Quartier lointain, tome deux – Jirô Taniguchi

Bonjour. Bien que peu familier à l’univers des mangas, j’ai su apprécier « Quartier lointain, tome un, de Jirô Taniguchi« , qui fut pour moi une jolie découverte. J’ai lu le second et dernier tome de cette série et je suis maintenant prêt à vous en parler.

quartier-lointain-tome-2

RÉSUMÉ :

Hiroshi, un homme proche de la cinquantaine, a été replongé à l’époque où il n’avait que quatorze ans. Il ne sait pas par quel miracle cela a bien pu se produire et ne sait pas non plus comment sortir de là. Alors, tant qu’il y est, il profite de sa jeunesse retrouvée. Si pour l’instant tout va bien, Hiroshi sait que bientôt, la disparition de son père va semer le malheur dans sa famille. Il détient maintenant la chance unique d’essayer de comprendre pourquoi cette disparition va avoir lieu et comment l’éviter…

MON AVIS :

La réinsertion dans l’univers de ce manga ne s’est pas fait avec fluidité, pour ma part. On commence sur un passage concernant le passé des personnages. Avec les noms que j’ai oubliés et qui plus est, ne me sont pas usuels, c’est vrai je pataugeais un peu. Rien de grave en somme, puisque dès le second chapitre je retrouvais un peu plus mes marques.

Dans ce tome, Jirô Taniguchi aborde des sujets qu’il a choisi de façon plus profonde. Avec le contexte particulier du retour en arrière dans la vie d’Hiroshi,  cela donne naissance à quelque chose d’assez étonnant. Tout comme dans le tome précédent, nous suivons le quotidien d’Hiroshi, sauf que là deux thèmes ressortent particulièrement. Il y a tout d’abord celui de l’amour. Bien que notre personnage principal ait de nouveau quatorze en apparence, il garde sa maturité d’homme de quarante huit ans. De ce fait, tomber amoureux d’une jeune fille de quatorze alors qu’il en a réellement le double, c’est plutôt particulier. J’ai trouvé, que ça été bien abordé au cours du récit. On a quelque chose de beau, de touchant, mais en tant que lecteur on reste sur la réserve à cause de sentiments contradictoires. Cette petite intrigue a été joliment maniée, mais je juge le dénouement un peu trop brutal et simpliste finalement.

Pour ce qui est de l’intrigue principale de ce livre, je n’ai pas été déçu. Elle nous entraîne totalement et est vraiment captivante. Un évènement lié au père d’Hiroshi a bouleversé le cours de son enfance. Maintenant qu’il se retrouve à quelques mois de cet évènement marquant, Hiroshi n’a qu’un seul but : éviter que celui-ci arrive. Pour cela, il va devoir creuser dans le passé familial, enquêter, pour comprendre et empêcher le drame. Cette quête m’a captivé et touché. L’auteur nous tient en haleine tout du long et la lecture est prenante. L’ambiance générale est assez triste, mélancolique, poétique, l’ensemble est fin et de toute beauté. J’ai adoré suivre Hiroshi, qui est un personnage attachant et sincère.

La fin de ce livre renferme de magnifiques passages, avec de belles émotions. Hiroshi arrive au bout de sa quête, tout se dénoue et on comprend enfin. Je trouve le dénouement surprenant et réussi, je ne suis absolument pas déçu. À travers celui-ci, un superbe message est véhiculé, un message inspirant sur une chose à laquelle nous pouvons tous être confronté. L’auteur a parfaitement finalisé son deuxième tome, j’ai fermé ce manga avec un sentiment de satisfaction (que demander de plus!).

EN CONCLUSION :

Ce second et dernier tome m’a conquis. Avec le contexte du retour dans le temps, qui tel quel, est déjà particulier, le mangaka a choisi des sujets puissants. Le cocktail des deux marche agréablement bien. On est captivé du début à la fin, il y a de belles émotions, de beaux passages. J’apprécie l’ambiance du récit qui mélange joie, insouciance et mélancolie. C’est doux, poétique et agréable. Enfin, le dénouement fort en émotions et avec son joli message est pour moi satisfaisant et réussi.

Je vous conseille vivement la duologie « Quartier Lointain » qui vous fournira de bons moments de lecture.


