c’est plus « drôle », on va dire. C’est un cas qui m’arrive plus ou moins aussi,  vu qu’il y a des livres que beaucoup ont adoré et que je n’ai pas autant aimé. Néanmoins, vraiment détester un livre quand tout le monde l’a adoré, ça ne m’est jamais arrivé.

9) Eleanor & Park OU Aristote & Dante. (Si vous n’avez lu aucun de ces deux livres, qu’attendez-vous?!?)

Voici deux livres qui me tentent, surtout « Eleanor & Park » et que vous l’aurez compris, je n’ai pas lu! Je n’ai aucune excuse pour ne pas avoir lu ces livres. Comme toujours, on se dit « il faut que je lise tel ou tel livre » mais à la fin, on n’a juste pas assez de temps pour le faire.

10) Un livre avec un roadtrip OU un livre avec du voyage dans le temps.

J’aime bien les deux mais je choisirais plutôt un livre avec un roadtrip. Le dernier livre que j’ai lu à ce jour contenant un roadtrip c’est « L’infini + un » et j’ai adoré ce roman. C’est la raison pour laquelle je fais ce choix et d’ailleurs encore une fois, je vous conseille ce livre.

11) Voir l’adaptation d’un roman avant de lire le livre OU lire le roman mais ne jamais voir le film.

Je dois vous avouer que j’ai laissé échapper un petit cri d’horreur en lisant la première possibilité. Je mets toujours un point d’honneur à lire les romans avant l’adaptation, dans les cas où je sais que j’ai envie de lire le roman. Cela été le cas avec « Nos étoiles contraires » et « Hunger games » par exemple, et ce sera le cas pour « Le Labyrinthe » aussi. La seule exception que je compte faire pour l’instant c’est avec « La 5 ème vague » puisque le dernier tome n’est pas encore sorti. Et encore, j’ai tenu à finir les deux déjà parus avant de voir le film.

12) Devoir sortir du Labyrinthe OU devoir s’échapper de Nil.

Oups, je n’ai lu que le premier tome de « Labyrinthe » et je n’ai pas lu « Nil ». Je ne peux donc pas choisir.

13) Rencontrer un auteur que vous ne connaissez pas et pouvoir échanger OU voir votre auteur préféré 5 secondes et avoir juste votre livre signé.

Le deuxième choix vaut pour moi totalement la peine. Si je vois un de mes auteurs préféré pendant juste quelques secondes, et qu’en plus j’ai le droit à un livre dédicacé, je suis déjà très content.

14) Un livre qui finit bien OU un livre qui finit mal.

Selon moi, ça dépend entièrement de l’histoire. Autant une fin heureuse peut me faire plaisir pour les personnages, autant dans certains cas je trouve que ça fait un effet plat. Je choisirais plutôt qu’un livre finisse mal car c’est quelque chose que je souhaite généralement dans mes lectures. Une fin heureuse, c’est un peu habituel, c’est ce que l’on retrouve depuis notre plus jeune âge avec les contes. Une fin négative peut transmettre beaucoup d’émotions, de sensations et rendre un livre inoubliable, c’est pourquoi je fais ce choix.

15) Conseiller un livre que vous n’aimez pas à quelqu’un en étant quasiment sûr qu’il va aimer OU conseiller un livre que vous adorez en étant quasiment sûr qu’il ne va pas aimer.

Dans le cas où je connais bien la personne, oui je peux totalement conseiller un livre que je n’ai pas aimé sachant que lui va sûrement l’aimer. Sinon, à part si je suis d’humeur taquine et que je veux lui faire une vacherie, non je ne lui conseillerais pas un livre que je pense qu’il ne va pas aimer, même si pour moi c’est un très bon livre.

J’ai encore une fois aimé me prêter à ce Test/Tag créé par Pocket Jeunnesse. Pour lire mes réponses à la première partie je vous invite à cliquer ici. J’espère que ça vous a plu, n’hésitez pas à commenter si vous souhaitez réagir à propos de quoi que ce soit.

Test/Tag Pocket Jeunesse – Les choix impossibles

tag-pocket-jeunesse-choix-impossibles

@PocketJeunesse

Coucou, aujourd’hui je réalise un nouveau Tag créé par Pocket Jeunesse. Il s’intitule « Les choix impossibles » et porte bien son nom. Il y a quinze dilemmes et pour chacun d’entre eux il va falloir choisir entre deux possibilités. Les dilemmes peuvent s’avérer très complexes, voire même presque impossibles d’où le nom du tag.

Voilà, je pense que vous avez compris. Maintenant, place à la torture!

1) Votre livre préféré n’existe pas OU vous n’avez pas de coup de cœur pendant 3 ans.

Je préfère que mon livre préféré n’existe pas. N’avoir aucun coup de cœur pendant trois ans serait trop difficile à vivre. Imaginez un peu la tristesse. Au moins, si mon livre préféré n’existe pas, un autre pourrait prendre sa place. On n’est jamais à l’abri d’un immense coup de cœur.

2) Conseiller un livre OU se faire conseiller un livre.

Bien que j’aime me faire conseiller des livres, je préfère et de loin en conseiller moi-même. J’aime ça, c’est l’une des raisons pour lesquelles je tiens ce blog d’ailleurs. Pour moi, c’est devenu fondamental d’aider les autres dans le choix de leurs prochaines lectures, en leur faisant part des miennes. Et pour tout dire, je conseille largement plus de livres que l’on m’en conseille personnellement, ça me manquerait donc peu.

3) Hunger Games OU Le labyrinthe.

