Une photo, quelques mots (3)

 

Bonjour à tous, donc aujourd’hui je reviens pour notre rendez-vous du lundi, l’atelier d’écriture proposé par Leiloona du blog Bricabook.

(Pour lire mon précédent texte cliquez ici)

Les règles sont simples, il suffit d’écrire de la façon qu’on veut et sur le thème qu’on veut.

Ci dessous vous trouverez donc mon texte. J’espère qu’il vous plaira et surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire pour donner vos avis, vos impressions, sentiments etc…

Merci pour tout 😉

 

bateau

C’était le 20 novembre 2014. Je rentrais des cours comme d’habitude. Nous habitons au dessus du salon de coiffure de maman.

Une fois rentré, je me suis installé devant une série américaine en grignotant des chips. J’allais faire mes devoirs plus tard. De toute façon mes parents étaient au resto donc il n’y avait personne pour me les imposer.

Nous habitons au vieux port, à Marseille. C’est un endroit que j’aime beaucoup. C’est joyeux, vivant. C’est un bonheur d’y vivre.

Après avoir fini ma série j’ai décidé d’aller rejoindre Sammy à coté du port. On voulait juste discuter jeux vidéos. Donc je suis parti et je suis revenu. Normal! Tout s’est bien passé. C’était rapide mais plutôt cool.

En rentrant dans l’appart j’ai remarqué qu’il faisait déjà très sombre. Et comme je n’aime pas trop resté dans le salon, j’ai décidé de m’enfermer dans ma chambre.

Ce qui était bien c’est que j’ai trouvé la motivation de faire mes exercices de math (niveau terminal) bien que je soit en première. Il m’énerve ce prof quand même, il croit vraiment qu’à notre âge on rien d’autres à faire que des exercices de math niveau terminal. Non mais sérieux!

J’étais un peu remonté contre le prof, puis ça avait dérivé vers le contrôle de géo que j’avait complètement foiré, (non, je ne connais pas par coeur l’emplacement et le nom de tous les fleuves français par exemple!).

Comme d’habitude quand je suis dans mes pensées, je me poste à la fenêtre de ma chambre et je regarde le port. J’observe la danse de l’eau, les bateaux, les lumières, l’horizon… Mais j’aime aussi beaucoup regarder les gens marcher, je ne sais pas pourquoi, c’est vrai que c’est un peu étrange mais bon… De toute façon ne nous attardons pas sur les gens car c’est juste le cadre globale que j’aime regarder. C’est reposant et c’est un très bon moyen de vider ses pensées à la fin de la journée. Si vous avez une vue « convenable » de votre chambre,  vous aussi vous devriez essayer, c’est génial!

Un peu plus tard, j’eus faim. Je me suis alors décidé à faire un petit sandwich.

Quelques heures après, mes parents arrivèrent. Je les ai rejoint dans le salon, ils étaient assis à table, sirotant un verre de coca. Je me suis joint à eux. J’aime beaucoup ces moments où on se retrouve en famille et on discute de nos journées. C’est banal mais c’est un petit bonheur de la vie.

Après tout ça, je suis allé me coucher. Oui, oui je me suis brossé les dents avant (pour ceux qui se posent la question).

Je me suis installé sur mon lit en fait, je ne me suis pas tout de suite couché. Je lisais un livre, un thriller bien flipant. C’est vrai que je n’aurai pas dû, parce que tard le soir comme ça ce n’est pas l’idéal.

Voilà, je me suis couché avec angoisse. Donc la suite est logique, je n’ai pas trouvé le sommeil.

Vers deux heures du matin je me suis levé.

C’est là que mon histoire commence réellement…

Comme je n’arrivais pas à dormir j’ai décidé de me lever. Je suis parti prendre un verre de lait. De retour dans ma chambre je me suis posté à la fenêtre pour voir encore et toujours la vue que je chérissais tant.

