Le temps des étoiles – Jo Rouxinol

Quand l’auteur m’a proposé de recevoir son roman, j’ai de suite accepté. J’ai trouvé le sujet bon et je voulais voir comment il allait être traité. Mais comme vous allez le découvrir, avec ce genre de sujet, c’est à double tranchant. Soit ça passe, soit ça casse. Je vous laisse donc lire ce que j’en ai pensé.

Merci encore à l’auteur pour l’envoi de son livre.

le-temps-des-etoiles-jo-rouxinol

RÉSUMÉ :

Ilyes, une jeune de quinze ans, en classe de troisième vit en banlieue parisienne. Lorsqu’un nouvel élève, Mehdi, va arriver dans sa classe, il va se mettre à le fréquenter. Mais Mehdi n’exerce pas une bonne influence sur l’assez bon élève qu’est Ilyes. Il lui transmet ses idées antisémites avec ferveur, et le pousse vers pire encore… Ilyes, va finir par se faire remarquer par sa prof d’Histoire qui va le coller. Durant cette fameuse heure de colle, Ilyes va littéralement partir en voyage à travers l’Histoire…

MON AVIS :

En commençant ma lecture, j’ai été rassuré directement sur quelque chose qui m’était important. L’auteur, n’a pas stigmatisé la banlieue, il la montre telle qu’elle est, avec ses défauts et ses qualités. L’auteur n’essaye pas de créer de la pitié, il n’exagère pas le langage etc… On a un décor fidèle à la réalité,  ça m’a fait plaisir et j’ai pu commencer ma lecture sur des points positifs. L’intrigue s’installe vite et on rentre de suite dans le récit d’Ilyes.

Ce roman a pour sujet principal l’antisémitisme. Traité de sujet de ce genre, pour moi, c’est à double tranchant. Un mot de trop, une allusion mal placée et on tombe dans quelque chose qui devient moralement illisible. De plus, c’est un roman destiné à la jeunesse, il faut donc être doublement plus prudent. Je dois dire que l’auteur s’en est très bien sorti. Je dirai que tout est « politiquement correct », il n’y a pas de prises de position et tout est dans la juste mesure. Je pense que la formation d’enseignant de l’auteur l’a aidé sur ce point.

L’amitié qui naît entre Ilyes et le nouvel élève Mehdi est dangereuse. Mehdi, antisémite, va influencer Ilyes.  Ce roman aborde donc du processus d’influence, en traitant d’un sujet plus grave que ce que l’on retrouve souvent dans les romans jeunesse. C’est une bonne chose je trouve car finalement, les romans jeunesse n’abordent pas beaucoup ce genre de choses, alors qu’on influence plus facilement les jeunes. L’auteur donne ainsi indirectement un avertissement. À tout âge, on est susceptible de tomber dans le discours quelque qu’il soit, d’un tiers et de dériver, encore plus à l’adolescence. C’est encore plus d’actualité malheureusement. Aussi, Jo Rouxinol a pris le parti de développer légèrement vers la radicalisation. Sujet peut être tabou, mais dont l’auteur fait écho dans un roman jeunesse, sans côté trash. Il, nous expose des réalités d’aujourd’hui avec simplicité, vérité et c’est très bien fait.

Lors de son heure de colle, Ilyes va basculer en 1942, dans la France de Vichy. Dès lors, commence le gros du récit. On va faire un bond dans l’Histoire avec Ilyes, et vivre avec réalisme ce qui se passait en ces temps de Seconde Guerre mondiale, où la France était sous occupation allemande. Le roman traite d’antisémitisme, donc le récit se concentre sur l’antisémitisme durant la Seconde Guerre mondiale. C’est un magnifique cours d’Histoire qui nous est donné, qui plus est, est agréable par la simplicité du récit et grâce au personnage principal, Ilyes, qui est sympathique à suivre. Je n’ai pas forcément appris plus que ce que je ne savais déjà, mais j’ai adoré la sensation de pouvoir vivre l’action comme si j’y étais. On est au cœur, d’une famille juive, on voit comment l’antisémitisme se manifestait, comment il a évolué. C’est un peu troublant, mais vraiment enrichissant et saisissant. On vit l’action, on est totalement imprégné. J’adore l’Histoire, donc j’ai adoré ce côté historique, surtout qu’on peut faire confiance à l’auteur qui est lui-même prof d’Histoire-Géographie.

Le seul bémol, mais qui n’en ait pas vraiment, c’est que j’ai tellement aimé ce récit historique, que j’aurais voulu que ça dure plus longtemps. Le roman est en effet très court, et j’aurai adoré qu’il soit plus long, pour vivre encore plus cette histoire. Le récit est maîtrisé, fluide, léger, intéressant, instructif et les intrigues sont bonnes, donc c’est une lecture vraiment agréable.

La fin, dans la lignée du reste du récit est simple, mais elle est belle, touchante et pleine de poésie. Il y a eu un rebondissement inattendu, qui m’a mis dans tous mes états. Le dénouement est tout à fait réussi.

EN CONCLUSION :

« Le temps des étoiles » est un roman court et simple mais réussi. Le cadre de la banlieue, où vit Ilyes n’est pas stigmatisé. Le roman aborde de sujets importants et d’actualités avec légèreté, mais sans pour autant les rendre insignifiants. Tout est dans la juste mesure. La lecture est simple, mais très sympathique, en rentre facilement dans le récit et on voyage à travers l’Histoire. Ce voyage à travers l’histoire est prenant, réaliste, on est au cœur de l’action et on vit l’antisémitisme dans la France de 1942 au premier plan. Ce roman est une belle leçon de vie et d’Histoire.

