U4.Yannis – Florence Hinckel

Bonjour, je reviens aujourd’hui avec ma chronique sur le roman « U4.Yannis ». « U4 » est une série littéraire au concept assez original. Quatre auteurs français : Yves Grevet, Vincent Villeminot, Carole Trébor et Florence Hinckel se sont lancés dans un projet ambitieux. Ils ont eu pour but de raconter chacun la même histoire au travers d’un personnage différent. Il y a donc quatre romans et on peut lire chaque livre de la série dans l’ordre souhaité.

« U4.Yannis » est le second roman de la série que je lis, après « U4.Koridwen« .

u4-yannis-florence-hinckel

Résumé :

Le jeune Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts à cause du virus U4, qui a décimé quatre-vingt-dix pourcent de la population mondiale, et dont les seuls survivants (à quelques exceptions près) sont des adolescents. Yannis, comme les trois autres protagonistes de la série a le statut d’Expert dans le jeu en ligne WOT. Comme tous les Experts, il a reçu le message du maître du jeu Khronos, qui les invite à Paris le 24 Décembre pour éviter la catastrophe. Yannis n’a plus personne, si ce n’est son fidèle chien, les fantômes de membres de sa famille le hantent. Pour éviter la folie, Yannis s’accroche à ce dernier espoir :  le rendez-vous de Khronos à Paris.

Mon Avis :

Yannis est de Marseille. Depuis le désastre qu’a créé le virus U4, la ville est extrêmement dangereuse. Plusieurs groupes patrouillent à travers la ville, volent et sont sans pitié. C’est la loi du plus fort. Les jeunes de ses groupes, jeunes des quartiers de Marseille, disent avoir trop souffert de l’ordre social d’autrefois. Ils profitent du chaos entraîné par U4, pour changer tout ça, devenir maintenant les maîtres de la ville et imposer leurs lois. Sous l’un de mes articles, dans lequel je disais que je lisais « U4.Yannis » une personne a commenté en disant qu’elle trouvait que la ville de Marseille était un peu stigmatisée, du fait qu’elle soit la ville la plus dangereuse de la série U4 apparemment. Moi, je n’ai pas eu ce ressenti, bien que tout ce qui est stigmatisation etc a tendance à m’énerver. Yannis vit dans un quartier « chaud » de Marseille, il est d’origine maghrébine, mais j’ai apprécié le fait que l’auteur ne joue pas à fond sur cela. Pour ce qui est de la violence dans la ville, c’est vrai qu’il y en a beaucoup, mais je ne pense pas que c’est tant de la stigmatisation, ce qui se passe dans les autres villes, ce n’est pas tout rose non plus.

Comme pour Koridwen dans « U4 Koridwen« , durant la majeure partie de ce récit, nous suivons Yannis dans son cheminement vers Paris. Cheminement qui est une véritable aventure et qui nous tient captivé. Le rythme est agréable, il se passe toujours quelque chose. L’action est clairement de la partie et nous met de nombreuses fois en émois. On passe par des moments de stress, de peur, de pitié, d’énervement, de joie… Ce récit nous entraîne totalement, de sorte que l’on ne voit plus les pages défiler.

Ce récit a beau m’avoir plu, il ne surpasse clairement pas celui de « U4.Koridwen ». La construction du récit, qui suivait une comptine bretonne, dans « U4.Koridwen » était géniale, alors que là on a une structure de récit  habituelle, sans superflu. Ce qui m’a aussi manqué dans ce roman, ce sont les rebondissements, qui auraient pu relever davantage la lecture. J’ai vibré avec Yannis, mais pas autant qu’avec Koridwen. Je trouve que l’on a moins d’effets de surprise et moins de bouleversements, qui permettent de créer encore plus d’intérêt. J’ai aussi trouvé que l’aventure de Yannis était globalement moins trépidante que celle de Koridwen.