Je dirais « Hunger games » parce que je n’ai lu que le premier tome de la trilogie  » Le labyrinthe ». Néanmoins, j’ai adoré ce premier tome. Je pense que si j’avais fini de lire la trilogie et que tous les tomes m’avaient autant plu, mon choix aurait pu être différent.

4) Corner une page de son livre OU casser le dos.

Quelle horreur, mais quel est ce tag bon Dieu!!! Par dépit, je préfère corner une page, c’est peu visible et le livre ne souffrira pas trop. Par contre casser le dos volontairement, ça jamais, ô grand jamais. Mettez-vous à la place du livre, il souffre plus, il agonise tellement!

5) Un cliffhanger à la fin d’un premier tome et ne pas pouvoir lire le T2 avant 1 an OU un livre avec une fin ouverte qui n’aura jamais de suite.

Sans hésiter, je dirais un cliffhanger à la fin d’un premier tome et ne pas pouvoir lire le second tome avant un an. C’est sûr qu’un an d’attente peut paraître long surtout si c’est un bon cliffhanger. Mais au moins, avec ce choix, j’ai la certitude d’avoir les réponses à mes questions, alors qu’une bonne fin ouverte sans suite peut vraiment torturer l’esprit.

6) Un roman adapté en film/série OU un roman non adapté.

Il est vrai que de plus en plus, les romans sont adaptés en film ou série. Moi, je penche plutôt vers les romans adaptés cinématographiquement. Je trouve que c’est en général plus fidèle au roman que les séries. Mais, il est vrai que certaines séries bien qu’un peu éloignées du roman sont géniales.

7) Un livre génial avec une couverture moche OU un livre passable avec une couverture géniale.

Pas de faux-semblant, je sais bien que comme moi, nombreux d’entre vous aiment les jolies couvertures. Il n’y a pas de mal à ça! Je trouve tout aussi dommage d’avoir un livre qu’on adore avec une couverture moche qu’avoir un livre à la couverture magnifique mais avec un contenu qui ne nous plaît pas tellement. Cependant, j’aime les livres avant tout pour les histoires qu’elles renferment. Par conséquent, oui je préfère un livre génial avec une couverture peu à mon goût.

8) Se faire spoiler un livre OU ne jamais avoir la suite.

Après longues réflexions, je préfère ne jamais avoir la suite d’un livre plutôt que de me le faire spoiler. Dans de nombreux cas, si je me fais spoiler le livre, je n’aimerais plus autant le lire tout de suite, car je n’aurais pas le plaisir de la découverte. Je préfère donc profiter pleinement de ma lecture et ne pas avoir la suite.

9) Ne jamais pouvoir parler d’un super livre OU ne lire que des livres nuls pendant 2 mois.

Dans ce cas, je préfère ne jamais pouvoir parler d’un super livre. Quand j’adore énormément un livre, mon engouement peut être très élevé. Néanmoins, je pourrais éventuellement le contenir pour au moins un livre. Lire exclusivement des livres nuls pendant deux mois, c’est la tristesse infinie, je ne tiendrais pas.

10) Rencontrer un auteur que vous aimez pour qu’il vous parle de son prochain livre OU pouvoir livre ce prochain livre un an avant tout le monde, sans rencontrer l’auteur.

Je pense que j’irai rencontrer l’auteur. Même si je ne pourrai pas avoir son livre tout de suite, il m’en parlera et ce sera un bon moment de partage.

11) Faire un photo avec un auteur OU se faire dédicacer un livre par cet auteur.

Je choisirais de me faire dédicacer un livre par cet auteur. Les photos c’est bien, mais je trouve qu’un livre dédicacé par l’auteur c’est encore plus symbolique.

12) Lire une série géniale d’une traite sans plus jamais y avoir accès après OU attendre 2 ans entre chaque tome de cette série.

Certaines fois, mes coups de cœur sont tels que je suis sûr de relire le livre ou la série, quitte à que cela soit cinquante ans plus tard. Mais entre ces deux possibilités, je préfère lire une série géniale d’une traite. Mon plaisir sera concentré et il me restera au final un beau souvenir même si je ne pourrai pas la relire. Attendre deux ans entre chaque tome doit être vraiment pénible. Par exemple, si le premier tome de la saga « Harry Potter » était sorti en 2010 il aurait fallu attendre 2022 pour avoir le dernier!

13) Un livre triste OU un livre qui fait peur.

Lire un livre triste plutôt qu’un livre qui fait peur ne me pose aucun problème. Étant un éternel froussard je préfère largement ça qu’être traumatisé pendant des mois, voire des années selon le degré d’épouvante du livre.

14) Un livre avec un prologue OU un livre avec un épilogue.

Sincèrement, je ne préfère pas l’un plus que l’autre. Je dirais alors l’épilogue. Il nous permet de savoir ce qui arrive finalement aux personnages que l’on a suivi depuis le début de l’histoire. C’est plutôt intéressant et satisfaisant.

15) Ne pas pouvoir acheter de livres pendant 6 mois OU avoir une panne de lecture de 6 mois.

Une panne de lecture de six mois, c’est inimaginable! Je préfère de loin ne pas pouvoir acheter de livres pendant six mois. Il me restera toujours les livres qui trainent dans ma PAL et je pourrais toujours en emprunter.

Voilà, s’en est tout!

L’équipe Pocket Jeunesse a été sadique sur ce coup-là, aha 😉 . Bien sûr, j’ai tout de même pris un grand plaisir à faire ce tag et je vous invite tous à le réaliser!