Je conseille ce roman à tous, il est vraiment chouette. Si vous pouvez l’offrir ou le conseiller à un jeune dès treize ans n’hésitez pas. Ça permet de réviser son Histoire de façon agréable, tout cela inconsciemment. De plus, les sujets abordés touchent la vie des adolescents, et je pense qu’il est important que les jeunes sachent certaines choses, pour mieux les éviter.


Titre : Le Temps des étoiles

Édition : Adamastor

Auteur : Jo Rouxinol

Parution : 5 Décembre 2016
Pages :  128 pages
Prix : 9,50€

La passe miroir, Les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos

Bonjour, je vous propose de découvrir mon avis sur le roman « La passe miroir » de Christelle Dabos. Ce livre, et même l’autre tome paru à ce jour, ont été plébiscités par un grand nombre. La booktubeuse Bulledop, n’a cessé d’en parler, partageant tout son amour pour cette série signée Christelle Dabos. J’ai donc décidé de découvrir le tome un et je vais vous en parler tout de suite. Fun fact : en choisissant ce livre dans un rayon à la fnac, une cliente lambda, me voyant le livre à ma main, lance spontanément : « Ah il est génial ce livre, il faut le lire! ».

les-fiancés-de-lhiver-la-passe-miroir-christelle-dabos

RÉSUMÉ :

Dans un monde fantastique, sur l’arche D’Anima, vit Ophélie. Derrière son aspect banal, de jeune fille myope introvertie, elle cache des dons d’animistes. Cette dernière peut en effet lire le passé des objets rien qu’en les touchant, et aussi rare que cela puisse être est même pour une animiste, elle arrive à traverser les miroirs. C’est une passe-miroir. Un jour, elle apprend qu’elle va être fiancé à Thorn qui fait partie du clan des Dragons. Elle va donc devoir quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale volante du Pôle. À son arrivée, elle va progressivement se rendre compte, qu’elle n’est pas au bout de ses peines, loin de là!

MON AVIS :

Dès les premières pages, j’ai été engloutit par l’univers fantastique de ce roman. Ce n’est pas un univers fantastique énormément marqué, donc j’ai été satisfait. Je trouve que ce monde dans lequel on évolue avec les personnages, est dans sa conception assez simple, mais il est original et ça fonctionne. On tombe dans quelque chose d’assez unique, avec de belles idées et tout cela est maîtrisé. J’ai donc adoré au fil des pages avancer dans cet univers fascinant.

L’intrigue principale de ce tome se met en place très tôt, ce qui est un bon point. C’est ce qui nous permet d’entrer aussi vite dans l’ambiance du récit, et d’être captivé dès le début. Malheureusement, il y a un bémol, c’est le bémol principal de ce livre pour moi. Après avoir découvert l’intrigue le récit devient long. Du début, à plus ou moins la moitié du livre j’ai vraiment ressenti que le récit avançait lentement. Il ne se passe vraiment rien d’extraordinaire. Je ne me suis pas ennuyé, car la lecture est quand même intéressante, j’aime l’univers etc, donc ça allait. Durant cette période, les actions n’étaient pas inutiles, c’est simplement qu’elle ne permettait pas d’avancer assez, au niveau de l’intrigue. On suit surtout l’arrivée, l’acclimatation d’Ophélie dans son nouvel univers… C’est sympathique, mais pas exaltant.

Dans le cas où j’aurais abandonné ce roman lors de la première moitié du roman, je vous aurais dit que cette lecture est une pure déception. Mais, puisque j’ai bien sûr lu tout le roman, je ne peux plus dire cela. En effet, vers la fin de la première moitié du roman (encore une fois tout cela est approximatif), mon intérêt a commencé à croitre crescendo. On commence alors à entrer dans le vif du sujet.

Pour ce qui est des personnages, je les ai sincèrement tous aimé. Secondaires ou non, méchants ou non, j’ai apprécié chez eux leur caractère et surtout ce qu’ils apportent au récit. À ce niveau, l’auteur fait un sans faute, elle a inventé des personnages qui marchent à merveille. Plus particulièrement, j’ai énormément aimé les deux personnages principaux, Thorn et Ophélie. Thorn, malgré son caractère antipathique, froid, les révélations qui ne vont pas en sa faveur et son côté mystérieux, m’intrigue. On a toutes les raisons de ne pas l’aimer, mais j’ai la certitude qu’au fond c’est une belle personne. Ophélie, je l’ai simplement adoré, malgré sa timidité et son insociabilité elle a un caractère affirmé dont je suis fan. Elle est m’a énormément fait rire aussi, c’est clair que je ne l’oublierai pas d’aussi tôt! Ce fût un pur bonheur de la suivre.

Précédemment, je disais que dès la seconde moitié du roman j’ai davantage été intéressé par le roman. Le dernier quart du récit a alors été ma partie FA-VO-RITE! Franchement, c’était dynamique, les actions étaient nombreuses, plus intéressantes et importantes. On en apprend davantage sur le pourquoi du comment Ophélie a été choisie comme fiancée pour Thorn. Il y a beaucoup de révélations et de rebondissements, qui sont très bien placés. Pour vous dire, je lâchais des cris de stupeur, tellement j’étais choqué et pris par ma lecture! Cette fin de récit est riche, captivante à souhait, simplement excellente. Bien sûr elle donne totalement envie de lire le tome suivant.

EN CONCLUSION :

Malgré une première moitié du récit que je juge lente et qui m’a déçu, j’ai beaucoup aimé cette lecture. Les personnages sont géniaux, tout comme l’univers de ce récit. Ce n’est que vers la fin du roman, que le récit prend toute son ampleur. On a de l’action, du rebondissement à souhait et c’est très prenant. Les révélations nous captivent, l’intrigue du tome suivant se met en place et nous donne envie de lire ce second tome. Pour moi, la fin du roman a été un coup de cœur, l’ensemble ne l’est pas car le récit n’est pas uniforme.