Yannis est un personnage que j’ai moyennement aimé. J’ai envie de dire que c’est « une bonne personne », il est tout à fait sympathique, il a une belle personnalité. Mais, je ne suis pas toujours en phase avec son énergie et certains de ces choix. C’est un personnage que je n’ai pas trouvé foncièrement attachant. Durant ses péripéties, Yannis va rencontrer de nombreuses personnes, il y a donc une diversité de personnages, c’est chouette. Mais, un des personnages qui va l’accompagner très tôt dans ses péripéties est un personnage de la série U4. Là ça me pose un problème, parce qu’il passe la moitié du récit avec ce personnage. Par conséquent, quand je lirai le livre de ce personnage, je connaîtrai déjà la moitié du récit. Je trouve cela dommage, même si, bien sûr on a ainsi un point de vue différent sur de mêmes évènements. En plus de cela, je n’ai pas aimé le caractère du personnage en question, donc à suivre…

La fin, je dois le reconnaître m’a un peu déçu. Le récit est mouvementé et dynamique tout au long du roman, mais le dénouement est simple, insipide je dirais. Un dénouement n’a pas besoin d’être forcément dynamique pour être bon, on est d’accord, mais dans ce cas, la simplicité ne fonctionnait pas. Yannis avait un objectif clair depuis le début, et alors qu’il touche du doigt son objectif il se rétracte. Il n’y a même pas avant qu’il se rétracte une action forte créant une rupture. On attend depuis le départ, pour finalement rien de concret et moi ça m’a déçu. Également, j’ai trouvé que certaines choses étaient un peu trop faciles dans cette fin.

En conclusion :

J’ai beaucoup apprécié ma lecture. Le récit est dynamique, on est constamment dans l’action. On suit le cours des péripéties de Yannis, dans une France décimé par U4, entre violences et complots. On est captivé du début à la fin. Le personnage de Yannis est sympathique, mais ne m’a pas énormément plu. Enfin, la fin de ce roman est pour moi un mauvais point, car je trouve qu’elle n’est pas satisfaisante et en certains points assez simpliste. Globalement ça reste donc un bon roman, mais si vous avez lu avant « U4.Koridwen« , qui est à mon avis bien meilleur, peut être que comme moi, vous apprécierez moins ce tome-ci.


Titre : U4.Yannis

Auteur  : Florence Hinckel

Edition : Nathan

Parution : 27 Août 2015
Pages : 300 pages
Prix : 16.90 €

Z comme Zorglub et L’ombre du Z/ Franquin

z comme zorglub et l'ombre du z 2Bonjour à tous, je vais aujourd’hui vous présenter un double album comportant les BD « Z comme Zorglub » et L’ombre du Z ».

Ce sont deux aventures de Spirou et Fantasio, deux personnages de Franquin que je suis presque sur que vous connaissez tous. Je ne suis pas un grand fan de Spirou et Fantasio mais quand je lis une des BD, je suis toujours transportés dans leurs aventures, leurs enquêtes, les énigmes et les mystères. Et c’est un peu ça leur marque de fabrique c’est quasiment toujours fait de cette façon, en tout cas moi j’ai toujours retrouvé ce schéma là dans tous les Spirou que j’ai lus jusqu’à présent.

La premiere BD : « Z comme Zorglub » :

C’est une BD que j’ai beaucoup aimé, c’est ma préféré des deux. J’aime bien le côté fantastique/futuriste mais pas trop. C’est riche en enquêtes donc je ne peux qu’apprécier car moi j’adore ça. Il y a pas mal de rebondissements et de mystères aussi. C’est simple à lire et à comprendre. C’est vraiment quelque chose d’assez classique sans pour autant être « gnangnan »

Je trouve que c’est une bonne BD, il n’y a ni trop ni pas assez, c’est plutôt bien!

La deuxième BD : « L’ombre du Z » :

J’ai été un petit peu déçu par cette BD. Je n’est pas autant accroché que l’autre. Mais j’ai quand même apprécié plusieurs choses. Déjà c’était pour moi un peu plus drôle. On retrouve plus le côté » aventure » du fait que l’action se déroule à l’étranger. J’ai aimé le dépaysement on va dire. Par contre je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire. J’ai trouvé que c’était un brin trop linéaire et puis la fin je ne l’ai pas du tout aimé, malheureusement. J’ai trouvé qu’elle n’était pas à la hauteur du reste de la BD.

 

Pour conclure c’est un super album, vu que vous avez deux BD en un c’est pratique. Le deuxième point positif est que les deux tomes sont consécutifs dans la chronologie de la série. Ca c’est plutôt bien car ce n’est pas forcément le cas des autres doubles albums de la série.

