Le voleur de magie, tome 2 – Sarah Prineas

Bonjour, je vous retrouve aujourd’hui pour la chronique du roman « Le voleur de magie », tome deux, de Sarah Prineas. C’est une série que j’ai découvert sur le fil il y a quelques mois. Elle nous promet un univers semblable à celui de « Harry Potter » ce qui est plus ou moins vrai. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que j’y ai accroché, le premier tome m’a agréablement surpris et ce fut une belle découverte.

voleur-de-magie-tome-deux-prineas

Résumé :

Dans le tome précédent, Conny le garçon des rues devenu magicien à Wellmet, a réussi à vaincre ses ennemis et ainsi sauver la magie. Mais, de nouveaux problèmes apparaissent, mettant une fois de plus en grand danger la cité de Wellmet.  En même temps, Conny tente de communiquer avec la magie par le biais d’expériences explosives. En effet, il a perdu sa locus magicalus qui lui conférait ses pouvoirs, à la fin du tome précédent. Malgré les avertissements de son maître Nihil, qui est celui qui l’a sorti du Crépuscule et de sa situation de voleur, Conny s’entête et réalise un accident. Contraint de s’exiler, il va quand même répondre à l’appel de la magie et se livrer dans un nouveau combat contre les forces obscures…

Mon Avis :

Je suis rapidement rentré dans l’ambiance et ce notamment grâce au personnage principal. J’ai aimé retrouver Conny, un garçon intrépide, têtu mais également très gentil et attachant. J’ai tout autant apprécié l’univers que dans le premier tome, la magie à un interêt fondamental, vital et politique. La façon dont tout cela est traité est pour moi intéressante, la magie est plus qu’un outil utilisé pour embellir l’histoire, c’est le sujet principal et ce pourquoi Conny se bat.

J’ai trouvé l’intrigue pas mal, elle captive assez bien le lecteur, mais j’ai le sentiment qu’il manque un petit quelque chose. En étant liés à des événements marquants, les enjeux ont un poids certain et permettent de nous retenir au récit. Du début à la fin, je n’ai pas noté d’importants moments de flottement, l’action est omniprésente. On est constamment, ou presque, dans le mouvement. On voyage avec Conny dans ses aventures et c’est plaisant.

Sarah Prineas a parsemé son récit de diverses émotions. C’est parfois, triste, pathétique, inquiétant puis parfois plus joyeux et drôle. Elles ne sont pas exploitées pleinement mais très justement dosées par l’auteur. C’est tout à fait harmonieux et certains passages se démarquent par la pureté des émotions transmises. Il y a également dans ce roman, une bonne dose des mystères et de suspense. Malheureusement, malgré la présence de ces deux éléments, je trouve que la tension n’est pas assez forte et constante. Celle-ci ne grimpe pas de pair avec l’évolution du récit et j’ai à un moment même constaté une régression. Par exemple, lors d’un passage, certains éléments font diminuer notre inquiétude. L’opposant ne joue pas dès le départ le rôle qui lui est destiné, par conséquent, le côté piquant n’y est pas. Même si la tension remonte crescendo par la suite, ce n’est toujours pas très convaincant.

Les effets du manque de tension s’observent au niveau du rythme. Celui-ci est plutôt linéaire, il y a une répétition de passages lents puis de passages quelques peu plus mouvementés. Il n’y a pas tellement au cours de ce roman de pics où l’action est forte et importante, de façon à faire naître en nous de grandes sensations.

J’ai tout de même apprécié ma lecture, qui fut agréable. Le récit est juste mais peut-être un peu trop. Tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement du récit sont au rendez-vous, ils sont bien dosés mais on ne sent pas de touches de folies et c’est ce qui est particulièrement dommage.

Le dénouement de ce deuxième tome est surprenant et m’a satisfait. Il est plus riche en sensations que le reste du récit, ce qui donc plaisant. L’action est de la partie et permet de rendre le dénouement plus accrochant. Les scènes y sont assez dramatiques et marquantes. Enfin, on referme ce livre sur une note contrastée qui éveille le désir de lire la suite.

En conclusion :

Avis assez mitigé sur le second tome d’un roman que je juge agréable mais pas pour autant transcendant. Le récit est bien, certes, mais ça ne va pas plus loin que ça. J’ai apprécié ce livre, aimé me plonger à nouveau dans son univers et retrouver ses personnages. Néanmoins, je ressens un peu de déception même si je savais pertinemment que ça n’allait pas être le coup de cœur du mois.

« Le voleur de magie » reste une belle découverte, si vous cherchez une lecture légère avec un univers magique vous pourriez être intéressé. Moi, si l’occasion se présente, je lis les tomes suivants sans problème.

 


Titre :  Le voleur de magie

 Auteur :  Sarah Prineas

Édition : Gallimard Jeunesse

 Parution :  9 Decembre 2010
Pages : 336
Prix : 7,30 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s