Qui es-tu papa – Allan Stratton

Bonjour, je vous propose aujourd’hui de découvrir mon avis sur le roman « Qui es-tu papa? » d’Allan Stratton.

qui-es-tu-papa-allan-stratton

Résumé :

Sami Mohammed Sabiri est un jeune adolescent américain de seize ans. Son père a fui l’Iran quand il était jeune et est maintenant directeur de recherche dans un laboratoire de biologie. Les parents de Sami sont de fervents musulmans, surtout le père qui tient à élever son fils selon des principes stricts. Ces principes privent Sami de certaines libertés, raisons pour laquelle celui-ci à un peu de mal avec son père. Un jour, le FBI débarque dans la maison de la famille et embarque M. Sabiri. C’est à la télévision que femme et fils apprendront qu’il est en fait soupçonné de préparer un attentat contre les États-Unis…

Mon Avis :

Je n’avais jamais entendu parler de ce livre auparavant, mais rien que le titre et le résumé m’ont fait envie. Pendant un gros tiers du récit, presque la moitié, on découvre la vie de Sami. Celle-ci n’est pas des plus faciles… À cause de sa religion, il a eu du mal à se faire des amis et a préféré se faire appeler Sami que Mohammed, pour faciliter les choses. Il a souffert et souffre encore de la sévérité de son père et de ses principes indéfectibles. En effet, c’est indirectement à cause des principes de son père qu’il a dû quitter l’établissement où se trouvaient ses deux seuls amis pour aller dans une académie. Dans cette académie il est au plus mal, sans ses amis, il doit en plus faire face aux insultes de certains camarades. Il vit réellement du harcèlement, de la discrimination et est seul face à ses détracteurs. J’apprécie vraiment que ces sujets aient été traités. En nous montrant la situation, on comprend mieux la venimosité du harcèlement pour ensuite mieux le combattre dans nos vies. On apprend vraiment à découvrir le personnage de Sami, on s’y attache et on a parfois envie d’être avec lui pour l’aider et le secouer. On prend aussi conscience de la vie familiale des Sabiri, des tensions existant entre le père et le fils. Sami est déçu par son père, il ne le comprend pas mais essaye quand même.  C’est une première partie globalement intéressante, mais il ne se passe pas grand-chose.

Un jour le FBI débarque et emporte Mr.Sabiri, celui-ci est accusé d’avoir voulu perpétrer un attentat contre les états unis. Dès lors, le récit prend un nouveau tournant, il devient captivant et doublement plus intéressant. Du jour au lendemain Mr.Sabiri devient la personne la plus connue du pays, l’ennemi public. On le soupçonne d’être de mèche avec le chef d’un groupe présumé terroriste, qui lui, est introuvable. Tous les éléments sont contre Mr.Sabiri et sa famille qui ne comprend pas ce qui se passe, suit l’affaire depuis la télévision. L’ambiance est mouvementée, froide, on est sous tension. On ne comprend pas non plus ce qui se passe et on a soif de le découvrir. Sami est accablé de toutes parts et ses sentiments à l’égard de son père sont contradictoires. L’ harcèlement qu’il subit s’amplifie et il va aussi subir en plus de l’injustice. On prend en pitié cette mère et ce fils qui n’ont rien demandé, c’est triste et touchant. Certaines scènes sont très émouvantes et marquantes, on se sent vraiment impliqués, tristes et frustrés.

Pour l’amour de son père, Sami a décidé de se battre pour connaitre le fond de la situation et pour la débloquer. La démarche et la volonté de ce jeune garçon sont belles à voir, pour son père il se met en grand danger. Avec l’aide de ses deux fidèles acolytes il court vers la vérité. Ce périple représente beaucoup au niveau de l’histoire et par nature s’annonçait prenant et semé d’embûches. De plus, c’est ce que l’éditeur nous vend à la quatrième de couverture, je cite « Le combat d’un adolescent prêt à tout pour faire éclater la vérité ». En effet, ce voyage vers la vérité m’a captivé, il a été riche en émotions et sensations, j’ai vraiment vibré. On est tantôt apeuré, tantôt surpris. C’est riche, dynamique et il y a de bons rebondissements. Cependant, j’ai également été déçu, pour moi ce n’est pas entièrement à la hauteur. Rien qu’en l’état, je n’aurais pas été satisfait, alors ajouté à la façon dont c’est présenté c’est forcément frustrant. Le périple de Sami, se situe à la fin du récit et cette partie est infime comparée à l’entièreté du roman. On nous annonce la chose comme étant le cœur du récit, et pour moi ça devait l’être aussi, pourtant ce n’est pas le cas. L’action ne survient qu’à la fin et je trouve ça dommage.

