Le château – Edward Carey

Salut! Dès le moment où j’ai vu ce roman, j’ai automatiquement été attiré vers lui. La couverture m’a tout de suite plus et la quatrième de couverture a fini de me convaincre de découvrir « Le Château ».

le-chateau-edward-carey

Résumé :

Non loin de Londres, se dresse une immense demeure. C’est un château, habité par la grande et riche famille des Ferrayor. Ils se sont créés un empire autour des détritus de Londres. Ainsi le château des Ferrayor se trouve au centre d’un épouvantable océan de rebuts. Les objets ont une place importante dans leurs vies, le jeune Clod en plus des autres, a le don de pouvoir les entendre parler. C’est un Ferrayor de sang pur, il mène donc sa petite vie, au milieu de la folie des membres de sa famille. Mais tout ce monde va se retrouver bouleversé avec l’arrivée d’une jeune orpheline.

Mon Avis :

Edward Carey nous transporte dans un univers surprenant et particulier. Une histoire qui se déroule au milieu d’une décharge, c’est n’est pas tous les jours que l’on voit ça. Du début jusqu’à la fin, l’atmosphère est sombre, inquiétante, mystérieuse et étrange. On est absorbé rapidement par cette ambiance ce qui permet de s’intéresser plus vite à l’histoire. J’aime totalement ce genre d’univers qui se déroule au 19ème 20ème siècle, surtout quand c’est bien maîtrisé comme ici. En complément, c’est agréable de découvrir du vocabulaire de l’époque avec parcimonie.

Ce roman est un peu écrit dans le même style que les contes, je trouve. Le récit est structuré et on retrouve des éléments de merveilleux. Cependant, contrairement à la majorité des contes, on s’attache ici un peu plus aux personnages.

D’ailleurs, au niveau des personnages, je les ai tous apprécié. Ils sont drôles, excentriques et assez bizarres parfois. Clod et Alice, les deux personnages principaux, m’ont conquis par leur personnalités. Ils sont alternativement narrateurs au cours du roman. Ils sont plutôt sympathiques, je m’y suis bien attaché et ce fut plaisant de suivre leurs aventures. Je trouve même dommage qu’ils n’aient pas été assez été mis en valeur car ils auraient pu apporter beaucoup à l’ensemble du roman.

L’histoire est intéressante et l’intrigue a su me captiver. Les éléments de fantastique vont parfaitement avec l’univers qui nous fait voyager de pages en pages. Il y a également de jolis passages tristes et émouvants. Le suspens est savamment dosé et nous tient en haleine avec légereté.

Malheureusement, il y avait pour moi, un manque de rythme. Comme je l’énonçais plus tôt, le récit est très structuré, c’est probablement une des raisons de ce manque. J’étais trouvé que dans la globalité, c’était un peu trop linéaire. Pas assez de rebondissements, de retournements de situation, de grandes révélations… Tout ce qui aurait pu nous faire passer d’une émotion à l’autre. C’est dommage car on ne peut pas dire que c’est l’imagination qui manque à cet auteur et c’était un des facteurs qui aurait rendu le récit bien plus accrochant.

Je ne peux pas chroniquer ce livre sans vous parler des illustrations. En effet, je les trouve sublimes, j’ai clairement adoré! Elles sont toutes en noir et blanc et me rappellent les gravures de Gustave Doré. Vous pouvez en avoir un aperçu avec la couverture ou grâce à une photo postée sur mon compte Instagram.

Le dénouement de l’histoire est surprenant. Je ne m’attendais vraiment pas du tout à ça. C’était une fin plaisante et bien maîtrisée, mais je n’ai pas trouvé ça transcendent.

En conclusion :

Ce roman est une belle découverte. L’originalité de l’univers, l’intrigue, les illustrations ainsi que le caractère des deux personnages principaux sont des points forts. En revanche, le rythme est assez linéaire, il y a pour moi un manque d’action et de rebondissements pour rendre le roman totalement accrochant. C’est donc une bonne lecture, mais les éléments manquants rendent le récit pauvre en sensations.

Malgré les points positifs, ce roman n’a pas su fait naître l’envie de lire le tome suivant. C’est par conséquent une trilogie que je ne souhaite pas finir, mais si l’occasion se présente ça ne me gênerait pas de lire la suite.


Titre :  Le Château

 Auteur : Edward Carey

Illustrateur: Edward Carey

Edition : Grasset

Parution : 11 Mars 2015
Pages : 464 pages
Prix : 22,00€

Publicités

5 réflexions sur “Le château – Edward Carey

      • juliet595 dit :

        Je ferai probablement une chronique dessus, pas avant un bout de temps vu que je ne l’ai pas sous la main, peut-être plus pendant les grandes vacances 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s