Je place beaucoup d’espoir sur le tome suivant, en espérant qu’il soit alors un véritable coup de cœur. En tout cas, pour l’instant je peux vous conseiller sans problème ce premier tome.


Titre : Les fiancés de l’hiver, tome un : La passe miroir

Édition : Gallimard Jeunesse

Auteur : Christelle Dabos

Parution : 6 Juin 2013
Pages :  608 pages
Prix : 8,65€

La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

Il y a un certain temps, j’entendais pas mal parler de ce roman. Récemment, j’ai donc décidé de me pencher dessus, et je vais vous en parler tout de suite!

la-verite-sur-alice-jennifer-mathieu

RÉSUMÉ :

Au lycée de la petite ville d’Healy, court une rumeur. Cette rumeur concerne Alice Franklin. Cette dernière est traitée de traînée. C’est qu’elle aurait fait des choses pas très catholique! Tout le monde le sait, tout le monde en parle et chacun est persuadé que ce qu’elle a fait est avéré. Au lycée, chacun a sa vérité sur Alice et certains vont nous la dévoiler dans ce roman…

MON AVIS :

Vu que de nombreuses personnes ont été enthousiastes sur ce livre, je m’attendais aussi à l’adorer. Déjà, j’aime beaucoup le sujet. Ce roman aborde le thème de la rumeur et du harcèlement. J’apprécie vraiment le fait, que de plus en plus les romans abordent de ces sujets, qui ont été «  »banalisé » » dans le passé et dont on se soucie davantage maintenant. Ce roman est donc avant tout une bonne initiative puisqu’il va dans le sens de tout ce qui est « Non au harcèlement ».

Quatre personnages vont à tour de rôle raconter leur vérité au sujet d’Alice Franklin, et ce tout au long du roman. On a Josh, Elaine la fille populaire du lycée, Kelsie l’ancienne meilleure amie d’Alice et Kurt l’admirateur secret d’Alice Franklin. Chacun leur tour, il nous raconte ce qui s’est passé, comment les choses se passent actuellement, leurs pensées, leurs avis, leurs déceptions etc… On a donc plusieurs points de vue et je trouve cela toujours sympathique.

Les quatre personnages principaux ne m’ont pas tous totalement plu. Déjà, Josh et Elaine sont le type de personnages trop récurrents, trop clichés. En plus, ils n’ont pas de traits de caractère particuliers les rendant un peu plus unique parmi tous les personnages de leur type. Pour ce qui est des deux autres, Kelsie et Kurt, bien qu’ils soient eux aussi des personnages un peu clichés, je les ai bien plus aimé, surtout Kurt. Kelsie a une histoire intéressante, qui fait réfléchir sur la course à la popularité. À part cela, je ne lui ai pas trouvé beaucoup plus d’intérêt. Kurt a été mon personnage préféré. Lui, c’est le geek sans ami (ça fait bizarre de dire ça, mais c’est ce qu’il en est). Comparativement aux autres, il a une personnalité plus développée et attachante. Il est touchant, sincère et vrai. C’est vraiment un beau personnage, heureusement  qu’il était là.

Au début du roman, je vois que chaque personnage raconte ce qu’il a à dire, c’est sympathique, tout va bien. Je lis, j’arrive au quart du roman et je remarque que le rythme n’avance pas vraiment. La lecture n’est pas ennuyante, mais pas captivante, non plus. Les actions sont minimes, il ne se passe pas grand-chose, pas de rebondissements majeurs, le rythme est plutôt linéaire… J’ai été davantage intéressé par le récit dès lors que Kurt est devenue l’ami d’Alice. J’ai vraiment apprécié les suivre et ce de plus en plus au fil de ma lecture. J’ai beaucoup apprécié suivre leur relation et a travers elle on découvre davantage qui est réellement Alice.

Le récit, je trouve, est globalement terne. Il se passe des choses quand même, ne vous y méprenez pas, mais ce ne sont pas des actions transcendantes. On suit les ragots, les rumeurs, les anecdotes, quelques bribes de vérités… L’intrigue était presque invisible selon moi, il n’y avait rien à quoi je me raccrochais, pas d’enjeux ou de buts réels. On attend même pas vraiment de savoir toute la vérité, car on obtient des informations petit à petit et puis on devine bien avant si les rumeurs sont vraies ou non. Au cours de l’histoire, il y a quelques beaux passages, des passages marquants et je peux dire que le sujet est plutôt bien traité. Cependant, l’ensemble est trop simple pour moi.

À la fin du roman, enfin, Alice s’exprime. Je plaçais beaucoup d’espoir sur cette dernière narration, qui finalement n’a rien eu d’exceptionnel car l’essentiel du récit a déjà été dit. Avant même qu’elle s’exprime, j’ai été dégoûté par le personnage d’Alice. Elle a un caractère auquel je n’accroche guère, à tel point que j’ai fini par ne plus la prendre en pitié. La fin est jolie et sympathique, mais dans la lignée du reste, elle est simpliste. Aussi, je pensais qu’il aurait pu y avoir une scène marquante pour finaliser le message de ce roman en beauté, mais il n’y en a pas eu.