Mais ce qui peut être dommage, avec cet album et même en général avec tout les doubles albums, c’est que naturellement on se fait des comparaisons que l’on ne ferai pas si on avait lus les albums séparément.

Je vous le recommande quand même, mais si vous voulez en tester un séparément je vous conseillerai plutôt la BD une car dans l’ensemble je trouve qu’elle est mieux . Mais là c’est vraiment une question de goût parce que certains d’entre vous seront plus tenté par le seconde BD.

 

J’espère que cet article vous a plu.

N’hésiter pas à donner votre avis plus bas dans les commentaires. 😉

Billy Bat /Naoki Urasawa

billy batC’est une première sur le blog, je vais aujourd’hui vous parlez d’un …MANGA!

Il faut que vous sachiez que je ne lis pas de manga habituellement, car comme vous le savez déjà si vous avez lu l’article sur « Freaks Squeele« , je n’aime pas les illustrations en noir en blanc. Je trouve que ça fait triste. Cependant j’ai déjà lu un manga avant, donc celui là est le deuxième.

Je ne mis connaît pas du tout en manga, mais alors là pas du tout! Je ne sais pas si celui là est connu ou peu…bref je me lance dans l’inconnu.

Donc c’est l’histoire de Kevin un jeune dessinateur de BD vivant en Amérique et étant issue de parents Japonais. Il dessine les aventures de Billy Bat, une chauve-souris. Ces aventures ont un grand succès auprès des lecteurs. Mais un jour, il apprend que sont personnage est identique a celui d’un magazine japonais. Soucieux d’avoir sûrement plagié inconsciemment le personnage lors d’un de ses voyages au Japon, il décide d’y retourné pour retrouver l’auteur. Là est le début d’une aventure rocambolesque…

J’ai tout simplement adoré ce manga. Sérieusement il était super! Dès que j’eus compris le sens de lecture je pus vraiment rentré dans l’histoire (pour ceux qui ne le savent pas un manga se lit habituellement dans le sens de lecture japonais, c’est à dire que l’on commence à la fin par rapport à notre sens de lecture à nous). Ce manga me réconcilie avec le noir et blanc. Je n’en suis pas devenu un fan mais j’ai réellement apprécié.

Je l’ai lu d’une traite. Un soir j’ai commencé la lecture et le lendemain matin je lus les 140 pages qu’il me restai.

Le livre se lit facilement. L’histoire est complexe sans être difficile à comprendre pour autant. Il se passe beaucoup de choses pour un premier tome. Il y a de l’aventure, des mystères, de suspens…c’est plein de sensations! La fin m’a donné envie de lire le prochain tome. Comme je l’ai dit c’est une aventure rocambolesque, il faut le lire pour comprendre.

A oui dernière chose j’ai bien aimé les illustrations bien qu’elle soit en noir et blanc. J’apprécie la finesse des traits et la précision des détails, c’est magnifique.

Comme vous l’aurez compris j’ai un coup de cœur pour ce manga. Je vous invite à le lire si ce n’est pas encore fais.

Boule à zéro tome 2_Le gang des crocodiles

boule a zero

4ème de couverture :

Bonjour, je m’appelle Zita, mais ici, à l’hôpital La Gaufre, tout le monde m’appelle « Boule à zéro ». Je souffre d’une leucémie. Ma seule consolation d’être à l’hosto, c’est Mama Kigali. Mama Kigali est conteuse professionnelle. Les histoires, elle les raconte comme personne ! Aujourd’hui, elle nous a conté une vieille légende africaine selon laquelle la personne malade qui arriverait à toucher la queue d’un crocodile serait guérie instantanément. Vous allez sans doute me dire que je ferais mieux de ne pas croire à cette histoire de crocodile à la queue miraculeuse. Pourquoi pas, après tout ? J’ai bien cru à tous ces traitements que les docteurs m’ont infligés pendant des années. Et regardez où j’en suis !

 

J’ai beaucoup apprécié cette BD, autant que le précédent tome. Je retrouvé la tendresse et le super humour de Zita. Elle est si attachante cette fille. Pour moi, c’est comme une allégorie car elle représente l’espérance. Malgré sa maladie, et tous ses problèmes elle ne se morfond pas et elle est enjouée.