Titre : Quartier Lointain, tome deux

Édition : Casterman

Auteur : Jirô Taniguchi

Parution : 4 Juin 2003
Pages : 208 pages
Prix : 14,50€

Quartier Lointain – Jirô Taniguchi

Bonjour, dernièrement j’ai lu le manga « Goggles » de Tetsuya Toyoda que j’avais beaucoup aimé. Ça m’a donné envie d’en lire davantage et j’ai donc enchainé avec « Quartier Lointain » de Jirô Taniguchi.

quartier-lointain-tome-un

Résumé :

Hiroshi est un homme mûr, ayant femme et enfants. De retour d’un voyage d’affaires, il prend malencontreusement un train allant à sa ville natale. Il profite de l’occasion pour faire un détour au temple où repose sa mère, décédée vingt-trois ans auparavant. Soudain, le voilà protégé dans le passé, au temps où il n’était qu’un collégien insouciant. Ce qu’il pensait d’abord n’être qu’un rêve, n’en est en fait pas un. Le voilà parti pour revivre un pan de son enfance…

Mon Avis :

Le concept du voyage dans le temps me plaît et m’intéresse, j’ai donc apprécié le retrouver dans ce manga. Qui plus est, nous entrons dans un univers à l’aspect réaliste, ce n’est absolument pas fantastique. Cela, m’a vraiment satisfait car le fantastique est un genre qui ne me plaît pas toujours.

Hiroshi, un homme de quarante huit ans, va retomber à l’époque où il avait quatorze ans. Il redécouvre avec stupeur sa ville natale telle qu’elle était à son enfance et retrouve avec émotion son père et sa mère. Ce n’est pas un rêve, en tant que collégien qu’il est redevenu, Hiroshi va retrouver les bancs scolaires, ses amis d’autrefois etc… Je m’attendais complètement à ce qu’Hiroshi ait pour but de comprendre ce qu’il lui est arrivé et comment s’en sortir. À ma surprise ça n’a pas été le cas, cela sera sûrement pour un tome suivant. Ainsi, lorsque j’ai compris qu’il allait « simplement » revivre sa jeunesse, je me suis un peu refroidi. L’histoire était jusque là pas mal, mais je me demandais si je n’allais pas m’ennuyer.

Eh bien non, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Jirô Taniguchi a manié cette histoire avec finesse et intelligence, le scénario est très bon. N’avez vous jamais imaginé revivre une partie de votre vie? Moi, comme de nombreuses personnes, (pour ne pas dire presque tout le monde), oui! Et bien là, à travers l’expérience d’Hiroshi, on voit ce que ça donne, c’est intéressant et très bien abordé. Grâce à sa maturité et aux événements accumulés jusqu’à ses quarante huit ans, en retournant dans son enfance, il aborde les choses différemment. De ce fait, il revit sa jeunesse mais en la changeant, il comprend donc avec appréhension, que par logique son avenir pourrait ne plus être le même. Il va cependant prendre cette nouvelle jeunesse avec plaisir et pour nous ce n’en est qu’agréable. Il connaît l’avenir de sa famille et sait qu’il n’est pas des plus beaux. Hiroshi va tenter de percer les secrets familiaux pour mieux la préserver et éviter le drame qu’il sait. Plus j’avançais et plus ce manga m’a captivé. C’est une histoire belle, touchante, émouvante et légèrement teinté d’humour que j’ai finalement beaucoup aimé.

Pour ce qui est des illustrations, il faut dire que je les ai apprécié mais sans plus. Elles sont bien, mais je ne les trouve pas géniales. Dans l’idéal, j’aurais aimé que le trait soit un peu plus fin. Ce qui m’a le moins plu, c’est surtout la gestion des contrastes et des tons de gris. Les illustrations étant uniquement en noir et blanc, je trouve que c’est quand même quelque chose d’important. Encore une fois, rien de dramatique mais personnellement ça ne me plaît pas énormément. « Désolé Jirô Taniguchi, tes dessins sont sympathiques mais pour moi ce n’est pas le coup de cœur ».

J’ai bien aimé la fin de ce premier tome. On termine sur quelque chose de plus concret, de plus profond et de beaux enjeux naissent. C’est une fin qui m’a hautement donné envie de lire le tome suivant, ce que je ferai prochainement.

En conclusion :

Le concept de ce roman est intéressant et bien manié. Le voyage dans le temps est un thème assez récurrent il faut dire, mais là je n’ai pas eu de sentiment de déjà-vu. L’histoire d’Hiroshi, qui revit son enfance est belle, touchante et émouvante. L’auteur sait comment captiver l’attention, de sorte à ce l’on se retrouve toujours plus plongé dans ce livre au fur et à mesure. Jirô Taniguchi a manié son scénario et l’histoire avec finesse, intelligence et sensibilité et c’est réussi. Les illustrations sont jolies, sans être pour moi fantastiques. Personnellement, j’ai surtout du mal avec la gestion des contrastes et des tons de noir.

C’est un très bon premier tome, qui promet beaucoup pour la suite. J’ai hâte de lire la suite pour voir comment l’histoire va être emmenée.


Titre : Quartier Lointain, tome un

Édition : Casterman

Auteur : Jirô Taniguchi

Parution : 27 Octobre 2002
Pages : 200 pages
Prix : 14,50€