Moi présidente – Gérard Mordillat

Hey! Vous n’êtes pas sans savoir que cette année 2017 se déroule les élections présidentielles en France. Quand j’ai vu le roman « Moi présidente » sur le présentoir d’une bibliothèque, c’est avec curiosité que je me suis avancé vers celui-ci. La quatrième de couverture m’a intrigué davantage et c’est comme ça que je me suis décidé à lire ce roman, on ne peut plus dans l’actualité du moment!

moi-présidente-gerard-mordillat

Résumé :

Avis de tempête à l’Elysée, la nouvelle présidente a une sacrée personnalité! Elle dévoile ses meilleures mesures pour remettre le pays d’aplomb. Levée d’une croisade, polygamie obligatoire, rétablissement de l’esclavage ne sont que quelques exemples des brillantes idées de la présidente. Elle souhaite « purger la France de toute racaille », c’est-à-dire « des Rebeux, des Blacks, des Niakoués, des Roms… ». Pour atteindre ses objectifs, la présidente est épaulé de ses  ministres de la Précarité Raisonnable et du Racisme Efficace, qui applaudissent à chacun de ses dires.

Mon Avis :

Ce roman est qualifié de sotie et lorsque l’on rapproche déjà la définition de sotie au résumé de ce livre, on comprend totalement pourquoi. Une sotie est « Une farce à caractère satirique jouée par des acteurs en costumes de bouffons, allégorie de la société du temps ». Précision : ici il s’agit d’un récit en prose, ce n’est pas une pièce de théâtre à lire. Alors moi, avec ce livre je m’attendais à me fendre la poire, ou du moins à passer des moments très drôles. Vous allez le découvrir, mes attentes ont dépassé la réalité…

Dans ce roman, nous suivons une journée de la présidente, par l’intermédiaire d’une chaîne de télé qui doit la filmer en direct live toute la journée. Première prise de parole de la présidente et première grossièreté. Il est vrai que dans les romans, les grossièretés je ne les aime pas ou sinon avec parcimonie. Cette première prise de parole a donné le ton, les grossièretés dans ce roman, on en trouve dans presque toutes les pages. Un peu, par ici, par là c’est drôle, mais là constamment, j’ai trouvé ça vraiment pesant au niveau de la lecture.

Ce roman est dans son intégralité une satire de notre société actuelle. Principalement, on a surtout une satire de la classe politique. Le système politique est ridiculisé, à travers cette nouvelle présidente décadente et ces ministres, qui doivent toujours aller dans son sens. Cette image, m’a immédiatement rappelé les systèmes monarchiques d’antan où le roi faisait parfois, il faut le dire, un peu n’importe quoi et les conseillers, les ministres n’osaient pas le contredire. Dans cette satire que nous propose Gérard Mordillat, auteur de ce roman, c’est finalement la présidente qui en prend le moins de façon directe. Cette dernière, dans son extravagance, fait ce qu’elle veut et il est délectable de voir son entourage essayer de se dépatouiller. La situation au palais présidentiel est d’un ridicule absolu, et le fait qu’une chaîne de télé filme tout cela en direct live, ne fait que rajouter du ridicule.

La présidente est un personnage très fort dans ce roman. Son attitude est décomplexée, sa manière de parler est cinglante, clairement elle en impose et son exubérance est tout à fait risible. Cette présidente, qui souhaite « Purger la France de toute racaille », et qui met en place des mesures aberrantes, bien sûr peut nous faire penser à une certaine dame, que l’on connaît tous et qui pourrait devenir présidente cette année. Néanmoins, rien d’explicite ne pourrait clairement donner la certitude que ce roman vise cette femme en particulier. Surtout, que ce roman vise clairement un peu tout le monde, les socialistes sont visés par exemple.

Dans une farce à caractère satirique, l’humour est un élément essentiel. L’humour dans ce roman était de la partie, c’est indéniable, mais est-ce qu’il m’a plu, pas entièrement. C’est un humour parfois très fin et que j’ai de nombreuses fois apprécié. Ça se joue parfois à des références historiques ou récentes et si on y prête pas attention, on peut passer à côté. Il y a plein de petites situations, qui m’ont réellement amusé. Mais à part ça, je n’ai pas vraiment ri lors de ma lecture. Le langage grossier, je l’ai dit précédemment m’a vite agacé et puis il y a un certain comique de répétition qui m’a également épuisé.

Au niveau du récit, j’ai trouvé que c’était assez linéaire, le même schéma général est réutilisé, on sait à quoi s’attendre. Il n’y a pas de nouveauté apporté, pas d’effet de surprise. De ce fait, je n’ai pas réussi à être captivé par ce récit auquel je n’ai pas trouvé un profond intérêt. J’ai tenu jusqu’à la fin, qui elle également n’offre rien de plus. Selon moi, ce roman fonctionnerait mieux adapté au théâtre. Le genre s’y prête totalement, et le jeu scénique pourrait être alors intéressant et drôle.

En conclusion :

Je ne suis clairement pas convaincu par ce roman. L’écriture est bonne, l’humour est parfois fin et alors crée quelque chose d’intéressant, le personnage de la présidente est bon. Mais, le récit manque de texture, tout est focalisé sur la situation et sur l’humour, alors que l’humour n’est selon moi pas optimal. Le langage grossier, le même comique de répétition utilisé du début à la fin du roman, par exemple, rendent la lecture assez indigeste et parfois aussi lassante je trouve.

Je ne conseille pas ce livre, globalement je n’ai pas passé de très bons moments de lecture. Finir, ce livre a carrément été une sorte de délivrance tellement je n’étais captivé par le récit, c’est malheureux!


Titre : Moi présidente

Auteur  : Gérard Mordillat

Edition : Autrement

Parution : 21 Septembre 2016
Pages : 118 pages
Prix : 10.00 €

Publicités

Une réflexion sur “Moi présidente – Gérard Mordillat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s