EN CONCLUSION :

Le sujet du roman m’avait tout de suite enthousiasmé et je m’attendais à quelque chose de très bon, mais j’ai été déçu. Tout est un peu trop simple, l’intrigue n’est pas captivante, le rythme est mou, il y a peu d’actions, heureusement le récit reste assez intéressant. J’ai globalement aimé suivre les personnages, surtout Kurt, et même si ce ne sont pas des personnages très originaux, j’ai aimé lire ce qu’ils avaient à raconter. Le sujet est bien traité, mais n’est selon moi pas bien mis en valeur. C’est dommage, car il y a de bonnes choses qui méritaient approfondissement. La fin, n’est pas extraordinaire, elle m’a aussi déçu même si je la trouve jolie.

Sincèrement, je ne conseille pas ce roman. De plus, il est déconseillé avant 15 ans à cause des gros mots que l’on peut y trouver. Avec le même genre de sujet et dès 15 ans, il existe de meilleurs romans que celui-ci, selon moi.


Titre : La vérité sur Alice

Édition :  Pocket Jeunesse

Auteur : Jennifer Mathieu

Parution : 4 Février 2016
Pages :  224 pages
Prix : 16,90€

Le sacre des trois – J.D. Rinehart

J’ai reçu ce livre en tant qu’épreuve non corrigée, en gagnant un concours express, organisé sur le compte Twitter de Pocket Jeunesse (@pocketjeunesse). Je les remercie encore pour l’envoi. Tout de suite, place à la chronique!

le-sacre-des-trois-pocket-jeunesse

RÉSUMÉ :

Le roi Brutan fait régner la terreur sur le royaume de Toronie, qui est en proie à une guerre civile. Il ne reste qu’un seul espoir pour le pays. Cet espoir est lié au destin des trois enfants illégitimes du roi. Deux garçons et une fille, qui selon la prophétie, régneront ensemble et dans la paix. À la naissance des enfants, tout a été mis en œuvre pour éviter ladite prophétie. La fratrie se retrouvera-t-elle pour la réaliser?

MON AVIS :

Tout commence avec le prologue qui nous présente l’origine de l’histoire, bien sûr, mais surtout la prophétie. En elle-même,  celle-ci m’a intéressé mais sans plus. À sa découverte je ne lui ai pas trouvé beaucoup d’originalité et d’ailleurs j’avais un sentiment de déjà-vu. C’est alors à tâtons que je commençais le récit, qui démarre treize ans plus tard.

Avec « Le sacre des trois », nous plongeons dans univers médiéval.  Celui-ci ne m’a pas attiré au départ, mais au fur et à mesure, je commençais à l’apprécier. On se retrouve dans une ambiance médiavale « basique », il n’y a pas d’excentricité dans les bases de sa conception. Le château, le méchant roi, les ennemies, bref, je trouve que c’est un peu du vu et revu. Par contre, si j’ai commencé à apprécier l’univers de ce roman, c’est notamment grâce à l’ajout d’éléments de fantasy. Ces éléments on été savamment ajoutés et on a quelque chose de plutôt agréable au final.

 Le début du livre m’a paru un peu long, on ne voyait pas trop où allait l’auteur. Mais une fois que tout se focalise sur la prophétie et sur l’enjeu qui en découle, mon intérêt a grandi. D’ailleurs, celui-ci n’a fait que grimper tout au long de l’histoire. Le récit en lui-même est assez attractif. L’intrigue est bien construite, l’enjeu principal est clair et nous captive. De toutes parts, il y a des dangers, des complots, de la perfidie. Tout cela relève le récit, sans le rendre lourd et incompréhensible. La quantité d’action augmente crescendo. Le récit est dynamique, intéressant, c’est une lecture réellement sympathique.

S’il y a bien une chose qui a un peu terni mon plaisir avec ce roman, je pense que c’est le style d’écriture de l’auteur. Vraiment, je n’y ai pas accroché. Rien d’horrible, n’ayez crainte, mais personnellement l’étincelle n’a pas pris. Elle a un style plutôt simple, en même temps ce livre s’adresse à de jeunes lecteurs dès l’âge de 11-12 ans. Ce n’est pas ça qui me gêne fondamentalement. En fait, je trouve que son écriture a un effet assez neutre, j’ai du mal à sentir sa sensibilité à travers sa plume. Cela m’a dérangé, car c’est un sentiment qui ne m’est pas habituel.

J’ai trouvé les personnages géniaux. Ils ont des personnalités et des rôles intéressants qui apportent une sacrée texture au récit. Nos trois personnages principaux, sont attachants, intrigants aussi, et j’ai adoré observer leur évolution. J’ai eu surtout un coup de cœur pour Tarlan, il est touchant, courageux, il a de belles valeurs et c’est pour moi une pépite.

La fin de ce roman est extrêmement rythmée avec beaucoup d’action, de rebondissements, de peurs et de surprises. Je trouve que ça finalise bien ce premier tome. Néanmoins, je trouve qu’il y en avait largement trop. À un moment, ça part dans tous les sens et ça devient un peu n’importe quoi. C’est dommage, parce que ça laisse une image finale un peu négative.

EN CONCLUSION :

En commençant ce livre je ne pensais vraiment pas l’aimé. La prophétie ne m’a pas éblouie et l’univers médiéval ne pas convaincu. Cependant, progressivement, l’univers a commencé à me plaire, le récit est bien construit et l’intrigue est captivante. Il y a ce qu’il faut d’action, de rebondissements, de suspense pour nous tenir en haleine. C’est une lecture simple et agréable, avec des personnages attachants et intéressants. La plume de l’auteur, par contre, ne m’a pas vraiment plu. Pour ce qui est de la fin de ce livre j’ai là aussi été un peu déçu, il y avait de bonnes idées mais ce n’était pas entièrement maîtrisé.