Il n’y avait personne dehors. Je regardais le reflet de la pleine lune sur l’eau. Je trouvais ça très beau et ça donnait un côté mystérieux et aventureux au paysage de cette nuit là. Je revassais devant ma fenêtre. Je ne sais plus combien de temps après, mais un petit bateau blanc arriva à quai. Cela ne m’etonna par forcément, tout était normal. Il y a de la naviguation même le soir.

Sur le bateau, j’aperçus un homme de forte carrure et une femme qui était sûrement enceinte, et depuis longtemps je pense, vue la taille de son ventre. Après cette découverte tout s’est enchaîné. Les deux individus commencèrent à discuter normalement, puis j’aperçus de l’agacement sur le visage de l’homme. Un agacement qui se transforma rapidement en une vive colère. Ses traits devenaient irréels par cette colère monstrueuse. La femme, elle, apeurée, reculait vers le bord du bateau pour éviter la rage de l’homme. Voilà qu’elle arrivai maintenant au bord du bateau. Derrière elle, la mer. L’homme ne cessait de crier sur la pauvre femme. Ses yeux exorbités lui donnait un air sauvage.

La femme tremblait de peur. Elle se défendait comme elle pouvait, elle était au bord des larmes.

Et là…Le drame! L’homme sortit violemment de sa poche un couteau aiguisé qui luisait à la lumière de la lune. Avec un sang froid incroyable, il dirigea le couteau au dessus de la femme…Et, il lui déchira le ventre.

A ce moment là je me rappelle être tombé sur mon lit, pris par un sentiment si intense! J’étais effondré, mais incroyablement, une fois sur mon lit je me suis endormi.

Mon sommeil fut irrégulier, j’avais l’image de l’événement gravé sur ma rétine. A mon réveil, j’espérais que ce n’était qu’un mauvais rêve dû au roman que j’avais lu la veille. Mais non, bien sur!

 

Il y a eu une longue période qui fut affreuse pour moi. Je me refermais sur moi même et j’étais de moins en moins avec les autres. Les médias et la presse n’arrêtait pas parler de l’évènement mais personne ne savait ce qui c’était réellement passé, sauf moi…

Je n’avais encore jamais parler de ce que j’avais vu. Vous êtes les premiers. Mes parents ne savent pas non plus, ils pensent juste que je suis choqué par le fait que « le truc » se soit passé en face de chez nous.

C’est vrai que maintenant je suis de plus en plus libéré par toutes ces images horribles. Elles sont encore là et elles resteront là mais j’apprends à faire avec.

Je regarde toujours par la fenêtre mais la vue ne m’apparaît plus comme avant. Même en pleine effervescence j’ai l’impression que le paysage a perdu une partie de son âme et de son charme.

Cette expérience m’a fait grandir. J’espère qu’un jour je pourrai écrire un livre sur ça, pour partager tout ce que j’ai ressenti à un public plus large que vous et que (bientôt) mes parents…

Publicités

19 réflexions sur “Une photo, quelques mots (3)

  1. L'Ornithorynque dit :

    « Entrez dans le rêve
    Reprendre la vie des autres où on l’a laissée
    Quand le jour s’achève
    Voir les couleurs voir les formes
    Enfin marcher pendant que les autres dorment
    Voir les couleurs voir les formes
    Les villes sont des villes bordées de nuit
    Et peuplées d’animaux qui marchent sans bruit
    Toujours dans votre dos la peur vous suit »

    Gérard Manset.

    C’est ce qui me vient à la lecture, plaisante, et aux rebonds du récit.

  2. Débora Anton dit :

    Waou, j’y ai vraiment cru. J’allais vous dire qu’il ne faut surtout pas garder ça pour vous et faire votre devoir de citoyenne en dénonçant le coupable. Mais je viens de lire dans les commentaires que c’est de la fiction ! Mdr … J’ai relevé quelques petits défauts liés à votre jeune âge, mais rien de grave.

  3. carnetsparesseux dit :

    Joli (même si le mot colle mal avec votre récit) ; un récit qui bascule le lecteur entre quotidien et cauchemar, journal et fiction, routine familiale et fait divers sanglant, bien conduit et très prenant !
    D’autres textes, vite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s