Tout au long du roman, il y a un bon rythme. Le sujet est intéressant et l’intrigue nous tient bien en haleine. Ce sont pour ces raisons que je ne me suis pas une fois ennuyé alors qu’il y avait surtout des faits mais peu d’action. Sami est un bon personnage, il a une personnalité très vraie, qui le rend attachant. Comme je le dis plus tôt, l’action n’arrive malheureusement qu’à la fin et c’est court. Le récit reste toujours intéressant, parfois c’est aussi prenant, mais dans l’ensemble ce n’est pas très captivant. C’est un roman avec du potentiel, mais selon moi l’auteur a fait un mauvais choix quant à la structure du récit. Le grand point positif qui ressort quand même, ce sont les sujets abordés. Allan Stratton traite surtout du harcèlement et des discriminations et j’apprécie totalement son engagement. Surtout que là, il utilise des exemples que l’on retrouve peu à mon sens, c’est donc encore plus intéressant et profond. Il nous montre aussi indirectement la « perversité » des médias et des institutions qui modulent l’opinion publique à leur gré.

La fin de ce roman m’a fait plaisir, elle est sympathique. De beaux messages sont passés, de belles valeurs sont véhiculées. L’élément déclenchant le début du dénouement est bien trouvé et surprenant, mais par la suite rien il n’y a rien d’exceptionnel. C’est une fin qui reste malgré tout simpliste, pas sensationnelle. C’est une fin un peu banale, mais ça va, je n’ai pas une grande déception sur ce point-là.

En conclusion :

Le sujet de ce livre attire l’attention et donne envie d’en découvrir plus. En commençant ce roman, on a l’agréable surprise de voir que l’auteur s’aventure aussi sur les sujets que sont la discrimination et le harcèlement. L’intrigue est bonne, intéressante et la lecture entraînante. Cependant la structure du récit me paraît bancale. L’évènement déclencheur de l’histoire arrive pratiquement à la moitié du récit et « le combat de l’adolescent » qu’on nous vend au dos du livre débute vraiment à la fin du récit. Ça reste quand même une belle histoire d’amour entre un père et un fils et le personnage de Sami est agréable à suivre. La fin est simpliste, mais convaincante et de belles valeurs nous sont transmises.

« Qui es-tu papa? » est une histoire profonde, vraie et touchante, une belle lecture. Encore une fois, je trouve regrettable que le potentiel ait été mal exploité. Enfin, dans sa globalité je vous conseille ce livre.


Titre : Qui es-tu papa?

Édition : Bayard Jeunesse

Auteur : Allan Stratton

Parution : 2 Février 2012
Pages : 346 pages
Prix : 12,50€

35 kilos d’espoir/ Anna Gavalda

35 kilos d'espoir « 35 kilos d’espoir » d’Anna Gavalda. Un roman dont j’avais beaucoup entendu parler il y a quelque temps. J’avais lu beaucoup de critiques positives mais je ne m’étais jamais décidé à le lire, étonnement.

C’est l’histoire de Grégoire un garçon qui déteste l’école, à tel point qu’il a redoublé deux fois la sixième. Ses parents ne savent plus quoi faire. Ils ont épuisé leur stock d’idées. Face à ce monde qui ne lui correspond pas, Grégoire préfère se réfugier dans un cabanon avec son grand père Léon avec qui il passe des heures à bricoler. Mais lorsqu’il se fait virer du collège, Leon entre en colère. Grégoire devra alors se remettre en question et accepter de grandir…

Pour commencer, c’est un livre très court et il se lit très vite (30 minutes environ).

Je suis tout de suite entré dans l’histoire grâce à la narration qui est fluide et simple. J’ai aimé dès le début l’histoire car j’ai trouvé que Grégoire était un personnage différent de tous ceux que j’ai rencontré dans mes lectures précédentes.

Il n’aime pas du tout l’école. Pourtant, ce n’est pas le style de personne qui n’aime pas l’école et qui ne veut rien faire. Grégoire lui, n’a aucune mauvaise intention, il veut bien faire mais c’est le système scolaire qui n’est pas adapté à lui. Et du coup, ça fait réfléchir à notre système éducatif français. Grâce à ce livre je me suis posé des questions par rapport à tout ça.

J’ai trouvé que c’était vraiment une belle histoire. C’est encore une fois différent de tout ce que j’ai lu jusqu’à présent. C’est prenant. Ca dégage beaucoup d’espoir. Je trouve que Grégoire est un super personnage. il est touchant et attachant.J’ai pris un grand plaisir à le suivre tout au long du roman. J’aime beaucoup son côté doux et gentil mais aussi la passion qu’il met dans ce qu’il aime et son envie de réussir.

J’ai apprécié la fin du roman.  Elle est émouvante et elle dégage de belles choses. Elle ne plaira sûrement pas à tout le monde parce qu’elle est triste mais moi j’ai aimé.

Bien que j’ai apprécié ce roman, j’ai été légèrement déçu. J’attendais plus de ce livre. A force d’entendre des critiques positives sur ce roman je pensais que ça allait être quelque chose de plus incroyable que ça. Ce ne sont que mes attentes sur ce roman qui ont provoqué cette légère déception.

Pour conclure : c’est dans l’ensemble un bon roman. L’histoire est belle et le dénouement émouvant. Ce n’est pas un coup de coeur parce que pour moi, il aurait fallu que le livre soit un peu plus long et surtout bien plus concentré en émotions. Je le conseille pour les enfants de 9-10 ans. Après, je le conseillerai moins aux plus grands car j’ai peur que le roman leur paraisse trop court.