Au niveau de l’histoire rien de surprenant ou de très aventureux bien sûr. Quoique je vais me contredire en disant que finalement « si » il y a de l’aventure ,par rapport au contexte et au lieu où se passe l’histoire. Il y avait aussi du suspens, j’ai eu peur pour les personnages.

 C’est la simplicité, ainsi que le message qu’elle délivre qui fait de cette BD un de mes coups de cœur. « Les choses les plus simples sont souvent les meilleures ». Je suis vraiment surpris par le scénariste, je trouve son scénario magnifique. Comment il a réussi à apporter du suspens et de l’aventure dans une BD qui a pour lieu principal un hôpital !?!

Je pense que cette BD est un très bon cadeau pour les enfants à partir de 10 ans. Je vous le recommande sincèrement !!!

 

Le monde de Milo, T2

le monde de milo

J’ai créé une page PAL (Pile A Lire) sur le blog. Pour y aller cliquez en haut ou « ici« .

Donc je vais vous parler de la BD « Le Monde de Milo«  tome deux. Je vous ai déjà parlé du tome un.

J’ai senti une évolution de style par rapport au premier tome. Juste en comparant les deux premières de couverture on peut la remarquer.  Le tome un faisait plus BD d’aventure, légèrement fantastique. Dans le tome deux je trouve que l’univers s’affirme plus fantastique. Cette BD est hyper passionnante, il y a du mystère, de l’aventure, et de la magie. L’histoire est palpitante, on ne s’ennuie pas du tout. J’ai passé un bon moment à lire ce livre, de plus j’ai retrouvé l’humour qu’il y avait dans le précédent tome.

Pour conclure j’ai plus qu’apprécié ce tome qui m’a réconcilié avec l’univers fantastique ainsi que cette série puisque ce deuxième tome serait le dernier. Je suis légèrement déçu car je pense qu’il y aurait pu avoir une suite…

Le monde de Milo

le monde de MiloJe tenais à lire cette BD depuis assez de temps. J’en ai entendu parler un peu partout, et comme les échos était plutôt bons donc je n’ai pas hésité a le lire de suite.

Je suis plus que satisfait de cette merveilleuse BD. Elle fait partie désormais de mes coups de cœur. Ce que j’ai aimé dans cette BD c’est le subtil mélange entre aventure et fantastique. De ce fait, pour moi, aussi bien les filles que les garçons peuvent apprécier cette BD. Les illustrations sont magnifiques, les couleurs vives, fraiches … tout ce que l’on aime quoi !!! Les personnages principaux sont intéressants, on a vraiment envie de les suivre. J’ai retrouvé une similitude avec la BD « Garance, (édition Delcourt de Séverine Gauthier) »  :  le passage de l’eau à un autre monde. Si je devais trouver un bémol ce serait que je trouve les monstres assez terrifiant, (ce qui n’est pas non plus un problème en soit …).

En refermant la BD j’ai pensé « waw ». Ca faisait longtemps qu’une BD n’avait susciter autant d’engouement chez moi. Je suis pressé de pouvoir lire le 2 ème tome, et, après l’avoir lu je vous rendrai compte de mes impressions.

N’hésiter pas à laisser un commentaire, ça me ferait vraiment plaisir :D.

Tobie Lolness__Timothée de Fombelle

tobieQuatrième de couverture :

Courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens… Tobie Lolness ne mesure pas plus d’un millimètre et demi. Son peuple habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée. Seul Tobie a pu s’échapper. Mais pour combien de temps?

J’ai littéralement adoré ce roman. Il y a de l’aventure, du suspens, de l’humour. Mais ce que j’ai surtout adoré ce sont les différents bouleversements. Ça rend l’histoire très intéressante et on ne s’ennuie pas.

J’ai trouvé original le lieu où l’histoire se passe. Pour les personnages une fourmi c’est un monstre alors que pour nous humains ce n’est absolument rien!

J’ai aimé la construction du récit car l’on apprenait petit à petit le passé de Tobie.

Je vous conseille ce livre, c’est un très bon livre d’aventure.