Titre : Le sacre des trois

Édition : Pocket Jeunesse

Auteur : J.D. Rinehart

Parution : 15 Septembre 2016
Pages : 352 pages
Prix : 16,90€

L’épreuve tome deux, La Terre Brûlée – James Dashner

Bonjour, aujourd’hui je reviens avec la chronique du tome deux de la trilogie « L’épreuve », « La Terre Brûlée » de James Dashner. J’avais adoré le premier tome, il me tardait donc de lire celui-ci. Maintenant que c’est enfin chose faite, je peux vous en parler.

la-terre-brûlée

Résumé :

À la fin du premier tome, Thomas et ses amis blocards ont réussi à sortir du labyrinthe. Ils apprennent alors clairement, qu’ils y ont été placés par une organisation, le W.I.C.K.E.D. À leur sortie, on les sauve, les protège… Les blocards voient enfin leur existence avec plus de positivité et pensent être sortis d’affaire. Mais il s’avère que pas du tout! Ils sont piégés et vont devoir réaliser une autre épreuve sous le contrôle du W.I.C.K.E.D. s’ils ne veulent pas mourir. Après le Labyrinthe, les voici maintenant sur La Terre Brûlée…

Mon Avis :

Ce second roman démarre aussi vite que le premier, dès les premières pages on est replongé dans l’univers et le ton est donné. Les blocards se retrouvent de nouveau dans une situation compliquée, alors qu’ils pensaient être tirés d’affaire. L’organisme à l’origine de tout cela,  le W.I.C.K.E.D, dit avoir encore besoin de les tester, afin de mettre au point un remède. Ce remède devrait permettre de guérir une épidémie de peste nommée « La Braise », qui fait des ravages dans le monde. Remis à l’épreuve avec un objectif et une récompense à la clé, les blocards vont devoir traverser la Terre Brûlée, avec sa horde de personnes infectées en proie à la folie…

L’intrigue se met en place dès le début et nous accroche tout de suite. Il est fondamental pour les blocards d’arriver à la fin de leur nouvelle épreuve s’ils veulent se sauver et sauver l’humanité. L’action est présente tout au long du roman et deux fois plus que dans le tome précédent. C’est constamment rythmé, dynamique, mais ce n’est à aucun moment de trop. L’auteur s’est concentré sur l’intrigue principale, il ne divague jamais trop d’elle. Le récit est vraiment accrochant, on ne s’ennuie pas une seconde.

En plus d’être absorbé par l’histoire, on se sent aussi réellement impliqué. Thomas et ses amis nous embarquent dans leurs péripéties, on vit l’histoire activement en passant de la peur, à la tristesse, à l’excitation… Les personnages sont tous géniaux, il y en a plein de nouveaux ce tome. Que je les ai aimés ou pas, je trouve leurs caractères et rôles parfaits et intéressants. J’adore toujours autant Thomas, personnage principal, il est fidèle à lui-même et j’ai apprécié le suivre encore une fois.

L’atmosphère de ce roman est attrayante, elle mélange savamment espoir, danger et quête de la vérité. De plus le récit est vraiment bien construit, comme je le disais précédemment, il y a un bon rythme et largement assez d’action. Mais ce qui, je trouve, caractérise ce second tome, ce sont les rebondissements, retournements de situations. On sait que tout peut arriver, mais on ne s’y attend jamais, ainsi le moment venu c’est toujours une grande surprise. Les relations se complexifient, la méfiance grandit, notamment chez nous, lecteurs. Il y a de la trahison, de la manipulation… Bref, c’est riche et diversifié.

Ce livre m’aura surpris jusqu’au bout. La fin est encore un énorme rebondissement. Je la qualifierais de parfaite (notez que je le fais très rarement). Tout est maîtrisé, l’auteur joue avec nos émotions jusqu’à la dernière seconde. Forcément, j’ai hâte de lire la suite, c’est sûr que je vais découvrir et mieux comprendre certaines choses…

En conclusion :

« La Terre Brûlée » est un second tome de haut volet. L’intrigue est captivante et l’atmosphère enivrante. Les personnages sont intéressants et leurs divers caractères créent une certaine nuance dans notre lecture. Il est de plus toujours agréable de suivre le personnage principal qu’est Thomas. Le récit est accrochant, rythmé, plein d’action et de surprises. Enfin, la touche finale de ce tome est parfaitement réussie.

J’ai adoré ce second tome et passé d’agréables moments de lecture, j’attends beaucoup du dernier tome et espère qu’il sera magistral.


Titre : La Terre Brûlée

Édition : Pocket Jeunesse

Auteur : James Dashner

Parution : 2 Juin 2016 (pour le format poche)
Pages : 480 pages
Prix : 7,80€

Au bout du tunnel – Carlos Garcia Miranda

J’ai reçu le roman « Au bout du tunnel » par Pocket Jeunesse. J’ai eu cette occasion car j’ai gagné un concours express organisé sur le compte twitter de la maison d’édition. Je tiens donc encore à remercier Pocket Jeunesse pour ce concours et pour l’envoi. Maintenant, place à la chronique!

au-bout-du-tunnel

Résumé :

Le train qui emmenait des lycéens en classe de montagne déraille dans un tunnel. Étrangement , quelques minutes auparavant, une des protagonistes a reçu une vidéo Youtube montrant l’accident dont ils allaient être victimes. À la suite de cet accident, il ne reste plus que six adolescents, qui se réveillent dans le tunnel. À la stupeur générale le train a disparu, alors commence une série d’incompréhension. Eva, Noël, Sabrina, Gabi, Ana et Sam vont rentrer chez eux et sur les lieux découvrent qu’un an a déjà passé depuis l’accident. Comble de la situation, ils remarquent que des clones d’eux-mêmes vivent à leur place. Mais alors, que se passe-t-il et où sont-ils réellement? Pour élucider tous ces mystères, le groupe de jeunes gens va devoir faire preuve de cohésion mais surtout de discrétion…

Mon Avis :

Dès les premières pages, j’ai été conquit par le sujet. On aborde le thème du voyage dans le temps, ce qui me plaît déjà à l’origine. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est le fait qu’il y ait une touche d’originalité et de modernité apportée avec ce thème souvent repris. On est dans un univers contemporain plutôt agréable, avec un contexte qui fonctionne et de bonnes idées. Ainsi, j’ai démarré ma lecture sur des notes positives.

