Quelques minutes après minuit/ Patrick Ness

quelques minutes après minuitRésumé :

Depuis que sa mère est malade, Conor ne cesse de faire des cauchemars. Il y en a surtout un en particulier qui le terrifie a tel point qu’il ne veut en parler à personne. C’est un secret, mais… il sera contraint à devoir dire la vérité. Le monstre l’y obligera…

Pour ce roman, Patrick Ness a repris une idée originale d’un récit de Siobhan Dowd qu’elle n’a pas pu achever pour cause de maladie.

Au premier abord, ce roman m’avait intrigué. Par la couverture, le titre et les illustrations. Le résumé du livre (ce n’est pas celui du dessus) me faisait penser que ça allait faire peur. D’ailleurs, le titre aussi…et la couverture aussi. J’ai donc débuté ce roman en ayant dans l’optique que ça allait faire peur.

C’est un roman qui me laisse perplexe. Je l’ai aimé mais sans plus.

Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Déjà, ça ne faisait pas foncièrement peur. J’ai apprécié le début du roman. C’était surprenant et très intéressant. Je me suis vite attaché au personnage de Conor.

Mais vers le 4ème ou 5ème chapitre j’ai commencé à ne plus trop aimer. J’ai trouvé que ça devenait malsain. Conor fut accablé de malheur. Tout au long du roman, il est touché psychologiquement. J’ai trouvé ça très dur. Ca me faisait vraiment mal au cœur pour lui. Je l’ai trouvé très courageux. Et je trouve que ce qui lui arrivait n’était pas juste. Certains diront  » Mais la vie, est-elle juste? ». Non, la vie n’est pas toujours juste, sauf dans ce roman le contexte n’est pas seulement réaliste. Il est aussi fantastique. Et c’est justement ce côté fantastique (le monstre) qui est générateur de problème pour Conor. Il vit dans un monde réel où il lui arrive des choses irréelles qui semblent réelles… Les cauchemars deviennent réalité. C’est un vrai casse tête pour lui.

J’aurai surement trouvé le roman moins injuste si le contexte était seulement réaliste.

Je trouve quand même intéressant le mélange entre réalisme et fantastique. C’est intelligent de la part de l’auteur, c’est très fin. Je salue ce travail là. Par contre j’ai trouvé que parfois, même nous, on ne voit plus la séparation entre réel et irréelle. Ca devient compliqué, ce qui mène à se perdre completement. Je vous avoue que je l’ai été. Quelques petites fois très furtivement mais surtout lors d’une scène où je n’ai quasiment rien compris.

Pour moi, un des plus grands points positifs de ce livre a été la fin. Elle est dure mais elle dégage de beaux et très forts sentiments. La vérité sort enfin. C’est un beau dénouement. Toujours dans la réflexion. Les choses ne sont pas dites explicitement. Comme tout au long du roman il y a ce mélange entre réalisme et fantastique que j’ai trouvé ici bien dosé.

Il faut aussi que j’aborde un dernier point important : les illustrations. Tout au long de ce livre on retrouve des illustrations de Jim Kay. Au début j’étais un peu embêté d’être gêné dans ma lecture par les illustrations. Je n’ai plus trop l’habitude. Mais au fur et à mesure la gêne s’est estompée et j’ai profité des illustrations. Elles sont magnifiques, toutes en noir et blanc pour rester dans l’univers de l’histoire. J’ai vraiment apprécié le travail de nuances. Les traits sont fins et les dessins détaillés. Donc j’adore et c’est pour moi un gros point positif de ce livre.

Pour conclure, mon avis reste assez mitigé. L’histoire et l’ambiance sont tristes. Je me sentais mal pour Conor, il me faisait pitié.  Mais malgré tout, j’ai apprécié le travail de l’auteur. Il écrit intelligemment. Il est plutôt bon je trouve. Enfin, j’ai aussi aimé les illustrations et les personnages, surtout Conor.

Je ne conseille pas ce livre aux personnes sensibles parce que l’histoire est vraiment très triste et injuste, je trouve. Moi je n’ai pas pleuré mais je sais que certaines personnes seraient susceptibles de le faire. Je le conseille tout de même à ceux à qui le côté triste ne dérange pas, car malgré tout l’histoire est bien écrite, fluide et agréable à lire.

Publicités

2 réflexions sur “Quelques minutes après minuit/ Patrick Ness

  1. laurence délis dit :

    Patrick Ness je connais par sa trilogie « Le chaos en marche » . J’avais beaucoup aimé l’écriture, qui sort un peu des sentiers battus dans la littérature jeunesse. Une écriture fluide pour une histoire rude, qui accroche le cœur et les tripes. Un sujet, des thèmes et des personnages forts jalonnent la trilogie… L’humanité y est décrite de façon terrible et belle tout à la fois.
    Ta critique de « Quelques minutes après minuit » , quoique mitigée, me donne très envie de lire à nouveau cet auteur.

    • nosamislesmots dit :

      Je pense que si vous aimez le style de Patrick Ness vous pourrez apprécié « Quelques minutes après minuit ».
      Content que mon avis vous ai donné envie de le lire en tout cas et merci pour votre commentaire! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s