Les personnages font selon moi, une grande part du charme de ce roman. On les découvre tous ensemble très tôt, on apprend progressivement à mieux les connaître et s’y attache. On est embarqué avec ce groupe d’adolescents et on a la fidèle impression d’être avec eux. L’auteur a créé des personnalités différentes, qui chacune apporte une touche particulière. Il y a forcément un personnage auquel vous pourrez vous identifier, ne serait-ce qu’un peu. On a donc une assez grande palette de caractères, de réactions, de façon de penser, ainsi l’ensemble est pimenté et attrayant. Il ne faut aussi pas oublier que l’on suit des adolescents, ils s’expriment d’une manière simple et naturelle, leurs caractères le sont globalement aussi. Au cours du récit, on suit leurs disputes, leurs amourettes, jalousies… Tout cela apporte une certaine fraîcheur qui est tout à fait appréciable. Avec nos protagonistes, on ne s’ennuie jamais et il est toujours plaisant de les suivre, c’est donc un très bon point.

L’histoire en elle-même, a éveillé mon attention et ce dès le départ. On se retrouve rapidement intrigué par la tournure que prend la situation et par les mystères environnants. Un intérêt certain naît chez le lecteur, car comme les personnages, on se pose perpétuellement des questions et on désire comprendre. Petit à petit, les dangers et les mystères vont augmenter et parallèlement la tension devient plus forte. Les personnages sont continuellement dans le mouvement, ils doivent être discrets, se cacher et en même temps élucider la situation. Ainsi le récit est plutôt palpitant et la lecture captivante.

En commençant ma lecture, j’avais beaucoup apprécié les idées de l’auteur et cela a continué le long de ma lecture. L’ensemble de l’histoire, pour moi, ne m’a pas donné cette impression de déjà-vu. Il y a bien sûr certains points que l’on peut retrouver ailleurs, mais on sent quand même une certaine inventivité. Autant au niveau des choses encore inexpliqués, que des choses plus concrètes de la situation, je trouve que l’auteur a placé des éléments intéressants et qui fonctionnent. Par exemple, le sujet des clones marche très bien et est correctement développé. Apparemment, Carlos Garcia Miranda est le scénariste d’une série à succès, je pense que ça lui a été très utile dans la rédaction ce livre. On ressent un peu sa formation de scénariste dans sa façon de créer, dans les scènes et dans la manière dont il articule le récit.

Plus on avance dans la lecture, plus l’ensemble devient attrayant et plus on est plongé dans l’histoire. Le récit suit un rythme mi-rapide, assez agréable car la lecture est ainsi fluide et régulière. Il y a aussi par moments des passages au rythme plus saccadé. L’atmosphère générale est particulière, mais dans le bon sens. Les incompréhensions, les mystères et les étrangetés de la situation, créent un fond assez sombre, riche en suspense. Par-dessus ce fond il y a les personnages qui égayent un peu le tout. Le récit est fait de nombreux imprévus, il y a constamment de nouveaux problèmes qui se rajoutent. On a donc un bon nombre de rebondissements au long de ce roman, qui agrémentent la lecture.

Le récit, indéniablement, est palpitant, captivant et bien rythmé. Au cours du roman, les protagonistes sont souvent dans le mouvement, on retrouve donc des scènes d’action. Celles-ci sont plutôt sympathiques, elles arrivent parfaitement à nous accrocher. De plus elles reviennent de façon régulière au cours de la lecture ce qui est tout à fait plaisant. On n’a donc pas le temps de ressentir un manque car on a toujours de quoi être satisfait.

Malgré tous ces points positifs, je trouve qu’il manque quelque chose au récit. Celui-ci est bien maîtrisé, j’ai été plongé dedans tout du long, mais j’ai trouvé qu’il ne faisait pas naître assez d’émotions et sensations. Comprenez bien, je ne dis pas qu’il n’y en a pas du tout, en effet certains passages m’ont fait vibrer. Je trouve que les éléments accentuant la lecture manquent parfois de puissance. J’aurais aimé un grain de folie supplémentaire de la part de l’auteur, qu’il se mette peut-être un peu plus en danger. La lecture est superbe, mais il m’a manqué cette étincelle. Pour moi, il aurait fallu que l’auteur vienne plus nous torturer, qu’il joue davantage avec nos émotions, nos sensations pour rendre l’ensemble réellement enivrant. C’est un point qui crée une certaine déception chez moi et je trouve ça vraiment dommage.

Malheureusement, je vais continuer sur les déceptions, en vous évoquant maintenant la fin de ce livre. Arrivé à un moment, on est dans une situation d’attente et c’est avec hâte que l’on veut découvrir la suite. On a fait jusque là, un plein d’informations et de révélations très importantes, avec des rebondissements assez surprenants. On quitte une partie riche et intéressante, on se focalise désormais sur les futurs événements du dénouement. C’était les dernières scènes, j’attendais beaucoup d’elles et là ça été la déception… L’élément qui débloque la situation est tellement prévisible et peu original, s’en était presque ridicule. J’avais senti, le coup arriver de loin, dès l’énonciation des dernières informations avant ce passage final. Je trouve que c’est une fin trop simple, très facile. Personnellement, je pense que ce n’est pas à la hauteur, je ne suis donc pas satisfait. La fin d’un roman est très importante car elle laisse la dernière impression. Comme celle-ci n’est pas positive, elle entache le ressenti global sur l’ensemble du livre.

En conclusion :

« Au bout du tunnel » est un roman que  j’ai vraiment apprécié. Le thème du voyage dans le temps bien que commun, est ici développé d’une manière moins conventionnelle et avec de bonnes idées. Les personnages ont des caractères efficaces, on s’attache à eux et ils apportent de la fraîcheur à l’histoire. Tout au long du roman , on est captivé, la lecture est dynamique et palpitante. On ne s’ennuie jamais, il y a toujours du mouvement et de l’action. L’atmosphère est mystérieuse, pleine de suspense. Le récit est ponctué par de nombreux éléments tels que des révélations qui ont pour effet de maintenir notre intérêt. Cependant, ces éléments ne sont selon moi pas assez forts, ils n’ont pas su créer chez moi de puissantes sensations et émotions. La fin de ce livre n’est pour moi pas à la hauteur. Elle est simpliste, facile et l’élément dénouant la situation est un prétexte souvent utilisé.

Malgré mes déceptions plutôt marquées, il faut dire que ça reste un bon livre. J’ai passé de très bons moments de lecture, c’était très agréable. Je ne doute pas que ça puisse être votre cas et c’est donc la raison pour laquelle je peux totalement vous le conseiller.


Titre :  Au bout du tunnel

Édition : Pocket Jeunesse

Parution : 19 Mai 2016
Pages : 352 pages
Prix : 16,90€

Absences – Lauren Oliver

Bonjour! On se retrouve aujourd’hui pour ma chronique du roman « Absences » de Lauren Oliver. C’est un livre dont je n’avais jamais entendu parler, mais que j’ai eu envie de découvrir parce que je reconnaissais le nom de l’auteur. En effet, c’est Lauren Oliver qui a écrit la trilogie « Délirium » dont j’ai entendu beaucoup de bien, mais que je n’ai pas encore lu.

absences roman Lauren Olivier critique littéraire blog

Résumé :

Nick et Dara sont deux sœurs inséparables. L’aînée est Nick avec seulement un an de plus. Elles entretiennent une relation fusionnelle et très complice malgré leurs nombreuses différences. Un accident va tout faire basculer. Dara, défigurée, ne souhaitera plus adresser la parole à sa sœur pour une raison inconnue. Le si beau lien qui les unissait va progressivement disparaître, Nick va donc devoir puiser dans ses souvenirs pour tenter de dénouer la situation.

Mon Avis :

Lauren Oliver a écrit ce roman de manière remarquable. Tout est mis en œuvre pour emporter le lecteur au cœur de l’histoire. Cela se remarque par exemple au niveau de l’ambiance qui nous plonge dans l’univers et nous englobe entièrement.

Le ton léger et doux dénote avec l’aspect poignant du contexte générale. C’est un contraste très intéressant qui rend ici la lecture agréable et rythmée.

Au cours du récit, Nick et Dara prennent la parole tour à tour et nous racontent leur vie actuelle en nous faisant part de leurs émotions. Certains passages datent également d’avant l’accident. Ce procédé va parfaitement à cette histoire car il est enrichissant pour le lecteur de connaître les pensées et opinions des deux parties s’opposant, ainsi que leurs relations passées.

Le récit tourne principalement autour d’un problème relationnel fraternel. Même si ça peut paraître banal, je trouve que c’est un bon sujet car ce n’est pas souvent abordé. Dara reproche certaines choses à Nick qui de son côté lui en reproche aussi. En plus des rancoeurs plusieurs problèmes personnels compliquent la situation. Ces problèmes-là, on les rencontre au fil de la lecture de telle sorte à qu’il y a toujours un nuage de mystère à l’horizon. Le sujet abordé s’inscrit dans nos sociétés actuelles, c’est un fait divers mis en récit. C’est selon moi une des raisons pour laquelle ce roman captive, l’impression de réalité crée un intérêt particulier chez le lecteur.

Plusieurs petites intrigues dérivent de la principale, elles sont nécessaires pour « garnir » l’ensemble du roman. Dans « Absences » elles ne sont jamais très éloignées du sujet principal et très utiles au récit car elles renforcent les émotions que l’on peut déjà ressentir. Au cours du dénouement, une des intrigues va aussi donner un poids supplémentaire au message porté par ce roman.

Dans la globalité, j’ai apprécié les personnages des deux sœurs. Leurs différences de personnalité permettent à l’histoire d’être aussi émotionnelle. Personnellement, j’ai préféré Nick. Dara m’a un peu insupportée dans sa façon de penser, je la trouvais immature. À certains moments, je voulais juste la secouer et lui dire d’arrêter son cirque.

La fin m’a complètement surpris, je ne m’y attendais pas du tout. Je voulais que ça se termine différemment mais cela ne m’a pas déçu pour autant. Je me suis rendu compte que finalement ce dénouement est très efficace car il finalise le message avec brio. C’est un puissant message qui nous est transmis, le genre qui fait réfléchir et qui rappelle que la vie n’est pas toujours belle et juste.

En conclusion :

C’est un beau roman, touchant et bouleversant. Le sujet est poignant et confert un aspect de réalité au récit. L’écriture de Lauren Oliver est magnifique, elle arrive à nous emporter là où elle le souhaite. C’est une lecture qui ne vous laissera pas de marbre, c’est pour cela que je vous le conseille. De mon côté, c’est à la limite d’être un vrai coup de cœur!


Titre :  Absences

 Auteur : Lauren Oliver

Edition : Hachette Romans

Parution : 1 juillet 2015
Pages :384
Prix : 18.90€

Charlie/ François David

 

Charlie. Je suis Charlie. Place du marché. Editions le MuscadierRésumé :

C’est l’histoire d’une jeune fille de treize ans nommée Luce qui va se lier d’amitié avec un clochard.

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions LeMuscadier de m’avoir envoyé ce roman.

Ce livre fait partie d’une collection qui s’appelle « Place du marché ». C’est une collection dont les livres traitent de sujets de notre monde contemporain : les problèmes sociaux, économiques, éthiques…

C’est un roman vraiment très court, il fait seulement environ soixante-dix pages.

J’ai bien aimé ce roman. Ca traite de respect, tolérance, stéréotype…et j’ai trouvé que c’est vraiment bien d’aborder ces thèmes. Ca fait réfléchir sur beaucoup de choses. Donc je pense que c’est un bon livre pour les enfants car ils prendront conscience de beaucoup d’aspects de notre société.

Ensuite, j’ai trouvé que l’amitié qui s’est créée entre Luce et Charlie (le clochard) est vraiment très belle et touchante. C’est une amitié qui est assez mal vu par l’entourage de Luce et je le trouve un peu moi aussi. Ce que je trouve d’étrange dans cette amitié c’est surtout l’âge de Luce. Elle aurait été un peu plus âgée ça m’aurait moins étonné mais là, je trouve que c’est un peu jeune. Mais d’un côté, son âge fait d’elle un encore plus beau personnage car elle ne s’est pas laisser influencer et rend aussi l’histoire plus touchante.

L’histoire, bien qu’elle soit à » demi fictive » (je vous expliquerai pourquoi plus tard dans cette chronique) fait penser qu’elle est complètement réelle. Les réactions des personnages sont réelles, la description des lieux nous ramène vraiment dans une ville qui pourrait exister. Donc côté fidélité avec la réalité je trouve que c’est super. On s’y croirait vraiment.

Par contre, ce qui m’a principalement gêné dans ce livre c’est qu’il soit aussi court. Je trouve que c’est un peu dommage car personnellement, j’aime les histoires assez « développées ». Ce que je veux dire c’est que là, on reste un peu sur notre faim, j’en aurai voulu un peu plus.

Précédemment, je vous expliquais donc que l’histoire est à « demi fictive ». J’ai dit cela car, en effet c’est une histoire fictive, ce n’est pas une biographie. Mais, elle ne l’est pas totalement car elle a été inspirée d’une histoire réelle. Et ce qui est vraiment génial et original c’est qu’à la fin de l’histoire on a l’interview de la fille qui a vraiment vécu l’histoire. J’ai adoré car je n’ai vu ça nulle part ailleurs et ça renforce encore le contexte réel de ce livre.

En résumé, c’est un très bon livre. Le thème est super bien choisi et traité, l’histoire et belle, les personnages touchants. Un gros plus pour l’interview à la fin du livre. Et pour moi, petit bémol quant au nombre de pages que j’ai trouvé un peu trop court.

Je le conseillerai à partir de douze ans. Je pense que c’est vraiment intéressant de le faire lire à cet âge là et c’est important qu’ils découvrent un côté de la société qu’ils ont moins l’habitude de voir.

Confessions d’un apprenti gangster/ Axl Cendres

gangsterCoucou,

Comme vous le savez (ou pas) je fais parti des blogs partenaires du code Lea 2015. En tant que blog partenaire, je me dois de chroniquer deux livres de la sélection du code Lea sur mon blog avant mai. Mai, arrivant à grand pas je me suis dit qu’il serait le moment ou jamais de lire et chroniquer les livres de la sélection. Donc je commence aujourd’hui par le roman « Confessions d’un apprenti gangster ».

Pour résumé succinctement ce roman, c’est l’histoire de l’enfant d’un très grand gangster qui est emprisonné.

Tout d’abord, c’est un roman très court, il est petit format, la police d’écriture est assez grosse et il fait moins de 100 pages.

Je ne sais pas trop quoi penser de  ce roman. Je ne peux pas dire que je l’ai bien aimé mais je ne l’ai pas détesté non plus.

D’un côté, j’ai bien aimé les personnages surtout le personnage principal que j’ai trouvé intéressant. Il se pose des questions qui font réfléchir. Il y avait aussi de très belles scènes surtout la scène finale que j’ai vraiment apprécié.

Par contre j’ai été déçu sur plusieurs points. Déjà, j’ai trouvé le livre trop court. Ce qui fait qu’il y avait des passages qui sont passés très rapidement comme si on les résumait. C’est principalement ça qui m’a dérangé dans ce roman. Ensuite, je n’ai pas accroché à l’intrigue ce qui a fait que je n’étais pas bien dans l’histoire. Et, j’aurai voulu qu’il y ait au moins une bonne scène d’action dans ce roman, malheureusement je n’ai pas été satisfait.

Pour conclure, mon avis est assez mitigé. C’est un bon livre avec une belle histoire mais pour moi sans plus. Je le recommanderai à partir de 12 ans contrairement à la maison d’édition qui le conseille à partir de 14 ans. Dailleurs, je ne comprends toujours pas pourquoi il a été conseillé dès 14 ans.

Je vais maintenant passé à la note. Je ne le fait jamais mais là je dois le faire car les notations compteront pour le top 3 finale.

Je donne à ce livre deux étoiles sur cinq.

Le barème de notation (pour mieux comprendre) :

-1 étoile (nul)

-2 étoiles (pourquoi pas?)

-3 étoiles (intéressant)

-4 étoiles (très bien)

-5 étoiles (excellent !)

Suivez moi sur twitter : @NosAmisLesMots